Tagué: japon

Penser à sa maman

Ma maman est partie ça va faire bientôt 5 ans. …

Oui c’est peut être plus dur quand on est parti vivre très loin au Japon … mais c’est pas sûr; et puis qu’est ce que ça veut dire, et ici il y a la nature, qui est universelle qui nous connecte à tout l’univers …

Combien de fois la nature nous accompagne et nous console…

Voila ce qui est arrivé la semaine dernière ….

La chanson de Paul Simon :

https://www.youtube.com/watch?v=ABXtWqmArUU

Cette année aussi nous avons récolté du thé

C’est chaque fois un plaisir, que d’aller au fond de la vallée récolter les feuilles des théiers.

J’ai fait déjà des articles sur cette récolte des feuilles de thé et leur préparation, et même une vidéo, sur youtube !

Voici le lien vers la vidéo si vous souhaitez voir les détails de la préparation.

Ces jeunes feuilles sont vraiment appétissantes avec ce beau vert frais qui brille!

Du thé j’en ai bu énormément l’année dernière, et toujours avec beaucoup de plaisir. Il y des arômes très fruités. Je le bois quand je travaille et j’ai remarqué que boire ce thé bancha me met très souvent de bonne humeur.

J’ai même fait des trips avec ce thé: parfois je sens un effet spécial, de légéreté et d’euphorie, lorsque je bois ce thé combiné avec ma pipe (je fume la pipe quand je bosse).

J’ai fait cette expérience; de joie et d’euphorie, plusieurs dizaines de fois.

A mesure que l’on passe les feuilles de thé sur le feu elles changent d’aspect. C’est au moment de cette préparation que le thé devient du thé vert, du thé style anglais ici on dit thé rouge, ou alors du bancha: la variante populaire du thé vert, ici.

Cette préparation prend une journée entière! A midi on se fait un bol de ramen, ici agrémenté de feuilles de laitue et de feuilles de thé.

On fait tout cela avec des amis du village, c’est un grand moment. Une voisine a préparé des financiers, délicieux, au thé matcha et à l’hojicha.

Ce sont des micro événements qui donnent à notre petite vie à la campagne tout son sens…

Me suis pas abstenu!

Aujourd’hui dimanche 24 avril jour du second tour de l’élection présidentielle francuski je ne me suis pas abstenu de faire une grande promenade et d’aller visiter un sanctuaire shintô d’exception.

J’était allé voter pour le premier tour, jusqu’à Kyoto, et c’était en réalité une excuse pour aller voir mon ami F. Quelle promenade nous avons ensuite faite à Kyoto et il m’y a fait découvrir de véritables merveilles! Entres autres un tout petit temple où quatre cerisiers en fleurs emplissaient le ciel ! Une vision du paradis franchement.

(en fait j’aurais pu aller voter cette fois aussi mais je me suis dit plutôt qu’il est plus sage, plus efficace de me focaliser sur ce que je peux contrôler moi-même).

Et aujourd’hui nous allons voir un sanctuaire shintô d’exception …. absolument magnifique. regardez ….

Cette belle pancarte nous accueille dans le village
Y a qq qui a des problèmes avec le rangement …
Eh oui je sais ça fait penser à Elden Ring
Le sanctuaire shintô moto ise naiku
On est quasiment seuls. C’est formidable – on entend beaucoup de grenouilles

Après ce premier sanctuaire un chemin dans la montagne descend sur cinq cent mètres.

Puis une petite rivière. Un autre sanctuaire s’y trouve, à flanc de montagne. L’endroit est superbe. On s’assied sur des rochers et on fait une pause, on ferme les yeux. On en oublie les moustiques.

[Ah oui pendant cette visite il y a deux interventions divines:

alors que nous descendons vers la rivière il y a cinq petits oiseaux au plumage orange et rouge qui se mettent à tourbillonner au dessus de nos têtes deux longues minutes

et au retour nous descendons un escalier de pierre assez abrupt, une énorme femme qui fait bien 200 kg il y en a très peu au Japon pas comme aux US, belle comme un Dieu, essaie de grimper cet escalier qui mène au sanctuaire au prix d’un effort considérable et très visible…. Son effort est remarquable, se hisser sur chacune des marches et atteindre le sanctuaire, c’est son salut… Quand je la vois je me dis, ah elle est ma propre image, moi qui lutte ou m’embourbe dans mon propre moi et mon problème de surpoids… elle est ma propre image projetée… je la salue et l’encourage « le plus dur a été fait » « tu as fait les trois quarts de la distance » …..

tout cela a un sens c’est certain]

Après quelques heures de magie et de rêve -on était presque dans les gros bras velus de Totoro-, nous reprenons la voiture …. sommes allés goûter à des nouilles de sarrasin.

Dans un ptit resto au bout d’un ptite vallée; dans une ptite maison … un peu cracra ou disons un peu border line… bon ils pourraient faire le ménage quand même!! Mais l’ambiance familiale, la grande mère qui fait les nouilles de sarrasin avec sa fille et sa ptite fille et puis surtout, l’assiette des sansai, des feuilles, des bourgeons, des pousses, récoltées dans la montagne juste derrière et arrangées en une très légère tempura, voilà: un vrai régal.

C’est une façon de s’imprégner de la puissance de la végétation qui se réveille ! Des pousses de tara … des feuilles (que je ne reconnais pas) des champipi et des pousses de fougère…

Dans cette escapade c’est notre ami GPS qui nous a guidé et j’ai pas trop regardé la carte en détail mais partout dans le village, il y a des références aux petits démons.

Même sur les couvercles des vannes d’eau, avec un ptit démon ”酒呑童子” apparement il sévissait dans la région … il y a mille ans!

Une journée paisible à la campagne

Ce fut un dimanche bien productif mais tranquille aussi. Qu’il est bon de s’affairer au jardin. J’ai planté quelques pieds d’épinard et nettoyé des rangs de légumes, retirant les ‘mauvaises herbes’.

Le jardin est encore plein de choses plantées avant le début de l’hiver. Chou, Chou chinois (hakusai), brocolis … Mais je commence à planter de nouvelles choses aussi.

La nature se réveille juste. On voit des coccinelles. quelques araignées mais pas plus. D’ici quelques semaines tout va se remettre à grouiller.

S’occuper de la terre. Faire pousser des légumes.

Les joies simples et universelles du jardinier.

Je pense aux Ukrainiens qui devaient faire pareil, bien tranquilles, dans leur campagnes ou leurs datchas; choux, patates, pareil … et puis tout d’un coup tout est foutu et a sombré dans la violence et le chaos.

Après le jardinage je fais quelques brochettes de poulet. J’ai laissé la viande mariner depuis la veille dans un mélange magique; sel; huile d’olive, ail et oignon, yogourt, épices indiens (garam masal punjabi) et red chili…

C’était assez réussi.

Combien de temps avant l’arrivée des corbeaux ?

Il y avait un petit peu de vieux jambon espagnol qui trainait dans le frigo… pourquoi pas l’offrir aux corbeaux… plutôt que d’encombrer le sac poubelle…

Je laisse les quelques morceaux au bord de la rivière et pose une caméra, car je suis curieux:

au bout de combien de temps les corbeaux (ou les rapaces) vont ils remarquer le jamon iberico ?

La réponse est dans la vidéo.

Une maison Japonaise traditionnelle

C’est dans un bled pas trop loin d’ici que j’ai fait la découverte de cette très belle maison, le mois dernier. Tout a été dépoussiéré et transformé en un éco musée.

J’admire la simplicité des volumes et la pureté des lignes. tout cela a été fait de bois, de terre et de paille.

Si on regarde bien on se rend compte qu’il s’agit de beaucoup de terre et de paille, et d’un peu de bois. Les proportions sont peut être similaires à celles de nos très anciennes maisons en Europe, faites à colombages.

Quelle économie de moyens ! Quelle intelligence !!

Et j’ai un peu de mal d’ailleurs à me dire que la maison où nous habitons était autrefois, comme celle dans les photos. La cuisine et les sanitaires sont différents. Et puis une autre grosse différence c’est que chez nous tout est plein de meubles -il n’y a pas ces grands espaces vides- et puis nous avons aussi un poêle à bois nord américain.

Une autres grosse différence aussi c’est que la toiture de notre maison a été changée après la guerre. La toiture originelle était de paille, en kaya, comme dans cette maison photographiée ici, mais elle a été refaite après la guerre, avec un toit de tuiles. Le toit de tuiles nécessite moins d’inclinaison et a permis alors l’installation d’un demi premier étage pour stocker de la paille pour la vache.

Au fait je suis très ‘fier’ je l’avoue de pouvoir vivre dans une maison japonaise de 200 ans. Quelque chose que je n’aurais jamais imaginé.

Je pourrais et devrait écrire un article là dessus et le faire en bande dessinée. « Vivre dans une maison japonaise traditionnelle« . Bien sûr il n’y a pas que des avantages côté pratique. Mais, le côté pratique n’est il pas juste … inintéressant ? C’est le pratique qui rend la modernité assez moche et finalement pas pratique.

Mais retournons à nos chèvres:

Point de vue structure l’agencement c’est toujours identique … ici une pièce à droite pour y mettre une vache ou un cheval, la cuisine et sur la gauche quatre grandes pièces à tatami. (ici deux de ces pièces ont un plancher en bois).

Voici les photos!

Noter la forte inclinaison du toit

Entrée de la maison. La partie à droite est sur le sol. Comme l’est la « cuisine ». La partie à gauche est surélevée pour un plus grand confort.

Côté toiture aussi, grande économie de moyens

Dextérité du charpentier qui maîtrise les courbes et les utilise à bon escient.

Vue sur deux des quatre pièces d’habitation. Des cloisons mobiles en général les séparent à volonté, ici elles ont été retirées.

Très beau irori portable où l’on faisait chauffer de l’eau, pour le thé.

Je suspecte qu’autrefois on gardait ici une vache ou un cheval pour les travaux des champs … le plancher aurait alors été ajouté.

On note la simplicité des objets et des outils.

ici un magnifique okudo; foyer où l’on faisait la tambouille; Il y en avait un comme ça chez nous, mais de facture plus récente, fait avec des briques, et beaucoup plus petit.

Ici il a été refait à neuf.

magnifique ça !!

La Pizzeria du village et des pommes de terre

Si on m’avait dit un jour, que la Russie attaquerait l’Ukraine et y enverrait son armée et se mettrait à y bombarder les villes je ne l’aurais, franchement, pas cru. Voila un événement terrifiant!

Bon, si on m’avait dit dans les années 90 qu’un jour la France enverrait des soldats en Afghanistan je ne l’aurais pas cru non plus.

Difficile d’imaginer les conséquences de ce qui se passe en Ukraine.

Je pense à tout cela ce samedi matin mais je n’arrête pas de penser à ce qui se passe la bas depuis que tout a commencé la semaine dernière. Beaucoup de tristesse pour les Ukrainiens et les Russes.

Aujourd’hui on sentait l’arrivée du printemps et j’en ai profité pour planter des pommes de terre. Quel bonheur de pouvoir travailler dans un champ, toucher la terre. Et vivre en paix.

Comme je l’écrivais plus tôt; je me lance dans un nouveau projet de bande dessinée, des petites histoires sur une page, qui se déroulent dans le village. Je me dit que cela peut peut être « aboutir » à quelque chose.

Ici dans cet épisode que j’ai fini juste avant d’aller planter les patates je raconte comment les animaux du village, vont s’acheter des pizzas. Qui n’aime pas les pizzas. Surtout qu’il y a une pizzeria dans le village!

Ah zut ! pas encore traduit en Français! (je fais ces histoires courtes directement en Japonais)…

J’ai imprimé cette petit histoire et l’ai apportée à monsieur K qui tient la pizzeria.

Il était juste en train de faire un feu pour commencer à chauffer le four à pizza.

On discute de la situation en Europe et on se dit: ben merde si plutôt que de dépenser des milliards pour distribuer des missiles anti char aux ukrainiens, si, à chaque soldat russe on offrait 10 000 dollars et un aller simple pour les US ? Problème résolu ! N’importe quel job aux US est beaucoup mieux que ce que leur offre l’armée russkof, c’est sûr !

Retourner sur Terre à Tours, à Yoïsho !!!

Coucou les zamis. J’ai une grosse nouvelle!

Ma bande dessinée Retour Sur Terre est désormais à Tours ! yes !!!

A Yoïsho! pour être exact.

Yoïsho! c’est un restaurant Japonais situé à Tours, au 11 avenue de Grammond.

Retour Sur Terre; versions en français et en japonais, à Yoïsho! avec Sachiko sur la photo.

Yoïsho! se focalise sur la soul food Japonaise.

On y trouve en effet les incontournables: des onigiris, des inari sushi et des tai yakis. Il y a aussi des sorbets faits maison…. sorbet au sucre de canne de Okinawa, au matcha, au yuzu … au sésame !! …. Et même de la kakigori !!!

pas besoin de climatisation l’été si vous pouvez vous offrir une bonne kakigori …. mmmm!!!!

Philippe a monté Yoïsho! .

J’ai fait la connaissance de Philippe il y a dix sept ans. Nous étions tous les deux alors à Tokyo. Nous cherchions chacun de notre côté des partenaires pour des projets de business. Je rencontre Philippe et quelle surprise:

Il est de la Rochelle en Charente .. comme mes parents … ma maman était née à La Rochelle … mon père y a passé sa jeunesse.

Enfant, Philippe passait ses vacances à l’ile d’Oléron – mes grands parents étaient d’Oléron et donc j’y passais aussi tous mes étés …

Ensuite on a découvert que nos anniversaires étaient éloignés d’un jour et d’un mois … étonnant …

Mais la cerise sur le gâteau c’est que … Philippe et moi avons vécu dans le même bled en région parisienne … la même ville (10 000 habitants à l’époque) et dans la même rue !!!

Vraiment incroyable tout cela!

Depuis nos chemins se sont séparés. Philippe est rentré en France et a démarré Yoïsho! à Tours. Je suis venu m’installer au village … Philippe tu me manques !!

Donc si vous êtes dans la région de Tours ou de passage:

  • allez faire la bise à Philippe ou à Sachiko (choisir l’un des deux)
  • dégustez leurs spécialités: onigiris, tai yakis, sorbets; thé japonais …
  • et procurez vous une copie de la bande dessinée Retour Sur Terre !!!

Instagram: yoisho.france

Yoïsho! La Soul Food du JAPON au 11 Avenue de Grammont, 37000 Tours
mardi – samedi 11:00 – 17:00

Web: www.yoisho.fr

La chienne Lia

Un peu de lecture !

Cette année je change un peu ma façon de bouquiner: j’ai sélectionné un grosse dizaine de livres que j’ai envie de lire et je les ai posés sur une table dans mon bureau. Ils sont bien visibles. Et puis, je picore. Je prends un book, si je sens un embalement je m’y plonge mais si ça ne prend pas, je le remets sur la table et je passe à autre chose.

C’est un peu du butinage…

J’avais pris la pléiade de St Exupéry, pour m’attaquer à son dernier écrit, ‘Citadelle’ et bien la citadelle m’est tout à fait restée fermée, j’ai eu beau frapper, sa porte ne s’est pas ouverte !

Et par hasard je me suis replié sur « pilote de guerre », où j’ai été emporté par cette écriture et cette intelligence ! le 20è siècle a produit de belles choses, en France !

Il n’est rien à décider. Ca regarde Dieu exclusivement

Notre monde est fait de rouages qui ne s’ajustent pas les uns aux autres. Ce ne sont point les matériaux qui sont en cause, mais l’horloger. L’horloger manque.

Tiens ça me fait penser au conarovirus ça:

Une administration n’est pas conçue pour résoudre des problèmes neufs.

La division blindée doit agir comme l’eau. Elle doit peser légèrement contre la paroi de l’adversaire et progresser là seulement où elle ne rencontre point de résistance. (…) Les tanks ont joué un rôle d’agents chimiques qui détruiraient, non l’organisme, mais les nerfs et les ganglions.

Nous n’avons pas le loisir de méditer sur le passé. Nous assistons au présent. Le présent est tel.

Une civilisation est un héritage de croyances lentement acquises au cours des siècles, difficiles parfois à justifier par la logique, mais qui se justifient d’elles mêmes; comme des chemins, s’ils conduisent quelque part, puisqu’elles ouvrent à l’homme son étendue intérieure.

Une mauvaise littérature nous a parlé du besoin d’évasion. Bien sûr, on s’enfuit en voyage à la recherche de l’étendue. Mais l’étendue ne se trouve pas. Elle se fonde. Et l’évasion n’a jamais conduit nulle part.

Sur la défaite de la France, inévitable:

Nous ne pouvons pas changer notre terre à blé en terre à charbon.

L’Esprit, chez nous, a dominé l’intelligence.

Désormais chaque explosion me paraît, non nous menacer, mais nous durcir.

Le métier de témoin m’a toujours fait horreur. Que suis je si je ne participa pas ? J’ai besoin, pour être, de participer.(…) Qu’est ce qu’un homme s’il manque de substance ? S’il n’est qu’un regard et non un être?

Je comprends le sens de l’humilité. Elle n’est pas dénigrement de soi. Elle est le principe même de l’action. Si, dans l’intention de m’absoudre, j’excuse mes malheurs par la fatalité, je me soumets à la fatalité. Si je les excuse par la trahison, je me soumets à la trahison. Mais si je prends la faute en charge, je revendique mon pouvoir d’homme. Je puis agir sur ce dont je suis. (….) Il est donc quelqu’un en mois que je combats pour me grandir.

Passage à la TV pour ma BD Retour Sur Terre

Ca y est c’est fait, je suis passé à la télé régionale (SUN TV)… Où on m’interviewe sur ma bande dessinée Retour Sur Terre et la vie au village.

Le titre en Japonais c’est 失われた田舎暮らしを求めて・・・

Dans le court passage vous pouvez me voir dans mon bureau (c’est la maison de madame M); discuter avec Madame T, et ensuite papoter avec mon ami Sakichan dont je parle tout le temps ici dans le blog !!

Ensuite on passe à la pizzeria de monsieur K

On s’est bien amusés !! Une bonne expérience…