Tagué: iliade

Un autre portrait de notre chat Scotch

Ce dimanche matin profitant des derniers moments de fraicheur je vais dans le jardin continuer la lecture de l’Iliade. Le chant 21 a des passages terribles:

Achille tire son glaive redoutable, et frappe l’os près de la gorge ; la lame s’enfonce tout entière : Lycaon reste étendu, le front dans la poussière; de son corps s’échappe un sang noir, qui coule sur la terre : alors Achille le saisit par le pied, l’entraîne, le précipite dans le fleuve, et, triomphant, il s’écrie :

« Reste confondu avec les poissons, qui, tranquilles, suceront le sang de ta plaie. Ta mère ne te placera point en pleurant sur un lit funèbre ; mais le Scamandre en son cours rapide t’entraînera dans le vaste sein des mers ; le poisson, s’élançant à la noire surface des ondes frémissantes, dévorera la chair délicate de Lycaon. Tombez ainsi jusqu’au jour où nous envahirons la ville sacrée d’Ilion ; vous en fuyant, et moi vous frappant dans le dos. Il ne vous garantira point, ce large fleuve aux gouffres argentés, à qui vous sacrifiez de nombreux taureaux, et dans les gouffres duquel vous jetez vivants les rapides coursiers. Mais vous périrez ainsi d’une mort déplorable, jusqu’à ce que tous vous ayez expié le meurtre de Patrocle et la ruine des Grecs que, durant mon absence, vous immolâtes devant ces légers navires. »

Et Scotch vient me tenir compagnie.

portrait de scothy.jpg

Publicités