Tagué: wakame tamago

L’irori de Pierre

Voila un article que je voulais faire il y a un bout de temps. (Version Japonaise ici)

C’est au sujet de l’irori…

Irori 囲炉裏 : Un « irori » est un élément traditionnel de la culture japonaise. Il s’agit d’une cheminée ou d’un foyer intégré dans le sol d’une pièce, généralement utilisé pour chauffer et cuisiner. L’irori est souvent constitué d’une fosse peu profonde encastrée dans le sol, avec un espace pour brûler du bois ou du charbon. Au-dessus de l’irori, il y a généralement une grille sur laquelle les aliments peuvent être cuits. L’irori était traditionnellement utilisé dans les maisons japonaises pour diverses activités, comme se réchauffer pendant les mois d’hiver, préparer des repas et rassembler la famille autour du feu. De nos jours, bien que les foyers modernes aient remplacé en grande partie les irori dans la plupart des foyers, ils sont encore utilisés dans certaines maisons traditionnelles japonaises et sont appréciés pour leur atmosphère chaleureuse et leur lien avec les traditions anciennes.

M’inspirant de l’irori j’en avais fait un, comme une table, pour pouvoir me cuire des trucs dans le jardin. Cet article détaille les étapes du projet.

la première version de mon irori. Avant que je n’ajoute des roulettes et refasse les planches de côté.

Cet irori pour le jardin est vraiment formidable et m’a fait passer d’excellents moments. J’adore en effet cuisiner dehors. Ca permet de passer un peu de temps dans le jardin et d’admirer le paysage.

Plus que cuisiner avec ou faire des grillades finalement ce que je préfère c’est y faire du thé. Ca donne un genre de cérémonie du thé destroy mais avec un résultat proche: être dans le moment, être dans l’instant.

Ca c’est vraiment top. On allume un peu de charbon de bois et puis dessus on pose une bouilloire où on a mis quelques feuilles de thé.

Savourer et se plonger dans l’instant présent

Voyant la chose, Pierre; un lecteur du blog, qui vit en France, s’est fait un irori aussi.

Plus petit, avec des pattes qui se replient l’irori de Pierre est facilement transportable et rentre dans le coffre de sa Lamborghini.

Pierre m’a envoyé les photos de son bel irori. Beau travail du bois (trop difficile pour moi) et un super sens esthétique. Quelle élégance !

Admirez !!

L’irori de Pierre

Magnifique travail.

Si vous aussi vous vous faites un irori, envoyez moi les photos !!! On peut commencer une tendance mondiale…

L’homme peut-il être sauvé ?

L’homme peut-il être sauvé ? 人間を救えるのか —- tel est le sujet de mon dernier dessin….

Il s’agit en effet du Christ qui essaie de sauver des hommes à l’aide d’un UFO CATCHER … UFO CATCHER: il y en a en France ?

Un "UFO catcher" est un type de machine de jeu ou de divertissement que l'on trouve généralement dans les salles d'arcade, les parcs d'attractions ou les centres de divertissement. Il est également connu sous le nom de "grue à peluches" ou "grue à jouets". L'objectif du jeu est d'utiliser une grue mécanique pour attraper un prix, souvent une peluche ou un jouet en peluche, et le récupérer. (chatgtp)

En tout cas c’est comme cela que l’on nomme ce jeu au Japon ….

Parmi la foule, les âmes perdues, on peut voir le chevreuil, qui est un personnage de ma bande dessinée ‘Retour Sur Terre’… que fait-il la ?

Jusqu’au mois de mars j’ai tenu un excellent rythme avec les dessins, parvenant à avoir une bonne idée et à en faire un dessin chaque semaine. Ceci en parallèle avec le travail.

Cependant la fatigue s’accumulant avec le boulot en Avril, j’étais sec ! Plus d’idées! aucune inspiration. Peut-être, aussi, l’arrivée du printemps et d’autres événements autour de nous.

Et puis tout d’un coup après quelques semaines sèches…

cette image du Christ qui tente de sauver les hommes, avec un UFO CATCHER ….

Comme à chaque fois, je prends beaucoup de plaisir à faire ces dessins: je sens que cela m’aide à progresser ….

Merci encore de suivre mes petites aventures et pour tous vous encouragements, difficile pour vous de vous rendre compte peut-être, mais vos commentaires et vos feed backs me donnent énormément d’énergie !!!!

La conférence ….

La conférence s’est bien passée ! Devant donc quinze anciennes élèves de l’université de Nara.

Je dis que ça s’est bien passé car seulement une personne s’est endormie… le reste répondait bien aux plaisanteries, et il y a avait une bonne dynamique.

J’y ai pris vraiment plaisir, mais c’est normal, quand on la chance de parler de son histoire et de se savoir écouté.

Et en plus huit personnes ont acheté ma bande dessinée « retour sur terre » … Super cool !!

Préparer cette présentation c’était un peu résumer ma vie et essayer d’en extraire un sens et des choses qui pourraient intéresser des personnes de 70 ans …(qui ont donc plus de XP points que moi)

Voici quelques slides du power point.

La maison, en Charente Maritime, où mon père est né.

Dans un petit village de 300 âmes … Oh ces belles maisons charentaises qui évoquent un climat doux et clément … et les belles façades .. et ces murs de pierres d’un mètre d’épaisseur!

Un souvenir d’enfance c’est quand nous « re descendions » dans les Charentes, de Paris pour aller aider mon grand oncle aux travaux des vendanges… Je n’ai plus de photos de tout cela mais les outils, les barriques, on trouve les mêmes photos sur le net et même mon arrière grand père Gaston dont je n’ai pas de photo, la photo du vieil homme lui ressemble tant … même casquette … le même genre de chemise à carreaux … mon Gaston ne portait pas de bretelles par contre … mais lui aussi faisait godaille… et pour le dessert il versait du vin dans son verre et y trempait des biscuits brossard … je crois que ça s’appelait les boudoirs … ces biscuits

Ah oui mon arrière grand père Gaston ne portait pas la moustache … mais mises à part la moustache et les bretelles donc, la photo décrit le même personnage … la même génération d’hommes qui ont travaillé long et dur, et sont passés à travers les mailles des filets de 14 18 … des générations décimées. Gaston était bon en calcul et allait devenir charpentier … pendant la guerre il était artilleur … il y avait une photo, avec son équipe …

Voila je raconte ça aux vielles dames honorables, qui jadis ont étudié à l’université de Nara…

Après je continue sur la famille de ma mère, oléronaise … Oléron et tout ce que l’océan y offre … quelle belle région, encore !!

J’y fais la liste de toutes le choses que faisait mon grand père la chasse, la pèche, l’élevage de pigeons; poules, lapins, moutons; les abeilles aussi et tous les légumes … C’était une vraie industrie … Au fond c’était un paysan mon grand père …. il adorait ce genre de trucs … dommage qu’il n’aie pas fait son vin d’ailleurs …

Un peu plus tard je décris notre vie à Tokyo, et je mélange photos et extraits de ma Bande Dessinée

A Tokyo nous étions dans une belle cage dorée … nous étions heureux avec mon épouse et notre fils mais le manque d’espace à Tokyo, cette ville qui n’en finit pas, fait penser tout de même aux cages de lapins de mon grand père … attention à la myxomatose les amis !!

A partir de la dans la présentation je décris comment nous nous sommes installés au village, petit village au nord de Himeji et les slides s’appuient beaucoup sur la bande dessinée …

Une des conclusions c’est que la vie à la campagne au Japon et la vie à la campagne en France se ressemblent énormément, les climats et la végétation étant en effet assez proches…

Une grosse différence quand même c’est le cochon … Je leur raconte alors qu’enfant j’avais assisté à une pelère dans un village des pyrénées où nous avions de la famille …. le village tuait le cochon … quel spectacle ce fut … quand les gens sont ensemble, se retrouvent, travaillent .. que ce soit pour le cochon, ou pour récolter le thé …

Mais encore ici il y a des similitudes avec notre village au Japon. Lors de la pelère les hommes se sont regroupés pour attraper le cochon, et lui rendre gorge. Ensuite ils font le gros travail de le laver, et le dépecer … mais une fois le travail des hommes finis ils commencent à ouvrir les bouteilles de pinard, pendant que dans les cuisines les femmes se tapent tout le boulot interminable pour faire les saucisses et les boudins.

Magnifique!

Ici au village c’est un peu pareil lorsque nous faisons le nettoyage annuel de la rivière … les hommes descendent dans la rivière et « font le boulot des hommes » assez rapidement et pendant ce temps la les femmes sont en cuisine et préparent des onigiris, des tsukémonos, du thé … cette répartition des tâches et distribution des rôles entre hommes et femmes … pareil … et logique si je pense par exemple au maniement des tronçonneuses et le hisser des troncs hors de l’eau; pour nettoyer la rivière… Dans les deux cas quand même les femmes se tapent plus de boulot c’est certain !

Ci-dessous la dernière slide de la présentation ..

ou en effet j’arrive à la conclusion que en venant nous installer ici à la campagne j’ai fait comme une immense boucle; ayant quitté la France, m’étant installé au Japon, avec femme enfant et chats … pour plus modestement refaire les gestes de mon grand père et de mon oncle. D’où le titre de la BD « retour sur terre »

Ce Retour Sur Terre, ce retour à la campagne c’est aussi une grande boucle qui se fait à travers trois générations. Mon grand père, mon grand oncle qui vivaient presque en autarcie avec toutes leurs productions, mes parents qui ont embrassé la modernité et sont partis vivre sur Paris, avec toutes les opportunités professionnelles que la ville pouvait offrir et puis moi qui, aidé par internet, travaille dans une grande boite US et y poursuit les opportunités professionnelles similaires, mais ce depuis la campagne où j’essaie de réapprendre les choses de la campagne; et essaie de produire moi même, le plus possible.

La boucle est bouclée …

Petite conférence sur Wakame Tamago

L’année dernière, juste quelques mois après que j’aie fini la version Japonaise de ma bande dessinée Retour Sur Terre ma chère voisine m’a demandé de faire une présentation pour la réunion annuelle des anciennes élèves de l’université de filles de Nara….

J’ai accepté son offre sans doute que cela a flatté mon égo et sur le coup je n’ai pas su me contrôler et … refuser…

En même temps il est bon d’accepter chaque nouveau défi que l’on trouve sur son chemin, un peu comme faire toutes les side quests dans un jeu vidéo. Ainsi on gagne plus de points, avec lesquels on peut parfaire son armure ou étendre ses pouvoirs magiques.

Nous voila donc un an plus tard et cet après midi je vais faire la présentation.

Un truc qui m’a un peu tarabusté: que raconter à des jeunes femmes qui ont fait leur vie et qui ont presque l’âge de ma mère? Comment les intéresser ? Il y a-t-il vraiment des choses valables à raconter sur mon parcours et mon expérience ?

Le but de cette présentation n’est pas ma satisfaction personnelle, mais la satisfaction du public et de ces personnes qui me font l’honneur d’écouter mes histoires.

Ma chère voisine a je pense plus de 80 ans, elle est très drôle et apparait d’ailleurs dans ma BD plusieurs fois. et la dizaine ou vingtaine de personnes à qui je vais faire la présentation doivent être juste un peu plus jeunes qu’elles….

J’ai donc préparé un power point avec cinquante slides pour raconter ma petite histoire ….

Faire des présentations; je le fais souvent au travail, comme beaucoup d’entre vous je pense, et parfois je le fais devant des centaines de collègues.

Mais cette fois ci la présentation est sur …. moi … ça c’est vraiment une première fois!!

Dans la présentation je présente ma famille en France, en Charente Maritime et comment mon grand père une fois à la retraite s’éclatait littéralement à vivre presque en autarcie grâce au jardinage, à la chasse, à la pèche, et à l’élevage de poules pigeons lapins et moutons …. et comment aussi mon oncle faisait son vin !!

Je raconte comment je suis entré en contact avec le Japon, et utilisant des pages de ma BD, et comment j’ai commencé à y vivre et puis aussi comment avec ma femme nous avons décidé de quitter Tokyo pour nous installer dans un petit village à la campagne, suite aux catastrophes de 2011.

Tout cela en mélangeant des photos et des extraits de ma BD.

Et puis nos premiers pas dans la vie à la campagne où nous devons tout apprendre de zéro. Et si vous lisez les premières pages de ce blog vous verrez que j’ai pas mal évolué dans mes idées et mes propos … en dix ans …

La présentation power point suit en fait le narratif de la BD mais en ajoutant du réel avec des photos.

Il y a aussi cette slide ou je montre à gauche quand nous vivions à Tokyo (dans le quartier de Bunkyo ku puis plus tard à Kichijoji) avec une maison de 500K Euro, un emprunt immobilier, le peu d’espace et de nature mais des trains bondés le matin et le soir …

avec l’impression un peu de vivre comme les lapins de mon grand père… mais attention des lapins de luxe …

A droite avec la flèche verte qui baisse montre le prix de notre maison à la campagne, 30K Euro, l’espace autour de nous, le fait que nous sommes libres et n’avons plus d’emprunt immobilier ni de trains bondés et aussi

le fait que de consommateur de biens nous soyons devenus producteurs de bien:

je fais mes légumes, mes champignons mon bois et …. ma BD !!!

Une transformation qui nous a été super bénéfique et que je recommande ….

La ligne rouge sur la slide avec les étoiles c’est le 幸せ度 ou le degré de satisfaction car oui j’était très heureux à Tokyo mais pas vraiment satisfait, et on voit que la courbe du coût de la maison et la courbe de satisfaction se croisent …

Le prix de l’immobilier reflète la valorisation d’un bien par le marché. Notre maison de Kichijoji était valorisée à 500K EUR (70 milions de Yen) parce que ‘tout le monde veut vivre à Kichijoji’. (et encore la maison elle même avait 30 ans et était évaluée pour très peu… les 70 milions de Yens étaient surtout pour le prix du terrain) Notre maison au village était évaluée à 30K Euros soit 4 milions de Yens …. parce que voila; personne ne veut vivre ici… et encore moins dans une maison ancienne !! avec les chiottes dehors !!!

En gros notre courbe de satisfaction a monté lorsque nous avons décidé de ne plus suivre le chemin que la majorité préfère mais de faire notre propre chemin ….

Plus tard dans la présentation j’arrive à la conclusion que en venant nous installer ici à la campagne j’ai fait comme une immense boucle; ayant quitté la France, m’étant installé au Japon, avec femme enfant et chats … pour plus modestement refaire les gestes de mon grand père et de mon oncle. D’où le titre de la BD « retour sur terre »

Mais faire cette grande boucle était-elle vraiment nécessaire ? aurais je pu arriver à la même conclusion tout en vivant et restant en France ? voilà une bonne question !!

C’est des rapides

Les couvreurs ce sont des rapides et la capacité à faire un bon boulot bien et vite c’est la clé de leur business model.

Hier c’était le deuxième jour des travaux et la majorité des tuiles sont déjà sur le toit.

Pendant ce temps j’étais au bureau…. et la comparaison de nos rythmes de vie!!!

vendredi j’ai commencé à 2 heures et demi du matin. Plusieurs petites réunions tél avec les collègues aux US jusqu’à 8 heures du matin.

Juste le moment où ils arrivent, ils sont 6 aujourd’hui ils ont tous le sourire et la pêche. Ils travaillent ensemble depuis de nombreuses années.

Je suis tout seul devant mon PC mais j’ai aussi de très bons amis dans la boite et on s’appelle régulièrement.

Ils se mettent tout de suite au travail.

A heures fixes ils se font de grandes pauses.

Voila quelque chose que je ne fais pas ! Ces pauses permettent d’éviter la fatigue et les blessures. Un de mes problèmes c’est que si je fait une petite pause je me regarde une vidéo sur youtube … les snipers Ukrainiens …. les poubelles qui s’accumulent à Paris avec la grève … Les CRS dont l’âge de la retraite aussi est augmentée ? qui tappent sur des manifestants opposés à l’augmentation de l’age de la retraite …. Toutes ces vidéos ne m’apportent rien !!! Peut etre que je devrais faire des mini siestes, ou faire 1km au rameur… Comment me déconnecter de youtube et de toutes ces conneries ?

Pendand leur journée ils bougent constament. Ils grimpent et descendent les échelles. Ils dégagent les vieilles tuiles. Ils renforcent le toit avec des planches etc ils n’arrêtent pas; et ce toujours sur le plan incliné de la toiture, et en hauteur. Ca n’est pas rien. Il ne faut pas tomber. Il ne faut pas se blesser. etc …

Pendant ce temps je suis devant mes trois écrans en sirotant du thé …

Par contre c’est vrai je peux jouir d’une certaine liberté. Je fais un tour dans le jardin récolter du ruccola, je peux aller faire un tour du village à pied voir ce qui se passe, ou discuter avec ma voisine si je la vois dans son jardin. Elle parle beaucoup de Poutine et des Russes … Poutine est bien affreux … mais nous aussi au Japon on a eu de gros affreux …. autrefois … ce qui est super formidable aussi c’est que je retourner à la maison discuter avec mon épouse à tout moment. La proximité avec mon épouse et la possibilité d’aller la voir à la maison à n’importe quel moment c’est formidable. Pourquoi ne pouvoir la voir qu’à heures fixes?

Je crois qu’un grand thème dans ma vie c’était la liberté. C’est peut être pour ça que je suis allé vivre au Japon. La curiosité aussi …

En fin d’après midi je vais aller transpirer sur mon rameur, 10 kilomètres et je vois que les couvreurs eux n’ont pas besoin de ça. Ils sont sveltes; souples, dynamiques et de bonne humeur. Leur boss a 75 ans et il est en super forme.

En fin d’après midi vers 17 heures ils rangent leurs outils. Et ils peuvent constater le résultat de leur travail … pour moi ça n’est pas du tout évident … en général mes projets progressent très lentement et il n’est pas rare qu’après avoir buté sur des problèmes j’ai le sentiment d’avoir fait du surplace toute la journée.

Il n’y a pas un truc meilleur que l’autre; je pense que c’est très différent. Je ne ferais pas un bon couvreur mais eux non plus ne sauraient sans doute pas faire ce que je fais.

Les nids de frelons je les mets dans le potager, je me dis que la cellulose mâchée par les frelons va retrouver joliment dans la terre.

La liberté ? (Dessin)

L’idée de ce dessin est venue en discutant avec mon ami Saki chan.

Autour d’un feu nous parlions de sa chienne, adorable, tchatcha. On faisait la remarque qu’être constamment tenu par une laisse, c’est pas top. Et que tchatcha serait plus heureuse si elle pouvait gambader librement dans les montagnes, comme le gros chien du dessin animé Heidi.

Mais après avoir tiré sur sa cigarette Saki a fait la remarque que ça n’est pas réservé à tchatcha la chienne et nous aussi les hommes nous sommes retenus par une quantité de laisses.

De tout cela j’ai fait un petit dessin. Je continue dans ma série de dessins, de style ukiyoé.

犬は、いつもリードでむすばれて、
可愛そうとおもえるが、

On peut penser que le chien avec toujours une laisse autour du cou est bien malheureux

人間は何本ものリードで
むすばれている。
ただ気づいていないだけだ。

L’homme lui est retenu par une multitude de laisses, mais souvent il ne s’en aperçoit pas.

Et ici on voit en effet Wakame Tamago lui-même retenu par la laisse du travail 仕事, de la société 社会, du pognon お金, du système 常識.

Et vous remarquerez le sens du détail, chaque monstre qui me tient en laisse a une petite pelle pour ramasser mes crottes.

Voici Tchatcha ….

Préparations

Ce vendredi après-midi je m’éloigne du bureau (à la maison), pour aller travailler dans le champ. On y prépare avec mon ami Saki chan un beau rang où plus tard vers la fin du mois nous commencerons à planter diverses choses.

On prépare le rang, ici on dit ‘uné’ 畝 à la main, avec cet outil que l’on nomme le joren. 徐連 Travail potentiellement assez exténuant mais rafraichissant, après 7 bonnes heures passées à l’ordinateur et au téléphone.

On sent bien l’arrivée du printemps et quel plaisir que de se laisser baigner dans la belle lumière, et d’être sous un grand ciel bleu !

Sur une partie du rang préparé on dépose des feuilles mortes.

Une fois le rang fini nous allons faire toute une installation avec des grilles métaliques et des câbles qui serviront de support pour les concombres et permettront de protéger les tomates de la pluie (sinon ici elles fendent et explosent), donc beaucoup de travail nous attend.

Demain samedi j’ai deux petites réunions tôt le matin, et après je filerai de nouveau chez Saki chan pour cette fois pour inoculer des champignons shiitaké. Nous avions déjà fait cela avec la voisine, c’était d’ailleurs juste au début du connarovirus.

Les shiitakés inoculés il y a 3 ans continuent, d’ailleurs, à donner, et nous en avions récoltés quelques uns la semaine dernière.

L’hiver côté jardin avait été tranquille mais avec l’arrivée du printemps nous devons nous activer. Pour ne pas rater le coche on essaie un peu à chaque fois, plusieurs fois dans la semaine …

Tout est dans la faculté à continuer et persévérer dans l’effort, sans se tuer à la tâche…

Question à Chatgpt: Qui suis-je ?

Dès les premiers essais avec l’IA Chatgpt j’ai été bluffé par la qualité des réponses et (en Anglais surtout) la qualité linguistique.

Depuis, j’utilise chatgpt tous les jours, pour le travail, en particulier pour trouver des info sur les outils d’analyse de données comme power BI ou l’automatisation de tâches avec l’outil power automate.

Aujourd’hui je demande à chatgpt de me renseigner sur wakame tamago (mon pseudo)

Il n’y a pas l’ombre d’un doute que cette nouvelle technologie va bouleverser des tas de choses.

Ici en utilisant le mode conversation dans le search engine Bing:

Le secret des relations qui durent: le gomen machine

Un secret pour les relations et les mariages qui durent.

C’est, pour quelque malentendu, ou après toute dispute ou moment d’incompréhension, s’excuser auprès de sa femme.

Jeter son égo, le taire, et tout simplement; s’excuser. Autant de fois que c’est nécessaire.

Sans hésitation.

L’ironie ferait dire que seuls les écrits restent, et que les paroles s’envolent…. peut-être, oui …

C’est ce que j’appelle ici le gomen machine.

Gomen en japonais c’est ‘pardon’, ‘excuse-moi’, ‘désolé’.

Les choses sont ainsi faites que très souvent il peut y avoir des incompréhensions. Des malentendus, petits, grands. Ces choses ne sont réservées uniquement aux mariages internationaux bien sûr!

Dans ces cas il faut faire tourner le gomen machine sans hésitation, sans réserve, sans limite !!

Il s’agit de replier son propre égo …. de le jeter à la poubelle, d’ailleurs à quoi sert il ?

Et alors on peut continuer à avancer ensemble …

Le dessin a deux versions.

On voit de la bouche de l’époux sortir une multitude de petits billets, tous portant un message d’excuse et de contrition.

Dans la deuxième version je dévoile le méchanisme de la gomen machine à l’intérieur de l’époux. on voit un long rouleau de papier sur lequel une imprimante sophistiquée inscrit les messages

Comme indiqué, tout est commandé par le cœur …

Le texte Japonais

夫婦関係は時々難しい  parfois les relations entre époux sont difficiles

長持ちの秘密を説明します je vous explique le secret des relations qui durent dans le temps

それはごめんマシンを起動することです Il s’agit d’activer le gomen machine

夫が奥さんにいくらでも謝ることです。ごめんマシンのおかげで夫婦関係は長く、明るく、楽しく続くことができます。 Alors l’époux s’excuse auprès de sa femme; sans limite. Grâce à la gomen machine, la relation entre les époux peut continuer dans la durée, dans la joie et la bonne humeur

L’homme sur la Lune et tout ce que l’on ne sait pas

En Shôwa 44, c’est à dire en 1969, les astronautes de la NASA ont mis le pied sur la Lune.

月面着陸

Ils n’ont pas du tout remarqué une colonie d’escargots galactiques qui s’y étaient installée, pour réaliser des expériences scientifiques (faire pousser des laitues sur la Lune), à quelques cratères de là.

Mais les escargots galactiques, malgré leur supériorité technologique n’ont pas remarqué non plus la présence des astronautes américains, à quelques cratères de là.

Peut être que l’on passe constamment à côté de quelque chose …

En tout cas il y a tant de choses que l’on ignore ! tant de choses à apprendre !