Après le 11 Mars il y a dix ans

Nous vivions à Tokyo.

C’est le lendemain du 11 Mars un jour après le tremblement de terre et le tsunami que les réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima ont commencé à partir en couille et font leurs meltdowns. (en réalité le partir en couille a commencé illico mais c’est le lendemain que j’en ai entendu parler). Puis on voit à la TV les réacteurs qui explosent; un à un.

Très difficile à ce moment de comprendre ce qui se passe. Jusqu’à un certain moment gros naif que je suis je me dis que les choses vont rester sous contrôle et que le gouvernement …. blah blah blah . C’est une intervention du premier ministre japonais le lundi qui suit qui me convainc du contraire et là je me dis ok il fait ce qu’il peut mais c’est hors de contrôle; on sait pas où ça va tout ça, faut prendre de la distance et se mettre en sécurité.

Bien sûr je dis ça alors qu’au même moment il y a des centaines de milliers de personnes dans les régions frappées par le tsunami qui ont perdu des proches et leurs maisons, mais c’est comme ça …

Et donc nous partons d’abord à Osaka, 600 kms à l’ouest. L’hotel à Osaka est plein de Français; des expats la plupart; leurs boites les rapatrient vers la France ou Hong Kong (la rumeur dit que tous les employés d’Areva japon très bien informés bien sûrs de la situation se sont tous barrés à Hong Kong = et ils ont bien fait).

Puis nosu partons aux US: j’avais justement un business trip prévu dans les semaines qui venaient pour travailler sur les budgets et mon boss d’alors nous rapatrie tous les 3 aux US où nous restons alors trois semaines; le temps de voir les choses un peu se décanter. Ca nous a bien aidé.

Trois semaines plus tard nous sommes de retour à Tokyo; les choses dans leur apparence sont retournées à la normale. Mais au fond tout a changé… notre fils n’ a alors que 7 ans. Rester à Tokyo l’expose t il à un danger ? Voilà la question que nous nous posons.

On Reprend le train train à Tokyo, au même moment il y a tant de malheureux plus au nord, et aussi les employés de Tepco qui essaient de refroidir et de colmater les réacteurs. Ils s’exposent à un tel risque. Dans les médias on voit des montagnes de mensonges et de désinformations; la vérité est si laide; elle ne peut être dite.

Les enfants et la vérité sont les premières victimes des guerres.

Tout celà je l’ai plus tard bien montré dans ma bande dessinée Tout Ira Bien.

Il faut ajouter que un mois avant le tremblement de terre nous avions emménagé dans une maison que nous avions achetée…. Quitter Tokyo … alors qu’on avait mis toutes nos pépètes dans cette maison … avec un gros emprunt à la banque… alors que tout semble normal ? Comment juger, s’il l’on peut rester … s’il vaut mieux partir … Nous sommes bloqués.

Les infos de l’ambassade française sont rassurantes. Mais …. il y a des intérêts politiques et économiques importants bien sûr et une collaboration considérable dans le domaine du nucléaire.

Les choses sont claires; les gouvernements … gouvernent… Ils ne sont pas omnipotents. Leurs capacités sont très limitées. Les marches de manoeuvre sont quasi nulles. Bien sûr si ils peuvent le faire ils vont tenter de protéger les populations mais dans de tels cas; de catastrophes majeures … ils peuvent pas faire grand chose et attendre quoi que ce soit de leur part est une grave erreur. Il revient à chacun de se protéger et de faire le nécessaire.

A tokyo un spécialiste de la criirad (Bruno Chareyron ?) fait une conférence. On va voir bien sûr.

Of course je visionne sur youtube tous les documentaires disponibles. Tout sur Chernobyl. Tout sur les essais des bombes. Tout sur les mines d’uranium. Tout ! On essaie de comprendre.

J’essaie de trouver un compteur geiger, très difficile à trouver sur le net. Ruptures de stock mondiale. Je donne un coup de fil à la criirad en France.

Une personne super aimable me répond je me souviens plus des détails mais elle m’envoie un compteur radex. Nous commençons à mesurer un peu partout; c’est passionnant tout ça ! On remarque des chiffres plus élevés au niveau de l’écoulement des gouttières autour de notre maison. Il y a eu donc des retombées suite aux explosions des réacteurs.

A Tokyo je déjeune avec une connaissance, un Russe qui s’est fait l’importateur exclusif au Japon de radiodétecteurs russes. Il me raconte comment il est allé visiter les fabricants Russes au milieu de la Sibérie. Une histoire extraordinaire, franchement. Il a dû gagner plusieurs millions de dollars c’est sûr avec ce business. Il me dit acheter toute sa bouffe à Costco (importée des US) et manger le moins de choses possibles du Japon.

Bien sûr le risque alors c’est dans les aliments. Car tout a été contaminé. Et chaque jour dans les journaux on découvre l’ampleur: les égouts sont contaminés et regorgent de césium. Les forêts sont contaminées. les sangliers sont contaminés. Le pollen des arbres est contaminé. La terre est contaminée. Les rivières sont contaminées. L’eau du robinet est contaminée. Le thé est contaminé. Les champignons. Le riz. Les poissons. Que mangent les vaches et les cochons ? La Russie arrête d’importer des voitures japonaises d’occasion; désormais radioactives … Bien sûr il y a toujours un spécialiste ou un professeur; directement sorti du cul du monde, qui va affirmer à la tv que le niveau de contamination mesuré est ‘dans les normes’. Les spécialistes; ça s’achète …

Avec Manu mon ami on se dit ok on va faire comme les punks à chien; se nourrir exclusivement de bière et de cacahouètes … Mais alors mon fils de 7 ans … pour la bière ….

Bref nous tournons en rond ainsi pendant un an. Il nous a fallu un an pour arriver à la conclusion de quitter Tokyo et sa région.

Les gens ont réagi de différentes façons vous savez. Les personnes les plus sensibles au sujet de la contamination radioactive sont parties tout de suite. en laissant tout derrière elles; D’autres, sont restées. La majorité je crois n’était pas vraiment inquiétée et a simplement continué son chemin. Je pense que les Japonais n’ont pas vraiment été sensibilisés à Tchernobyl, en 86. C’est loin. Et puis il y a l’image trompeuse de Hiroshima et de Nagasaki, car la vie y a repris et je crois que beaucoup faisaient l’analogie avec ces deux villes alors que les choses sont très différentes: Une bombe atomique c’est fait pour tuer le plus de monde possible très rapidement tandis qu’une centrale nucléaire qui explose va tuer beaucoup de monde aussi mais sur plusieurs dizaines d’années à petit feu. C’est pour celà qu’il ne faut pas comparer.

Mais bon rester à Tokyo pour nous c’était accepter le mensonge général du circulez y a rien à voir et partager une certaine culpabilité. J’ai fait analyser un échantillon d’urine de mon fils (à l’époque des essais atomiques atmosphériques dans les années 50 et 60 on détectait d’importants niveaux de césium dans l’urine des populations) on n’a rien trouvé ouf.

Et puis c’est l’analyse comparative de la pollution au césium de la terre de notre jardin à Tokyo et de la terre du jardin de mes parents en France qui nous a décidés à partir.

J’avais demandé à la criirad ce qu’ils pensaient de la concentration de césium mesurée dans notre jardin à Tokyo (cesium 134 …..85bq/kg cesium 137……129bq/kg). Ils avaient confirmé que ce n’est pas une valeur alarmante (compris dans les normes pour les aliments): bonne nouvelle pour tous les habitants de Tokyo et de la région.

Néammoins; le rapport de 10 entre ce que nous mesurions à Tokyo et le jardin de mes parents nous a décidé à partir. Vous voyez; pas vraiment une décision ‘scientifique’ mais nous avons alors suivi notre instinct.

Partir … nous ne voulions par partir pour fuir … on fuit mais on fait quoi; après ? Partir devait donc être un nouveau projet, une vie nouvelle, plus en phase avec notre nouvelle vision du monde; post Fukushima. Vivre à la campagne s’est imposé.

Un mois plus tard nous trouvions notre future maison dans l’ouest du Japon. Notre village ! Nous faisons le même test de concentration de césium sur de la terre prélevée autour de la maison (aucun césium de détecté) puis je dis à mon chef d’alors que je vais m’éloigner du bureau: aucun problème me dit il en s’allumant une cigarette; c’était une lucky strike.

21 Commentaires

  1. janusdot57

    Bonjour.
    Je suis époustouflé et à la fois ému, dans mon fort intérieur, en lisant votre article mis..à l’instant..
    Que d’émotion et d’interrogations surtout face à ce drame si subit, et quelque part..invraisemblable, pour ne pas dire..impossible.
    Mais comme l’on sait, rien est impossible, dans ce domaine, et en parlant du nucléaire « civil », pour ces centrales, que ce soit au Japon ou encore ailleurs, pour preuve, il a suffit de.. »Tchernobyl » pour éveiller les consciences et quelque peu faire prendre conscience, sur les réels dangers, même si peu de temps après, tout le monde avait déjà presque oublié..un comble !
    (les mémoires ne sont jamais sans failles, et souvent pour oublier, on fait le dos rond et attend, un peu comme pour ce « Covid », et ou un tas de gens ne souhaitent qu’une seule chose..passer à..autre chose..quoi de plus naturel..)
    [Je ne comprendrais, en tout cas, jamais..cette forme d’entêtement, de la part de tous ces ingénieurs plus qualifiés et plus spécialistes les uns que les autres pour le concept technique comme fonctionnement de ces réacteurs, tant en composition, comme chaîne logique de fonctionnement, en interne, malgré les barres stabilisatrices pour compenser, à l’intérieur de la cuve du réacteur (qu’ils appellent tous « marmite »..), et surtout la partie basse, soit dit en passant, avec un procédé en sécurité (au cas où..), et avec ces bacs ou piscines de récupération au cas ou tout irait mal..damned !..]
    Je suis d’autant plus dubitatif, et je m’interroge, à juste titre, concernant nos « E.P.R. » (dont celui de Flamanville..) et E.P.R. à venir, sachant qu’ils sont conçus, à peu de choses près, comme pour Fukushima et avec le même principe de ces piscines de récupération en partie basse, sensées éviter le pire..le pire à craindre..quoi.
    Je n’ai jamais été un « pessimiste », et plutôt ou d’avantage « optimiste », tant dans ma vie professionnelle d’avant que dans la vie tout court et jusqu’ici, mais après avoir vécu (indirectement, mais tout de même..), le terrible accident survenu dans la centrale de « Tchernobyl », alors que nous étions à Berlin, ce premier accident tragique et dramatique m’a fait réfléchir, et pas seulement..
    D’ailleurs, je me rendais tous les jours, pour la petite anecdote, dans la mairie proche, située « Müllerstrasse », pour me renseigner et y récupérer les fascicules qui étaient édités presque au jour le jour, pour pouvoir renseigner les gens et concernant la consommation de légumes et de viande, c’est peu dire..
    (je n’oublierai jamais cette période et ce moment..précis..)
    Pour vous et concernant le Japon.
    Lorsque ce « Tsunami » est apparu, après ce séisme impressionnant de 9,1 sur l’échelle de Richter, au large de Fukushima, entraînant dans sa course l’accident inévitable et tragique de la centrale de Fukushima-Daiichi, alors là, j’étais, non seulement interloqué, mais également fort en colère !!!..
    Pour vous cela a du être dur dans la compréhension et l’analyse sur place, surtout à Tokyo, même si pas directement touchée et concernée, pour la ville, mais cependant, il faille toujours tenir compte de la radioactivité « résiduelle » contenue dans le nuage et déplacée dans l’atmosphère, en fonction des vents résultants, en altitude, comme vitesse et direction de déplacement..pas rien..
    Pour l’exemple de « Tchernobyl », j’avais sorti une carte géographique, avec l’échelle qui convient, et en plaçant ma main ouverte à plat, doigts écartés, avec l’endroit du poignet sur l’endroit de la centrale et la main dirigée vers l’ouest et la Pologne(un peu comme un triangle, dont la pointe et poignet était sur la centrale), je savais exactement, à peu de choses près, l’étalement du nuage radioactif, en direction de la Pologne, et vers la Pologne et avec toute la plaine de Biélorussie infectée jusqu’aux abords de la frontière est avec la Pologne, dans un premier temps..c’est peu dire.
    (Toute la plaine de Biélorussie, marécageuse, pour une très grande partie..pour ne pas dire dans sa totalité a été infestée !)
    Malgré que nous étions à Berlin, nous n’étions pas « si » exposés que cela, par rapport à l’Ukraine, la Pologne, et surtout tous les pays nordiques..
    De retour en France, nous n’étions pas rassurés pour autant, mais cependant, comme nous sommes à l’ouest, et bien à l’ouest, par rapport au Rhin et à la frontière allemande (cette fameuse stupide réponse, à l’époque, avec l’arrêt du nuage à la verticale de la frontière allemande..une plaisanterie de mauvais goût..), nous sommes protégés par les Vosges, et donc, du bon côté.
    Ce qui n’a pas été le cas des Alsaciens, tant pour le Bas-Rhin que pour le Haut-Rhin, et qui eux, avaient été indirectement touchés par le nuage radioactif en déplacement, lorsque celui-ci est redescendu depuis les pays nordiques, en passant par « Maastricht », puis en descendant le couloir du Rhin, puis du Rhône..pas rien.
    Voilà pour la petite histoire..
    Vous aviez eu les bonnes réactions et pris les bonnes mesures, avec, dans un premier temps, ce déplacement sur Osaka, puis cette période au « green » aux States..
    Pour Osaka, en guise de point de chute, c’était déjà plus que bien, avec cette distance de..600 km à l’ouest de Tokyo..tant mieux.
    La période de « green » aux States, durant trois semaines, tombait presque à point..soulagement..
    Cela vous a permis de décanter, d’analyser, plus librement, de faire le point, pour entrevoir les choses pour après, sans être gagné pour autant..
    De retour à Tokyo, surtout pour votre fils, comme vous dites, c’est sûr, il fallait faire quelque chose, pour ne pas l’exposer.
    ( Pour sûr, les intérêts tant politiques que surtout économiques vont de pair, dans le domaine du nucléaire et pour cette filiale..)
    Les risques étaient bien sûr tant pour l’eau, au robinet que pour les aliments surtout, et dans un premier temps..
    (Les spécialistes ne sont là que pour tenter d’apaiser la population et rassurer, sans tenir compte du reste..)
    Une longue année d’hésitations et de doute s’installe, pour vous décider enfin à quitter la ville et la région..
    ( La radioactivité résiduelle, même si moindre, est tout aussi dangereuse, car..sournoise, mais également très destructrice, de l’intérieur, pour les différents organes comme cellules, sans oublier les risques de modifications de nos gênes et de notre « ADN » tout court..)
    Vous avez eu une bonne réaction concernant l’analyse pour l’urine de votre fils, tout comme l’analyse du sol pour votre jardin à Tokyo.
    Comme vous le dites si bien..
    « ..post Fukushima. Vivre à la campagne s’est imposé. »
    Vivre à la campagne.
    Bonne et même réaction sur place, dans votre village, en parlant de l’analyse du sol !
    Votre chef était compréhensif, humain, et arrangeant..c’est beau.
    Par contre, sans critiquer, pour ce qui est de la « Lucky-Strike », et que je connais, c’est moins bon, surtout s’il s’agit de « sans filtre », car c’est du « goudron » pur, direct dans les poumons…
    Quelle aventure (si je puis dire..) incroyable durant cette période effroyable.
    Lundi, je mettrais un dernier et ultime article là-dessus (et concernant le nucléaire en général..), mais ô combien révélateur, en partant de ces largages « criminels » de Hiroshima et Nagaski, avant d’arriver aux centrales nucléaires, en général, et en parlant de celle de Fukushima en particulier…
    Bonne journée, un très bon weekend (soufflez – respirez..à pleins poumons..ça fait du bien..) en famille, à plus..Denis.

  2. canaridesabysses

    Bonjour !
    Sachez que même si je ne commente jamais, je lis tous vos articles avec attention depuis maintenant plus d’un an !
    Ça a du être très difficile de faire le choix entre quitter sa nouvelle maison et y rester… Mais vous avez fait la bonne décision. Je m’intéresse beaucoup aux conséquences de la radioactivité sur les écosystèmes.
    J’espère qu’un jour il serait possible de partir au Japon pour l’étudier dans le cas d’un échange universitaire…
    Est-ce que c’est possible ? Lol j’en sais rien.
    Merci pour tout ! J’apprends beaucoup de choses grâce à vous.

  3. Paquerite

    Merci pour votre témoignage
    Il est très éclairant… et plein d’une toute et si parfaite lucidité.
    Bonne journée à vous Denis

  4. Brigitte Degruffy

    Merci pour vos précieux partages pleins d’humanité, d’intégrité et de sincérité. ça fait du bien. 🙂

  5. streb jeanclaude

    Il faut avoir le coeur accroché dans ces moments. Votre foyer est sous une bonne étoile.
    Ce n’est pas comparable ce que je veux exprimer, mais à ce moment les choix sont toujours une « loterie » bien souvent. En 44, lorsque les Alsaciens réfugiés dans le Sud de la France ont cru aux belles paroles des envahisseurs qu’ils pouvaient revenir sans crainte chez eux, c’était aussi terrible. Ceux qui sont restés « au soleil » avaient fait le bon choix. Les autres pour beaucoup avaient fait un mauvais choix.
    La lucidité ne suffit pas toujours dans ces cas, il faut avoir les moyens de résister à tout ce qui peut survenir.

  6. janusdot57

    Bonjour.
    J’aime beaucoup cette expression..
    Quand la vie est dure  » C’est une vie de chien »..
    Quand elle est cool « c’est une vie de chat ».
    (un peu comme pour vos chats, et bébés, comme vous dites..)
    [ Cette expression ou devise figure d’ailleurs sur l’une des boîtes métalliques à gâteaux de mon épouse(avec un chat tigré juste à côté..), un peu comme ces anciennes boîtes de chez « Delacre », métalliques, sans motifs sauf pour le logo, dont nous en possédons quatre et qui nous ont servi et depuis fort longtemps déjà et pour y mettre nos gâteux de Noël..]
    Car la vie n’est jamais simple ou facile, bien au contraire..
    La vie dure, le travail, les tourments de la vie, nous font parfois douter..
    La vie « cool », pas forcément, ni directement « facile », en fait, ce sont tous les bons moments vécus et qui nous permettent d’oublier, par rapport aux mauvais moments,et qui nous permettent et nous font avancer dans la vie…
    ( J’ai souvent dit:  » certes, j’en ai « chié » [ façon de parler..], en parlant de ces moments durs, mais quel pur bonheur, en parlant de ces bons moments et qui font oublier tout le reste !..)
    [ J’ai toujours ri pour ces moments « durs », et en tenant compte de ces moments « cools », car j’avais toujours un « potentiel » hors du commun, tant sur le plan mental que physique..pas rien..]
    Voilà pour cette toute petite anecdote et en comparaison, si je puis dire..
    Bonne fin de journée, en ce dimanche, tout comme bonne soirée et sinon fin de soirée, une très bonne semaine qui vient, à plus..Denis.

  7. janusdot57

    Bonjour Monsieur.
    Pour revenir à..44, comme vous dites..
    Pour la petite histoire, en parlant des Alsaciens réfugiés dans le sud de la France, et pour une très grande partie, dans le sud-ouest, dont..Les Landes..
    Ce sont les Alsaciens qui ont apporté, avec eux, et transposés comme appris (sans me moquer de suite des gens locaux..loin delà..), aux gens sur place..l’hygiène de vie et l’hygiène corporelle, sans vouloir, de suite, dire que ces gens étaient..sales, loin delà..
    Car, effectivement, ce sont les Alsaciens, pour une grande part et grande partie qui ont appris à ces gens qui les ont reçus et hébergés ce qu’était l’entretien de la maison, laver le sol..le parterre, ouvrir les fenêtres et aérer pour renouveler l’air d’une pièce, pour l’ensemble de la maison, tout comme le lavage et pour le linge, sans oublier le reste.
    De plus, ce sont eux qui ont apporté leurs propres connaissances, en parlant du foie gras, et surtout foie gras  » au torchon », ne l’oublions pas !
    Pour ma part, et pour ce que ma grand-mère maternelle ( la maman de ma propre maman..) m’a raconté et rapporté, lorsque j’étais en bas-âge, et à l’âge de 8-9 ans, ils avaient été évacués dans la Vienne et à Lussac les châteaux..
    Les mêmes propos, tenus par ma grand-mère maternelle, rapportaient des faits et des similitudes avec ce que j’a

  8. janusdot57

    Re..
    Je me reprends, le commentaire est parti, plus tôt que prévu et..validé..désolé..

    Bonjour Monsieur.
    Pour revenir à..44, comme vous dites..
    Pour la petite histoire, en parlant des Alsaciens réfugiés dans le sud de la France, et pour une très grande partie, dans le sud-ouest, dont..Les Landes..
    Ce sont les Alsaciens qui ont apporté, avec eux, et transposés comme appris (sans me moquer de suite des gens locaux..loin delà..), aux gens sur place..l’hygiène de vie et l’hygiène corporelle, sans vouloir, de suite, dire que ces gens étaient..sales, loin delà..
    Car, effectivement, ce sont les Alsaciens, pour une grande part et grande partie qui ont appris à ces gens qui les ont reçus et hébergés ce qu’était l’entretien de la maison, laver le sol..le parterre, ouvrir les fenêtres et aérer pour renouveler l’air d’une pièce, pour l’ensemble de la maison, tout comme le lavage et pour le linge, sans oublier le reste.
    De plus, ce sont eux qui ont apporté leurs propres connaissances, en parlant du foie gras, et surtout foie gras » au torchon », ne l’oublions pas !
    Pour ma part, et pour ce que ma grand-mère maternelle ( la maman de ma propre maman..) m’a raconté et rapporté, lorsque j’étais en bas-âge, et à l’âge de 8-9 ans, ils avaient été évacués dans la Vienne et à Lussac les châteaux..
    Les mêmes propos, tenus par ma grand-mère maternelle, rapportaient des faits et des similitudes avec ce que j’ai dit au sujet des Alsaciens (ma grand-mère maternelle est d’origine alsacienne d’ailleurs..)..
    Quand à la guerre et à ses atrocités..
    Mon papa est d’origine allemande, originaire de Freiburg im Breisgau, en Forêt Noire.
    Il avait fait, tout d’abord, la guerre au front russe, en tant que « Gebirgsjäger » ou chasseur alpin, et simple soldat (pas un S.S., encore moins « pro » Wehrmacht ou Hitler..loin delà.
    Il ne fallait surtout pas lui parler de « Hitler », encore moins de « S.S. » ou autre…)
    Il avait, tout d’abord, fait une formation à Garmisch Partenkirchen, pour sa formation de base ( puis poussée..escalade et tout le reste..), en tant que chasseur alpin, puis à Mittenwald, pour une formation complémentaire, concernant l’artillerie de montagne qui possédait des canons d’artillerie tractés à l’aide de mulets( ces canons étaient d’ailleurs d’origine tchèque..).
    A l’issue, ils sont partis, embrigadés, depuis Garmisch Partenkirchen, en remontant à pied, jusqu’au nord-est, vers Berlin, tout en traversant, peu après la ville de Berlin, dont par la Kochstrasse et Friederichstrasse (point de passage du fameux « Check-point Charlie » allié, pour passer à Berlin-est d’alors, avec le mur..), pour poursuivre en direction de Szczecin, en traversant la frontière pour entrer en Pologne et poursuivre vers la Russie.
    Ils avaient rejoint le front de l’Est qui se situait à..350-380 km de Moscou..
    L’armée allemande du IIIè Reich était d’ailleurs bloquée à cette hauteur peu avant Moscou.
    Puis, ils ont eu l’ordre de se retirer ( replier..) pour rejoindre la Norvège, du fait du problème de l’eau lourde, et de cette conception, et en forme de risque de produire l’arme nucléaire (déjà !..).
    Ils se sont « repliés », en passant par la terrible bataille de « Stalingrad »( Der Schlacht von Stalingrad..) sans y prendre part eux-mêmes, tout en voyant les atrocités en passant, sans oublier ces fameuses orgues de Staline ou « Katioucha », et qui étaient une arme « psychologique » ( erschrekwaffe..Die teuflische Wirkung der Stalinorgel..mit Panik !..der Schrecken der deutschen Wehrmacht) de destruction plus que réelle au sol..
    Ensuite, il est passé par la ville et fameuse bataille de Warschau – Warszawa, en Pologne, là-aussi terrible bataille et âpres combats..
    De là, ils ont poursuivis pour rejoindre la baie de Kiehl (Kiehlerbucht..) et avec la fameuse base des sous-marins de l’époque « U-Boot », et la pointe de Pennemüde, avec les V1 (Fieseler – Fi 103..Vergeltungswaffe ou arme de représailles, sans oublier en passant ces fameux V2 – Vergeltungswaffe 2 (chers à un certain Von Braun..), avant de passer pour rejoindre le Danemark, tout d’abord, puis, la Norvège.
    En Norvège, en remontant le long de la côte et des flords(en partie ouest..), il a pu voir les plus grands cuirassiés allemands, dont le « Scharnhorst » et le « Tirpitz », avant de poursuivre en direction de Bergen et le cap Nord; puis, redescendre, pour ensuite, traverser la frontière en direction de la Suède et entrer en Suède, un peu en parallèle..
    Là, il a connu et côtoyé les peuplades « SAAM » ou « Saami »-Samis, vrais autochtones et peuplades locales de l’époque (bien avant le scooter à neige..), et avec leurs traîneaux à chiens et élevages de rennes.
    Il est passé, également par « Rovaniemi », sans voir le Père Noël, pour la petite histoire, puis est remonté, en biais en direction de la Finlande et en Finlande, pour venir finir (pour l’expression..), à l’extrémité nord-est( tout contre la Russie..), et prendre part à la non moins tristement célèbre et grande bataille du fameux « Kessel » de Murmansk, pas des vacances !..
    Que ce soit au front russe, comme là-bas, ils étaient souvent 3-4 divisions allemandes contre 12-13 divisions Russe, pas rien.
    Au front Russe, comme là-bas, et avec des -50°C courants, pour aller « pisser » il fallait être accompagné (pas drôle..), cependant, la fameuse mitrailleuse « M.G. » ou Maschinengewehr 42, ne s’enrayait pas, malgré le froid (le bloc culasse était conçu d’une seule pièce forgée..en acier..), tout en graissant et huilant les parties mobiles..normal..
    Il a failli être pendu par trois fois pour avoir épargné des soldats russes, car la consigne était..pas de prisonniers.
    Après cette âpre et dure bataille, il avait été fait prisonnier de guerre par les russes, et on les tenait prisonniers sur la banquise.
    Ils avaient dû, pour cela, construire des igloos, et de plus manger du phoque (Robben..) cru pour pouvoir survivre..
    A l’issue, ils ont été transférés par les alliés en convois ferroviaires vers la France.
    Durant ce périple et long voyage, ils ont été straffés, par erreur, par la R.A.F.; et les pauvres soldats, dont nombreux blessés (certains avec des bras en moins et des jambes en moins..), ont été obligés de remettre les wagons sur les rails à la force des bras !..
    A l’issue, ils sont arrivés à Metz, et ont été internés au fort de Metz-Queleu, dans un premier temps, pour trier l’ensemble de ces soldats, avant de les « dispatcher » vers d’autres camps.
    C’est ainsi que mon papa (futur..papa..) a atterri dans un autre « lazareth » et camp de moindre importance et taille à..Creutzwald (où je suis d’ailleurs né..par la suite..).
    C’est là qu’il a commencé, comme tant d’autres, à travailler à la mine de charbon (au fond..), avec la pioche et des genouillères de protection en cuir (c’était bien avant les..haveuses..), et des piliers de soutènement en poteau d’épicéa..
    Il a connu plusieurs coups de grisou sans être directement touché, mais à cependant perdu des extrémités de doigt pour trois d’entre eux..
    Durant cette période, il était pour habitude, dans le cas de la relance, dont agricole, de faire porter et « prêter » ces mêmes prisonniers de guerre, pour les agriculteurs et pour les aider dans les champs. C’est dans ce cadre, en atterrissant dans mon village natal, qu’il a connu ma maman et appris à connaître ma maman et qu’ils se sont aimé puis marié ensemble.
    De cette union naîtront deux fils, mon frère (aîné..), et moi-même..
    Voilà pour la petite histoire, au travers de l’histoire de la seconde guerre mondiale, et non des moindres. Chacun a un passé « différent », je ne néglige pas, ni ne repousse mon propre vécu au travers de tout cela, sachant que mon père n’a rien à se reprocher dans ce sens, et de plus avait été « naturalisé..Français, après la guerre, sans avoir besoin d’entrer dans les détails pour devoir se justifier.
    Pour vous, avec ce que je viens de vous raconter et « confier », sachez qu’il existe un livre très bien référencé et sérieux à ce sujet, dont le titre est..Le soldat oublié de Guy Sager.
    Le soldat oublié..
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Soldat_oubli%C3%A9
    Le soldat oublié.
    http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/2193
    Le soldat oublié de Guy Sager
    De 1952 à 1957, Guy Sager, malade, écrit ses souvenirs de « sa guerre » sur le front russe, au sein de l’armée allemande.
    Il rédige 17 cahiers qui seront publiés peu de temps après sous le titre de « Soldat oublié ».
    Guy est de nationalité franco-allemande (son père est français, sa mère allemande). Il vit en Alsace. Hitler monte au pouvoir, il instaure son régime. Hitler compte sur la jeunesse, aussi il crée les HitlerJungend (= Jeunesses hitlérienne) avec les camps de jeunesse
    Guy, adolescent de 17 ans, ne résiste pas à cet « appel » et à l’engouement que suscite le Fuhrer sur ses jeunes camarades. Aussi, à 17 ans, Guy rentre dans la Wehrmacht, l’armée de terre allemande.
    Là, la propagande militaire et politique nazie joue son rôle et fait miroiter dans la tête du jeune soldat des rêves de gloires, de conquêtes. Sager est affecté , à son grand regret, dans un service auxiliaire de l’armée, le Train des équipages. Mais tout de suite, il doit partir sur le front russe, pour aller secourir la VI ème armée de Paulus à Stalingrad.
    C’est le début de sa terrible aventure sur le front de l’Est.
    Il connait son premier hiver, à -30 degrés, ses premiers émois devant ses camarades morts, ses premières angoisses.
    Et pendant quatre hivers, ce ne sera que neige, boue, froid, angoisse perpétuelle, fatigue, désespoir dans les immenses plaines soviétiques.
    Il voit un de ses meilleurs amis déchiqueté par un obus, assis à côté de lui dans un camion…
    Lui et ses camarades de la division « Groo Deutschland » seront dans tout les coups difficiles (Tcherkassy, Koursk … jusqu’à la retraite de Poméranie en 1945).
    Après avoir échappé 1000 fois à la mort, Guy revient à Berlin, vivant, mais marqué à vie par ce qu’il a vécu.
    Tout au long du livre, l’auteur retranscrit avec précision toutes les opérations militaires auxquelles il fut affecté. Il décrit bien les terribles conditions dans lesquelles il devait vivre, en première ligne, les scènes de combats, la « chasse » aux partisans russes etc…. Cependant, j’ai appris récemment que la véracité de ce récit serait fortement remise en cause. En effet, on reproche à l’auteur d’avoir inventé des évènements, et également son exactitude trop précise des scènes qu’il dit avoir vécu: on pense qu’il était impossible qu’il sache avec autant de précision ou il se trouvait exactement, contre qui il combattait etc… En résumé, on critique Sager d’imposteur.
    Mais moi je préfères laisser cela de côté; je tiens plutôt à conserver l’image d’un récit poignant (peu importe qu’il soit vrai ou pas) d’un simple soldat qui avait cru dur comme fer dans la cause pour laquelle il se battait.
    Une épopée tragique et marquante de la seconde guerre mondiale.
    Le Soldat oublié.
    https://www.livrenpoche.com/le-soldat-oublie-e480379.html?master=2319704&utm_source=google_shopping&utm_medium=cpc&utm_campaign=GF%20sans%20ISBN&gclid=EAIaIQobChMI5OKLkPiv7wIVxeFRCh2E3QBoEAQYAiABEgI9kPD_BwE
    Le soldat oublié.
    Guy Sager
    Résumé:
    Son père est français, sa mère allemande et son lieu de résidence est l’Alsace; l’Alsace annexée.Par l’ingénieux intermédiaire des camps de jeunesse, Guy Sager rejoindra la Wehrmacht. Il n’a pas encore dix-sept ans quand il endosse l’uniforme allemand. Ses camarades ne sont pas plus vieux. La propagande a fait son office et des rêves de gloire flottent dans sa tête d’enfant grisé par la musique militaire. Il n’a pas le temps de ruminer sa déception d’être versé dans un service auxiliaire, le Train des équipages : son unité part ravitailler la VI’ Armée prise au piège de Stalingrad et, sur le chemin de cette ville qu’ils n’atteindront jamais, Sager et ses compagnons rassemblent leurs forces pour lutter contre le pire ennemi qu’ils devront affronter – l’hiver russe. Incorporés ensuite dans la Gross Deutschland, la division d’élite « Grande Allemagne », ils ne cesseront plus d’être jetés en première ligne, de subir la boue, la neige, les bombes, les balles des partisans russes, le froid, la faim – la misère sans nom qui est le lot de l’armée en retraite jusqu’en 1945. Le récit de Guy Sager est un document bouleversant sur la campagne de Russie et sur les simples soldats qui l’ont vécue en patriotes.Source : Le Livre de Poche, LGFSource : Laffont

    Je vous..recommande ce livre, et sinon, si je puis me permettre, je ne peux que vous le recommander, dans la mesure ou (et je dis bien ou..), il retrace, pour une grande partie (pas dans la totalité..), le propre vécu de mon papa..pas rien..)
    Je pourrais en pleurer tous les jours, tout comme au sujet de mon propre papa (décédé en juin 2005, à l’âge de 83 ans, malgré son passé et vécu, tout comme l’asthme et la silicose contractée à la mine..); et pour toutes ces aberrations, après ce pacte et cette amitié Franco-Allemande, entre Mr Charles De Gaulle et Mr. Conrad Adenauer, juste peu après la seconde guerre mondiale, puis, en parlant de cette Europe (et qui n’en est pas une !..), en parlant de « fraternité » entre les peuples..une belle foutaise, à des fins politiques et électoraliste !!!..
    Voilà, ne m’en veuillez pas si j’ai pu être long, et si je peux vous paraître quelque peu.. »lourd », dans mes propos tenus et mon déroulé, mais c’était nécessaire pour moi, et vu par moi seul..
    Bonne fin de journée à vous, en ce dimanche, portez-vous bien, respectueusement..Denis.

    P.S.: mon papa n’était pas un..docteur Mengele (Josef Mengele..), comme pour Auschwitz et tant d’autres camps, encore moins un Himmler (Heinrich Himmler..) ou Heydrich (Reinhardt Heydrich..), ni encore Von Braun( Wehrner von Braun..) ou autre, mais..Gebirgsjäger et..simple soldat.

  9. tigny

    En tout cas, il ne semble pas que l’on puisse dire que vous avez pris une mauvaise décision en déménageant à la campagne. Au contraire, même.

  10. Pierre Nadeau

    Wow, merci encore de partager! Quelle histoire! Et la maison de Tokyo? L’immobilier japonais n’est pas particulièrement payant à la vente.. ?

  11. janusdot57

    Bonjour.
    Pour ce que vous avez mis en entête de votre « post » et/ou article..
    C’est le lendemain du 11 Mars un jour après le tremblement de terre et le tsunami que les réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima ont commencé à partir en couille et font leurs meltdowns. (en réalité le partir en couille a commencé illico mais c’est le lendemain que j’en ai entendu parler). Puis on voit à la TV les réacteurs qui explosent; un à un.
    C’est effectivement le lendemain..12 mars que les réacteurs ont « lâchés », les uns après les autres (bien que le travail, dans ce sens, avait déjà été fait..trop tard..et pas que pour l’expression), du fait de cette vague de submersion et de toute l’eau qui est remontée dans la centrale et à la base, noyant ainsi l’ensemble des circuits, tant pour l’alimentation que surtout pour le refroidissement des réacteurs (malgré les barres stabilisatrices..) et qui a fait engorger et noyer les différents systèmes et mettre les pompes d’alimentation comme d’évacuation à mal (en croix..H.S.) avant que tout ne tombe en panne par court-circuit…et moteurs coupés.
    J’ai fait mon article, tout récent, en parlant de cela ( et n-ième article sur le nucléaire et en parlant du..nucléaire..), tant pour l’accident tragique survenu à la centrale nucléaire de « Tchernobyl » (juste à côté de « Pripyat »..), tout comme pour la centrale de « Fukushima-Daiichi » (mais unique ment lié à ce tsunami et vague de submersion..), tout en tenant compte des dangers que toutes les centrales réparties dans le Monde représentent, en forme de risques non négligeables et non calculables ou même..prévisibles ( à ne pas souhaiter..)…
    La Vérité !..dernier cri de colère !..
    http://janus157.canalblog.com/archives/2021/03/16/38867252.html#c88730522
    La Vérité !..dernier cri de colère !..
    [ C’est la partie centrale, avec ce paragraphe et texte, repris du blog
    http://www.fukushima-blog.com
    qui est intéressante.
    Trois quarts de siècle plus tard..
    9 août 2020
    Trois quarts de siècle plus tard…
    http://www.fukushima-blog.com/2020/08/trois-quarts-de-siecle-plus-tard.html ]
    Il est vrai qu’en ce moment, du fait de cette pandémie, comme virus, on a l’impression d’être dans un autre monde..Another World..
    Et cela me fait penser au groupe que j’aimais beaucoup (et toujours encore..), alors que nous étions à Berlin.
    TALK TALK – Living In Another World

    TALK TALK – Living In Another World (Hi Res Audio, 4K-Ultra-HD, Lyrics)
    Mais face à tout cela, je préfère ma vie, simple vie, comme par le passé..Its my life..
    Rien de tel que ..La Vie..vraie vie..
    Talk Talk – It’s My Life

    Talk Talk – It’s My Life
    TALK TALK – Its My Life.

    TALK TALK – Its My Life Live 1984.
    J’étais « rebelle », faussement rebelle et déjà quelque peu « contestataire » sur bien des points, mais pas un mauvais garçon, loin delà..
    Duran Duran – The Wild Boys

    Duran Duran – The Wild Boys (Official Music Video)
    J’étais tout le temps en mouvement..On the move !..
    ( J’adorais danser en discothèque, sur piste, et pas pour draguer, mais pour le simple plaisir de danser et..bouger..tout simplement..)
    Duran Duran – The Reflex.

    Duran Duran – The Reflex (Official Music Video)
    The World..Not an Ordinary World..La Vie n’est pas une simple vie ni..ordinaire..
    Duran Duran – Ordinary World

    Duran Duran – Ordinary World (Official Music Video)
    Les émotions, parfois..souvent..aussi..
    Duran Duran – Notorious.

    Duran Duran – Notorious (Official Music Video)
    Un autre groupe que j’aime beaucoup et toujours encore..
    Spandau Ballet- « True ».

    Spandau Ballet- « True » on Countdown 1983
    True is true.. ( La Vérité..si je mens..)
    Spandau Ballet – True.

    Spandau Ballet – True
    Toujours sur le coup de..l’émotion, et sinon..des émotions..
    Spandau Ballet – Only When You Leave.

    Spandau Ballet – Only When You Leave (HD Remastered)
    Souvenirs..souvenirs..brut d’acier..
    Spandau Ballet – Steal.

    Spandau Ballet – Steal
    Full emotion..Les émotions pures..
    Spandau Ballet – Through the Barricades.

    Spandau Ballet – Through the Barricades (Official Video)
    Que d’émotions..
    « Through the Barricades » Rendue célèbre par SPANDAU BALLET en 1986.

    « Through the Barricades » Rendue célèbre par SPANDAU BALLET en 1986, reprise par J.C. (Audio)
    Voilà pour ce petit parcours musical, en accompagnement, en attendant des jours meilleurs..COVID oblige.
    Les gens ( partout en France, comme dans le Monde..)manquent cruellement de tout, de liens(surtout !..), comme repère, en parlant de la famille, proches et amis, le fameux lien « social », mais également aussi et surtout de..Liberté, et de..Culture…
    La « Culture », le mot qui fâche, en ce moment, tellement les gens sont à cran, et pas que, que ce soient les jeunes, les adultes et moins jeunes comme personnes âgées aussi.
    Heureusement que dans ce faux brouillard épais des « incertitudes » et des nombreux faux « couacs », il y a et il existe..La Nature.
    La Nature pour nous ressourcer, nous permettre de « respirer », nous.. »libérer », pour pouvoir continuer à vivre et avancer, tout comme faire le vide en nous et dans nos pensées..petite soupape libératrice, et grands bienfaits intérieur…
    Bonne journée à vous, comme semaine qui s’écoule, portez-vous bien, prenez soin de vous et de votre famille, tout comme de vos proches et de vos amis, à plus..Denis.

  12. janusdot57

    Bonjour.
    La France « patauge » en plein « Covid », et la culture est sacrifiée sur l’autel du Covid !..
    Culture..La Culture sacrifiée avec le Covid !..
    http://janus157.canalblog.com/archives/2021/03/19/38873560.html
    Culture..La Culture sacrifiée avec le Covid !..
    Un manque  » Crucial » et « cruel » de Culture se fait ressentir dans toute la France et à travers toute la France, et pas seulement !..
    La situation plus que très particulière liée à la pandémie, tout comme virus – coronavirus et donc « Covid 19 » fait ressortir, s’il en était besoin, une situation très inquiétante et préoccupante de « stress » et de « doute », tout comme sentiment d’écoeurement et de colère !!!
    Il y a des cas de dépressions, parfois même graves, un peu partout en France !
    Les gens en ont « marre »..ne supportent plus toutes ces conditions comme contraintes imposées par ce gouvernement, en vue de « tenter »d’éradiquer ce virus.
    Il ne reste plus que..La lecture, et la musique (que ce soit à l’aide d’un simple poste radio transistor, ou encore d’une chaîne « Hi-Fi », d’un I-Pod, lecteur mp3, d’un smartphone, dont avec « Deezer » ou autre, et sinon..La Nature dans sa grande dimension, diversité, tout comme beauté, mais pour toutes celles et ceux qui le peuvent, surtout..à la campagne.
    [ Les gens, surtout en ville, n’ont malheureusement pas cette forme possibilité de s’évader tout comme de pouvoir se ressourcer !..]
    La culture est bâillonnée à défaut d’être « masquée » comme l’ensemble de la population, sauf pour les plus riches et fortunés avec leurs habitudes, tout en « dérogeant » parfois à la règle et sinon..les règles..imposé pour tous !
    Le prochain salon du livre déjà annulé !
    L’Art est Public !..
    Et non pas..La République…
    « No culture..No future.. »
    Car pour « ce » gouvernement, il n’y a que les « retombées » d’argent qui l’intéresse ou qui suscite une forme d’intérêts.
    Lorsque ce gouvernement parle de « Culture », il ne voit que le rapport à l’argent et combien ça va lui rapporter, comme pour le Louvre et les concerts organisés à l’intérieur, ou encore les défilés de mode (car il y en a..).
    César 2021 : Corinne Masiero raconte les coulisses de sa mise à nu
    Corinne Masiero a surpris tout le monde, y compris les organisateurs de la cérémonie, en se mettant à nu sur la scène des César 2021, faisant de ce « happening » l’image la plus commentée de la soirée. Elle en raconte les coulisses au Parisien.
    « Malaise sérieux » ou « image forte » ? Le coup d’éclat de Corinne Masiero.
    Corinne Masiero nue aux Césars : « On en peut plus, il faut que ça bouge »
    Attention !..Brut de décoffrage..
    L’intervention et prestation de Corinne Maserio.
    ( Elle a eu raison, pour ma part, n’en déplaise !..)
    Ce n’est pas la culture qui est mise à nu, mais bien tous les « acteurs » de la Culture dans son ensemble qui se retrouvent à nu, sans activités, et sans sources de revenu habituel..une drôle de situation, pour ne pas dire une drôle de..catastrophe, pour le monde du cinéma et du spectacle, du théâtre, des concerts, sans oublier les intermittents !
    On est bien loin de l’époque chère à Monsieur Jean Zay, alors ministre de la culture, et en parlant de la culture..
    La Culture en France
    La « gratuité » de la Culture voulue par un certain Jean Zay..
    ( qui se souvient encore ou se rappelle de Jean Zay ?..)
    Monsieur Jean Zay
    Qui était cet homme, monsieur Jean Zay ?
    Jean Zay fut aussi un bâtisseur de la culture
    Association Jean Zay en Provence..
    1937: Jean ZAY ministre faisant respecter la laïcité dans l’enseignement
    Le 15 mai 1937, Jean ZAY souligne dans une circulaire : « la nécessité de maintenir l’enseignement public… à l’abri des propagandes politiques et confessionnelles », « aucune forme de prosélytisme ne saurait être admise ».
    Peu à peu, la culture, au lieu d’être démocratisée et étendue à tous les Français, elle s’est trouvé presque comme dans une dictature..faussement..étatisée…
    Trouvez-vous normal que l’on nous ait habitué..peu à peu..à devoir..tout payer…
    Voilà pour la petite histoire, en parlant de..Culture.
    Et n’allez surtout pas me dire, après tout cela, que la « Culture » ne serait réservé qu’à une élite..Ah..Bon ?..
    Pourtant, de nos jours, et cela déjà depuis quarante ans, et de façon plus significative depuis ces vingt et surtout dix dernières années, la « Culture » n’est malheureusement pas dédiée à tout le monde et de plus « accessible » à tout le monde surtout !!!..
    Bonne journée à vous, un très bon weekend en famille, portez-vous bien, prenez soin de vous, à plus..Denis.

  13. wakametamago

    Ouais ça me fait un peu rigoler ces trucs de culture en danger …. Les gens mélangent un peu tout. Il ne faut pas laisser le sujet se laisser kidnapper par le ‘lobby’ de la culture véritable trou noir financier … tout le monde est égal. Priorité Un: la santé donc les mesures qui s’imposent par contre; les mesures doivent être … mesurées. fermeture des restaurants et cafés … non il faut permettre aux commerces et aux restaurateurs de pouvoir continuer et de sauver leur business… d’abord… la culture ça vient après tout ça à mon avis … sujet chaud certes mais c’est un sujet intermittent ! ha ha ha le gouvernement commet des fautes d appreciation graves lorsqu il fait fermer les petits commerces et laisse ouvert les grandes surfaces … voilà de grosses erreurs. ensuite; cinéma théatre pourquoi pas laisser ouvert jusqu’à un tiers de capacité? boites de nuit, clubs d’échagisme par contre absolument kapputt faut réduire la casse.

  14. janusdot57

    Bonjour.
    Pour en revenir à..La Culture..
    Pour ce que vous dites..
    Ouais ça me fait un peu rigoler ces trucs de culture en danger …. Les gens mélangent un peu tout. Il ne faut pas laisser le sujet se laisser kidnapper par le ‘lobby’ de la culture véritable trou noir financier … tout le monde est égal.
    Je ne suis pas tout à fait d’accord avec vous (sans vous critiquer..)pour le fait que cela vous fasse « rigoler » pour ces trucs (comme vous dites..) de la culture en danger..
    Il est vrai que la priorité « Number One », c’est bien..La santé, et la santé..avant tout, et avant toute autre chose..entièrement d’accord !..
    Les mesures qui s’imposent n’ont pas été « imposées » à la hauteur de ce qu’elles auraient sans doute (et je dis bien..sans doute..) du être prise et imposée.
    Concernant les bars et les cafés, il y a toujours eu des abus et « détournements » et avec des ouvertures « clandestines » le soir, jusque parfois tard dans la nuit !..
    Pour les restaurants et cafés, il y a une « réelle » forme en possibilité d’ouverture, mais avec une mise en place très stricte et plus restrictive en normes et distanciations, sans oublier le masque, le gel « hydroalcoolique », la distance et le décalage..je ne dis pas.
    La Culture..
    La culture vient après tout cela..peut-être..sans doute; mais, cependant, elle fait partie « intégrante », sans le vouloir, ni pousser le bouchon trop loin, dans la vie de tous les jours, en besoins comme aspirations..Non ?..
    Voilà pourquoi je dis cela et mets cela..sans plus..
    Alors, pour être un peu plus précis, comme pour mon article mis, que nous reste-t-il ( non pas de nos amours, comme dans la chanson..), mais bien, en possibilité de s’évader comme s’épanouir quelque peu au travers de la culture et en parlant de..culture, mis à part, un tout petit peu..la lecture (c’est déjà bien..), ou encore la musique (petit transistor, chaîne Hi-Fi, I-Pod, lecteur mp3, lecteur C.D., smartphone avec « Deezer » ou autre..), et sinon de petites et brèves sorties à pied, dans la nature comme en forêt (pour toutes celles et ceux qui le peuvent encore, d’avantage à la campagne qu’en ville surtout, vous en conviendrez..)..c’est tout, même s’il s’agit là déjà d’un tout petit ballon d’oxygène pour se libérer l’esprit et le corps, mais ça ne remplace pas tout, sans vouloir de suite..plus et plus..à une échelle plus grande…
    L’Etat n’a que privilégié les grandes surfaces, dans le domaine de l’alimentaire (un besoin quotidien..), et pour la « T.V.A. » pour l’état, comme dans d’autres domaines..
    Les grandes surfaces (vu par moi seul..) sans un plus grand risques en propagations du virus au regard de l’affluence et de la distanciation non respectée très souvent (mais au regard de l’argent l’Etat ferme les yeux et laisse faire..money is money..toujours l’argent !..)..
    Pour ce qui est des..cinémas, comme théâtres, ,on pourrait très bien laisser « ouvert », avec un tiers en capacité, en occupation de sièges comme pour respecter la et les distanciations..incompréhensible..
    Pour..
    boites de nuit, clubs d’échagisme par contre absolument kapputt faut réduire la casse.
    C’est vrai, mais pour l’Etat, dans le cadre de ces domaines, ce n’est pas « sa » tasse de thé, ni..priorité, donc, il s’en fout et ils (les politiques..) s’en foutent !..
    Il est certains qu’à ce rythme, comme situation, cela va être très vite « kaput » pour eux, et sinon difficilement se remettre sur pieds et surtout..revivre et refaire surface !..
    Je ne suis pas pour la « provocation », ni sur la voie publique ou autre, mais pour ma part, cette actrice (dans le rôle du capitaine Marleau, en série télévisée par épisodes..), Corinne Masiero, a eu entièrement raison, face au gouvernement, surtout « Macron », avant Jean Castex, le premier ministre et qui de plus est aux ordres et à la botte de Macron(il fait ce qu’on lui dit de faire, presque à l’oreille, et surtout lui dicte..comme en actes et communication..), ou encore Roselyyne Bachelot, la ministre de la culture (et qui est très cultivée dans un tas de domaines et pas que la musique classique..), qui est prise entre deux feux, pour essayer ou tenter de sauver le monde du spectacle comme de la culture en général, comme avec ces aides de l’Etat, et qui aimerait cependant (dans son fort intérieur..) rouvrir les salles de cinémas, les théâtres,etc..)..
    Voilà pourquoi mon article et « cet » article, sans oublier, en passant, le clin d’oeil et la référence, en comparaison, avec monsieur Jean Zay, dont pour l’Education Nationale et sa « neutralité » par rapport aux cultes et à la politique comme..syndicats..no comment !..
    Bonne journée, un très bon weekend encore, en famille, à plus..Denis.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s