Tagué: wakame tamago

Notre formidable voisine

On sonne à la porte, c’est notre voisine. Elle a un seau plein de légumes; elle nous les donne. (problème de surproduction)

Aubergines; poivrons, châtaignes. mmm on va bien se régaler avec ces bons légumes. Magnifiques…

madame T légumes

Cette voisine est très drôle. Je m’entends bien avec elle.

J’étais allé réparer la tombe de ses ancêtres cet été.

En plus d’être une excellente jardinière, elle a un sens de la plaisanterie très poussé. On blague beaucoup tous les deux.

Dans la bande dessinée sur laquelle je suis en train de travailler, ‘Histoires Naturelles’ qui retrace notre vie au village, je la présente d’ailleurs…. La voila:

MadameT.PNG

 

Publicités

Photos Japon 1995-1998

Faire les choses soi-même et les T-shirts de Wakame Tamago

Depuis quelques années je porte des T-shirts dont j’ai fait le design. Je ne suis pas un pro du design de T shirt, mais je préfère porter quelque chose que j’ai fait moi même plutôt que des choses comme du NIKE ou du LACOSTE ou whatever … pourquoi payer plus pour faire la pub de ces boites en arborant leurs produits, … ?
Et puis le cas échéant ça peut donner occasion à une conversation sur le T-shirt, le message ou le dessin. Ah bon c’est ton camion que tu as dessiné ? Et pourquoi tu dessines des scolopendres sur tes T shirts, quelle drôle d’idée ??
all you need is love

all you need is love

Une fois le dessin réalisé sur ordinateur j’envoie le fichier via www.society6.com/wakametamago par exemple qui envoie le T-shirt imprimé, quelques jours plus tard. C’est super simple.
Faire les choses soi même, c’est bien. Bien sûr ca prend plus de temps que d’un click acheter des choses sur amazon mais la satisfaction n’est pas du tout la même. Cette règle s’applique aux T shirt mais aussi à toutes les autres choses que l’on peut faire soi même. …. des meubles, de la confiture etc ! ! !
La qualité au final peut être inférieure à celle d’un produit disponible sur le marché, mais ça ne compte pas.
Et puis, on est alors certain que le résultat répond à nos attentes en terme de conception, de forme et de design. Et si l’on n’est pas satisfait, on peut toujours recommencer…
On est donc assuré de tirer beaucoup plus de satisfaction en faisant les choses soi même, plutôt que de les acheter en ligne ou en magasin. On dira que faire les choses soi même nécessite beaucoup de temps, et que justement on n’a pas le temps pour ça !
Mais non, au contraire; faire les choses soi même c’est se réapproprier le temps. C’est un temps que l’on passe avec soi ou avec d’autres si le projet est collaboratif, et c’est l’opportunité de s’essayer à de nouvelles choses et d’apprendre. C’est un temps utile, utilisé à bon escient et de façon agréable.
Idéalement, on ferait tout soi-même, mais je ne pense pas que ce soit vraiment réaliste !

La Bande Dessinée: Tout Ira Bien

Tokyo. Mars 2011. La terre se met à trembler partout et il y a l’enchainement de catastrophes et de malheurs que vous connaissez. Le tremblement de terre. Le tsunami dévastateur et meurtrier qui a pris tant de vies.
Le tsunami ravage les installations de la centrale nucléaire de Fukushima, à 250 km de Tokyo. Les systèmes de refroidissement cassent et transforment les réacteurs en des cocotes minutes géantes incontrôllables que personne ne peut plus arrêter.
Comme dans une tragédie classique, on sait dès le début que ça va mal finir… Juste une question d’heures … Le tout explose .. fumées noires et libère des quantités astronomiques de contaminants radioactifs toxiques.
Le combustible des coeurs a fondu et il est parti on ne sait où.
Les populations vivant à des poignées de kilomètres de la centrale  sont évacués. Les animaux laissés dans les zones les plus contaminées sont abattus.
Pour une catastrophe naturelle, on peut juger aisément des risques présents et futurs. Destruction des maisons. Incendies. Coupures de l’eau et de l’électricité. Epidémies. Criminalité.  Chaos.
Mais pour une catastrophe nucléaire, il est beaucoup plus difficile de juger du danger.  Les radionucléides sont invisibles à l’oeil et n’ont ni odeur ni goût. On doit se procurer des équipements complexes, onéreux … et forcement en rupture de stock pour pouvoir mesurer soi-même.
Iode 131 ?
Césium 137 ?
Strontium 90 ?
Où ? En quelles quantités ? Jusqu’à quand ? L’un se fixe dans votre thyroïde  l’autre dans vos muscles (le coeur est un muscle); le dernier dans vos os et vos dents.
A partir de quelles quantités il y a-t-il danger ? Qu’est-ce-que le danger ? Ce sera comme les mines d’Uranium du Limousin ? ou comme Tchernobyl ?
La question est très technique et les informations disponibles contradictoires.
Et puis, les intérêts industriels et économiques sont considérables. Quelles options ont les politiques et quelles sont leur décisions.
Et soi-même; comment réagir et comment se protéger ?
J’ai décidé de décrire tout celà dans une bande dessinée. Transposé dans le cadre d’un monde imaginaire.
Ce projet de bande dessinée, c’est aussi un peu ma propre thérapie.
Je publie deux pages par semaine; le lundi et le jeudi.
Bonne lecture !