« Beautification » du pied-de-biche

J’avais déjà fait ça il y a 3 ans.

Mais je recommence! Je repeins mes pieds-de-biche. Je choisis le motif tricolore. Ca jette!

Bien sûr, bleu blanc rouge, ça fait, je le conçois, un peu …. populo.

Ce serait beaucoup plus classieux de peindre les pieds-de-biche avec les fleurs de lys sur fond bleu. La prochaine fois, si Dieu nous prête vie.

Pourquoi des pied-de-biche, et surtout avoir un gros truc comme celui de gauche ? Le pied-de-biche est très utile pour retirer des grosses pierres ou alors bouger des objets très lourds. Comme dans la dernière vidéo où je positionne des troncs d’arbres pour les tronçonner en toute sécurité.

Je les ai utilisés aussi récemment pour retirer une souche d’arbre.

Un des projets en cours consiste d’ailleurs à poser de grosses pierres, les plus grosses possible, dans un petit coin de jardin jusqu’alors empli de petits bambous et qui l’été se transforme en une véritable jungle difficile à débroussailler.

Le projet:

1 retirer terre et souches.

2 passer la terre dans un gros tamis pour séparer cailloux et terre;

3 ramener la terre au potager, garder les cailloux,

4 creuser encore,

5 amener de grosses pierres, les poser,

7 mettre des cailloux dans les espaces laissés.

Découverte d’un magnifique village !

On a fait la découverte d’un magnifique village cet été. Il me tardait de partager avec vous quelques photos de ce lieu magique. Mais tout le travail pour finir ma bande dessinée Retour Sur Terre et ensuite sa traduction en Japonais m’a gardé super busy !!!

Fait très rare, ce village a très peu changé depuis l’époque Meiji. Les bombes américaines ne l’ont pas détruit. L’essor industriel et économique ne l’a pas transformé.

A propos des bombardements américains. Sachant que la plupart des constructions au Japon étaient faites en bois les US ont effectué des bombardements avec des bombes incendiaires. Les bombes étaient larguées en grappes. Pour éviter que les civils aillent les éteindre avec un seau d'eau, ils mettaient des bombes explosives dans chaque grappe ... Fermons la parenthèse de l'horreur.

Ce village est coincé dans une vallée étroite, à l’est de la ville de Chizu, à Tottori.

On y passé un très bon moment dans ce village. Des maisons sont encore habitées. Un artisan peut être sculpteur sur bois y a son atelier. Il y a également deux petits restos, mais ouverts le week end seulement.

Il y a avait des chats aussi, bien sûr.

Un bonne partie des maisons vers le côté sud étaient par contre entièrement abandonnées et partent sérieusement en _ouille.

Je vais me contenter de mettre les photos …. enjoy !!!!

Vidéo où je coupe du bois

Vidéo tutube où je me filme en train de couper du bois.

On a coupé deux arbres dans notre montagne hier et tout ramené à la maison. Un cryptomère et un cyprès. Comme ces arbres faisaient vingt mètres de haut …. ça fait du volume et du boulot.

Tout finira dans le ventre de notre sympathique poêle à bois Calcifer.

Même par cette petite matinée de fin novembre où il fait frisquet, eh bien je finis par bien transpirer, à manipuler ces gros morceaux de bois.

Tous mes remerciements à ma tronçonneuse Martine.

Voilà. Tout se que l’on peut faire soi même on essaie de le faire, histoire d’être moins dépendant de la société, et d’apprendre des choses. Disons qu’on est bons pour le bois et le chauffage, une bonne partie des légumes, et les petites choses comme le thé et l’uméboshi.

Pour aller au stade suivant, le fameux stade des poules, il me faudrait le temps que je n’ai pas.

Dans le blog d’Armelle: Paroles de Gaikokujin

Vous connaissez déjà sans doute le blog: « Paroles de Gaikokujin », où Armelle, qui vit en France, interviewe des étrangers francophones qui vivent au Japon.

Son blog présente déjà plus d’une vingtaine de portraits, avec des profils et des backgrounds très variés.

Armelle se présente ici ci dessous:

Je m’appelle Armelle, je vis à Bordeaux mais je suis originaire de Paris, et comme beaucoup de Français, je suis passionnée par le Japon !

J’y ai voyagé plusieurs fois avec mon compagnon et j’attends avec impatience que les frontières rouvrent pour y retourner, cette fois-ci avec nos deux jeunes enfants.

Au mois de juin 2021, après plus d’un an de crise sanitaire, sans possibilité de voyager de nouveau et en manque de contact avec le « Monde », j’ai décidé de créer ce blog, consacré aux francophones installés au Japon.

Ainsi, j’ai pu échanger (en visio la plupart du temps) avec des gens habitant aux quatres coins du Japon !

J’ai fait des « rencontres » incroyables et découvert des parcours passionnants ! J’ai déjà écrit plus d’une vingtaine d’articles et les retours des lecteurs sont très positifs.

Le blog est de plus en plus connu avec près de 25 000 visites en cinq mois, et j’espère pouvoir continuer à publier de nombreux portraits malgré une vie bien remplie entre la vie de famille et le travail…


Mon souhait serait d’aller à la rencontre de toutes ces personnes que j’ai interviewées lors de mon prochain voyage….même si cela paraît très compliqué d’aller voir tout le monde !

Armelle m’a interviewé dans son dernier article., que vous pouvez trouver plus bas … L’interview s’est bien passé. ça faisait un peu drôle de parler français si longtemps, avec une nouvelle personne. Armelle mène tout cela d’une main de maître.

https://gaikokujinstories.fr/2021/11/04/le-retour-a-la-terre-de-wakame-tamago/

Auto dérision: La dernière Porsche ?

Un Ours se balade dans le village !!

Depuis la semaine dernière un ours a été aperçu aux abords du village à plusieurs reprises.

Ces visites d’ours; un événement assez rare pour être remarqué. Mais pas rarissime non plus; il y a deux ans j’avais trouvé au beau milieu d’un chemin un magnifique cacadours.

La mairie nous envoie des SMS nous avertissant du danger éventuel et des mesures de précaution à prendre. A noter l’image avec l’ours en peluche super mignon. Et oui ! nous sommes bien au Japon.

Un autre signe distinctif; c’est que l’on responsabilise les gens et on les prend pas pour des gros bébés. (je fais référence à des discours de macron l’année dernière sur le connarovirus où j’avais l’impression très désagréable qu’il s’adressait à des enfants en maternelle).

Traduction du message

Hé il y a un ours (dédramatisation)

Hier dans le district X de la ville de Himeji les traces de griffes d’ours ont été découvertes.

Pour éviter la rencontre  »surprise » avec un ours; si vous marchez dehors tôt le matin ou tard le soir, et si vous prenez les chemins de montagne; équipez vous d’objets qui font du bruit (comme des clochettes ou une radio)

Les ours se nourrissent de miel ou des fruits de kaki; pensez à déplacer (retirer) vos rûches et les kakis (de vos arbres).

fin de la traduction

Au sujet des ours il est rarissime qu’ils attaquent. Les hommes sont beaucoup plus dangereux.

Et c’est ce que mon ami Saki chan répète souvent: 人間より怖いいものはない (il n’y a rien de plus dangereux que l’homme).

Vidéo: présentation de la BD Retour Sur Terre

J’ai fait une ptite vidéo pour présenter ma bande dessinée Retour Sur Terre.

Je raconte en 68 pages comment nous nous sommes installés à la campagne au Japon, dans un petit village et tout ce que nous avons appris.

Ca c’est disons la première partie qui est donc dans le genre de roman graphique. Vous retrouverez plusieurs épisodes et personnages que j’ai évoqués dans ce blog.

La seconde partie du récit est beaucoup plus fantaisiste, fantastique !!! peu  »folle ». Car, pourquoi se contenter de la réalité ? Mais je vais garder cette partie fantastique secrète !!!

Donc comment se procurer la BD ?

Il y a toujours deux options possibles

  • paiement sur paypal
  • ou alors un troc contre du fromage

lien ici

La saison des promesses

C’est sans aucun doute pareil en France.

Le riz a été récolté.

On pense déjà aux prochaines échéances.

Déjà on prépare les champs et les esprits.

On sort alors les grosses machines.

De grosses bennes montées sur chenilles. Spécialement conçues pour pouvoir aller partout.

On charge ces grosses bennes soit de fumier de vache, soit de promesses électorales, que l’on s’en va épandre un peu partout.

Et ça marche !!!  »doubler le salaire des machins »  »augmenter le nombre de trucs »  »réduire les taxes sur le bidule »  »re schtroumpfer le trucmuche pour mieux refourbir les affaires »

Donner en abondance un peu au hasard c’est une chose, mais pour ces promesses électorales on peut avoir une stratégie plus ciblée et les placer directement dans des pièges comme dans la photo ci dessous.

Et c’est merveilleux; ça marche à tous les coups. Et après on après peut faire de délicieuses charcuteries …  »la cervelle en gelée de Manu »  »les boudins de Marine »  »la petite andouillette de Xavier’ »la merguez de Jean Luc »

Retour Sur Terre: La page 37 en vidéo

Je bosse toujours à la traduction en Japonais de ma bande dessinée RETOUR SUR TERRE. Tous les textes ont été traduits et maintenant je les transfère sur le logiciel de dessin.

C’est l’occasion de filmer un peu le processus, et de vous présenter la page 37 du book.

Dans cette page j’accompagne Saki chan parti en forêt couper des cryptomères. Et j’observe son travail.

Cette page 37 est très réaliste car la plupart des dessins je les ai faits sur la base de photos que j’ai prises.

Au sujet du réalisme

Retour Sur Terre: roman graphique ou bande dessinée?

Disons que les premiers 60 pour cents de l histoire sont plus proches du roman graphique, car on y décrit notre vécu et notre installation à la campagne et nos débuts dans le village… C’est du réel. Par contre à un moment, l’histoire diverge ( ça  »part en tangente ») pour entrer dans le fantastique et le merveilleux.

Donc pour résumer: les deux premiers tiers, c’est plutôt un roman graphique. Le dernier tiers, une bande dessinée !!!

Plusieurs cases de cette page sont basées sur des photos que j’avais en fait postées dans le blog.

C’était l’article: Cryptomère de noël … 2014 !!! Il y a 7 ans….

Vous pouvez retrouver quelques photos … et les comparer à la BD

Le camion dans la montagne

Détail du camion et des outils.

Récolter topinambours, cacahouètes et gingembre

Ce samedi avec Saki chan (lui aussi est dans la bande dessinée retour sur terre) nous nous retrouvons le matin dans son atelier.

Petite canette de café autour du feu.

Et puis; armés de bêches nous allons dans le champ adjacent pour y récolter des merveilles.

En l’occurrence quelques topinambours. C’est la première fois que nous en faisons. On est curieux de voir quelle gueule ça a.

Ensuite nous passons une bonne heure à récolter les cacahouètes.

Ca a bien poussé. La terre est bonne. On discerne dans quelques mottes tous les petits tunnels laissés par les vers de terre. La terre est bonne et cède facilement sous les avances délicates de la bêche.

On met les cacahouètes dans un vieux seau.

Le seau doit dater d’avant guerre dit Saki chan.

Le seau appartenait autrefois au village, car le nom du village y a été tracé au pinceau, dans une belle calligraphie d’ailleurs, et ce qui est caractéristique c’est que les caractères ont été tracés de droite à gauche, ce qui était l’usage courant jusqu’à la guerre.

Lire « ichi no tani » qui est le nom de la vallée. Se lit ici de droite à gauche

Aujourd’hui cette écriture de droite à gauche se retrouve encore pour les noms de bateaux et parfois de camions. Sur les camions c’est marrant car parfois le nom de la société de transport est écrite avec les caractères romains, mais de droite à gauche !

A la vue de ce seau antique commence une discussion, on continue à récolter les cacahouètes mais je dis tiens ce seau a pu appartenir au père du chef du village actuel !

Saki chan se rappelle de son prénom, tout droit sorti d’un film de samurai ou d’une pièce de kabuki. Quel nom ! lui dis je ! Et je l’ai oublié …

Il est courant même aujourd’hui d’inclure dans le nom de ses fils un numéro. Ce numéro indiquant leur ordre de naissance.

Saki chan regarde la quantité de cacahouètes et il dit: autrefois y avait pas d’électricité… les gens faisaient des gosses et des gosses, ils n’avaient rien d’autre à faire… malgré la pauvreté à l’époque …

et il ajoute mais bon à force de faire des gosses quand les gens décidaient d’arrêter d’en faire souvent si c’était une fille la dernière, ils l’appellaient  »Tomé » (s’arrêter).

Voyez qu’à discuter pendant la récolte des cacahouètes on peut apprendre des trucs.

Les cacahouètes finies nous allons récolter du gingembre.