La patience paie

Vos commentaires sur l’article, où je raconte que nous avons décliné une invitation à être filmés pour une émission de divertissement à la TV japonaise, sont unanimes sur le fait que nous avons bien fait et que c’était la bonne décision. Merci.

Dimanche j’ai replanté des arbres dans notre montagne. Trois kakis, et un momiji (érable du Japon). Plus tôt cet hiver j’avais aussi replanté six ginkos.

Ces arbres je les avais plantés temporairement dans notre potager, il y a trois ans; les ginkos et les kakis à partir de graines; et le momiji à partir d’un petit pied que j’avais trouvé au bord d’un chemin. Ils ont bien pris. En trois ans, ils ont gagné en vigueur.

J’ose espérer que ces arbres après s’être bien acclimatés dans notre jardin, pourront se développer dans notre petite montagne.

Difficile de voir le kaki replanté, au milieu de sa cage métallique.
Les ginkos; replantés au niveau de la troisième terrasse.

Comme quoi, la patience paie. Ce sont des dizaines d’arbres que j’ai plantés dans notre montagne. Au début c’était une vraie jungle, encombrée d’arbres (cryptomères) effondrés. Maintenant ça commence à ressembler à quelque chose…

photo de la montagne
photo de la montagne lors de son achat en 2013

Un commentaire

  1. janusdot57

    Bonjour.
    Vous avez joint l’utile à l’agréable, en somme.
    Vous avez eu raison pour ce qui est de planter ces quelques arbres dans votre bout de montagne et de forêt.
    De plus, c’est une bonne idée d’avoir mis des kakis, ce momiji ou érable du Japon, comme ces ginkos auparavant.
    Vous aurez ainsi vos propres fruits à portée de main, si je puis dire, et sinon, non loin de votre maison.
    De plus, vous aurez de vrais fruits naturels et non traités et au goût fort appréciable.
    Si vous y avez pensé, au préalable, en prélevant de la terre de votre jardin, là où ces graines ou petits plants avaient poussés, pour la mettre dessous et autour, pour chacun d’entre eux, aux différents emplacements que vous avez choisi dans votre montagne et forêt, cela les aidera et réconfortera par rapport à leur endroit initial.
    En effet, en mettant cette terre dessous et autour, cela les aidera et participera à leur croissance, sans qu’ils ne subissent de faux désagrément du fait de ce changement de place…
    Il ne faut pas oublier de mettre de l’eau, au fond du trou, puis après plantation dessus et autour du plant.
    Il y a également la possibilité de les mettre quelque peu en jauge avant de les planter.
    Cela consiste, tout d’abord, à creuser le trou, pour chaque emplacement, puis, de placer chaque arbre, en le couchant ou posant à terre, juste à côté et au bord, tout en plaçant l’embase et la racine mère comme les autres petites racines dans le trou. L’arbuste sera ainsi quelque peu dans une position faussement penchée mais couché, légèrement relevé..
    Ensuite, il faut procéder à la mise en place, autour des racines, de ce que l’on appelle par chez nous..un pralain ..
    Je veux dire par là, que, juste peu avant de le mettre en jauge (cette position couchée très légèrement relevé..), on applique le pralin autour, avec une préparation dans un bac en plastique style large poubelle ronde.
    Cette préparation ce compose d’un mélange de terre, de fumier et de terreau ou d’humus de la forêt (mieux..) et bien mouillé.
    On prendra chaque arbuste que l’on trempera avec l’embase et les racines dans ce mélange..
    Ensuite on va procéder à la mise en jauge, comme décrit plus haut, avant la plantation et mise en terre définitive.
    Il ne faut pas oublier, bien-sûr, de ne pas faire cela par temps froid ni gelées.
    Pour ce que vous dites..s’ils se sont bien acclimatés dans notre jardin..
    Je pense, sans hésiter, qu’ils se plairont bien dans votre montagne et forêt, là où vous les avez mis, car ils seront protégés du vent ou des vents forts (toujours quelque peu néfaste pour des arbres fruitiers surtout pour leur croissance..), et de plus, bénéficierons d’un ensoleillement suffisant et non négligeable.
    Pour ce qui est de ces « cages » ou grillage mis autour de chaque pied et plant, vous avez bien fait, pour éviter l’abroutissement, en risque, occasionné par les chevreuils de passage..
    Oui, vous avez raison..La patience paie !
    Il faut savoir être patient (c’est un peu comme dans la vie..) et le temps vous donnera raison et vous apportera la satisfaction de votre travail et le résultat espéré avec ces fruits.
    Bonne soirée et sinon fin de soirée, un très bon weekend, à plus..Denis.

    P.S.: je suis en forêt, en ce moment, pour faire mon bois de chauffage.
    Je pars tôt le matin et rentre pour manger le midi, puis repars dans l’après-midi, soit pour fendre et entasser, soit pour ranger, en parlant des branches et branchage.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s