Catégorie: journal

Comme une peinture flamande

Ce matin je vais faire un tour en vélo jusqu’au bout de la vallée, ça grimpe sec, la route est magnifique, au bout il y a un petit hameau bien tranquille.

Je passe devant le hangar de monsieur O. C’est à moitié ouvert … il y a de l’activité à l’intérieur  … je vais voir … il est affairé à dépecer un petit chevreuil.

Il découpe la viande avec beaucoup de dextérité. La lumière … cette atmosphère … Tout est magnifique ! Cette scène me frappe par sa beauté.

Je lui dis, on dirait une peinture flamande du seizième !

Ah ah il rigole, du Brueghel ??

Le chevreuil devait avoir un an et demi. Il s’est pris dans les filets autour d’une rizière. Dans ce cas les villageois font appel aux bons services de monsieur O. Il les zigouille dit il en les électrocutant. C’est moins douloureux pour la bête dit il.

Il explique encore que, comme on prend leur vie, il faut prendre la viande avec respect et faire qu’il n’y ait pas de gâchis. En effet à la fin il ne reste que la tête, et la colonne vertébrale.

Les organes, tripes etc il les laisse sur place dans la montagne, et c’est les renards et les blaireaux qui vont les manger. les côtes et les os, c’est pour le ien’ch; et ce qui reste, pour les zumains.

 

IMG_1550

Tout ça, ça me fait penser à l’intérieur de cuisine de Joachim Bueckelaer, que l’on peut admirer au Louvre ….

Joachim_Beuckelaer_monsieur O

Deux autres villageois arrivent et dans le petit hangar c’est presque un attroupement. On le regarde faire, une conversation commence

 

Publicités

Des news du village

Ce qui s’est passé cette dernière semaine ou derniers dix jours avec les pluies fortes et continues sur une grande partie du pays était selon les anciens du village sans précédent.

Notre vallée a eu beaucoup de chance, les dégâts y sont mineurs. Rien à voir avec les destructions totales des régions voisines et des lourds bilans humains avec de si nombreuses victimes à Hiroshima etc…

La rivière qui traverse le hameau a bien tenu et a bien fait son boulot d’évacuer illico des tonnes et des tonnes d’eau. Elle était quasiment dans cette situation (filmé en 2015 lors du passage d’un typhon).

Par contre cette fois, à certains endroits; la rivière arrivait à dix centimètres d’un pont ou de la route. On était à deux doigts de dégâts plus importants.

Dans la nuit de vendredi un éboulement derrière la maison d’un voisin a fait se détourner un cours d’eau devenu torrent de boue. Les différents canaux qui irriguent le village ont été immédiatement bouchés et l’eau est allée se déverser un peu partout. Les pompiers sont venus en demandant à se préparer à évacuer et, comme la plupart des voisins, nous sommes allés passer la nuit à la mairie, en sécurité.

C’était un peu une pyjama party avec les voisins. Les gens étaient très calmes, et comme tout le monde se connaissait il y avait beaucoup de discussions.

Je suis resté près de l’entrée là où se retrouvaient les pompiers pour obtenir le plus d’info possible sur la situation. D’autres éboulements ont à un moment isolé une partie de notre vallée; selon certains. A un moment je n’ai pas pu m’empécher de penser au pire.

Le samedi matin nous sommes retournés au village et avons pu mieux juger la situation, à la lumière du jour.

Des canaux débordaient toujours et l’eau boueuse continuait de se déverser partout et en partie sur notre bonne et vieille maison, en petites quantités, à peine deux trois centimètres. On a dégagé les derniers canaux obstrués et tout s’est tout de suite calmé. rentré dans l’ordre… si je peux dire.

Ici, plus de peur que de mal donc. Malheureusement, tout le monde n’a pas eu notre chance.

Ranger la grange et les objets d’autrefois

Le rangement de la grange de madame M a bien progressé depuis les derniers articles.

Ah oui on a fait changer toute l’électricité. Certaines connexions, faites avec deux fils séparés dataient trop et constituaient un danger d’incendie trop élevé pour être ignoré.

Il y a quelques semaines encore un vrai capharnaüm, la grange de madame M est quasiment dégagée maintenant.

BEFORE

DSC_2652

AFTER

DSC_2795.JPG

Je me suis bien étalé sur les porcelaines, mais d’autre objets anciens, comme égrainés par un petit poucet d’autrefois sur son chemin, guident notre imagination vers la vie dans le village d’il y a soixante ans, ou plus…

DSC_2799.JPG

Je garde les objets les plus anciens; en un ou deux exemplaires. Pour les ranger je transforme une vieille échelle en étagères.

 

Ha ! voila une chose universelle, que vous trouverez dans n’importe quelle maison ancienne au Japon. Chaque maison avait sa paire de pierres à moudre.

DSC_2818.JPG

Pierre à moudre 石臼

Ici, on retrouve le caractère organisé de madame M, les deux pierres sont toujours ensemble, et il y a même encore la poignée en bois pour tourner la pierre. Comme si quelqu’un l’avait utilisée la veille pour moudre du sarrasin ou des graines de soja ….

DSC_2817.JPG

 

Ces vieilles gamelles allaient sur le okudo san, le foyer de l’ancienne cuisine. On y faisait cuire le riz et autres mets . Il y avait aussi des couvercles en bois, en mauvais état; je les ai offerts à notre poêle à bois Calcifer. Il a bien aimé. Du bois bien sec.

DSC_2898.JPG

 

Ici deux fers à repasser …

DSC_2874.JPG

Là ce sont des mesures. des masu, ici pour mesurer le saké ou autres liquides. Le petit masu correspond à un ‘Gou’, soit 180.39 ml. Le grand masu à cinq gous.

DSC_2871.JPG

 

Celle-ci pour mesurer les grains. L’unité de mesure est ici 18 litres, cela correspond à l’ancienne mesure, qui se nommait to et qui correspondait à 18.039 litres (soit cent gous). Comme quoi les anciens usages survivent aux changements d’unité qui accompagnent la modernisation … la standardisation  …

gou 合

to 斗

DSC_2803.JPG

Une calculette

DSC_2870.JPG

Un grand bol strié, pour y écraser des graines ou des yamaimos (igname).

DSC_2895.JPG

De très jolis paniers. Vous voyez, dans toutes ces vieilles affaires, tout est fait de matériaux naturels et nobles. C’est magnifique tous ces anciens objets. C’était avant l’invasion du plastique. La planète en crève, du plastique. Merde au plastique.

DSC_2808.JPG

 

 

Quelques outils pour aller travailler en montagne dans les forêts

DSC_2877.JPG

 

Voilà donc la grange rangée.

Il reste aussi des bouteilles emplies d’huile ou d’essence, faudra trouver moyen à s’en débarrasser d’une façon clean.

 

Un autre portrait de notre chat Scotch

Ce dimanche matin profitant des derniers moments de fraicheur je vais dans le jardin continuer la lecture de l’Iliade. Le chant 21 a des passages terribles:

Achille tire son glaive redoutable, et frappe l’os près de la gorge ; la lame s’enfonce tout entière : Lycaon reste étendu, le front dans la poussière; de son corps s’échappe un sang noir, qui coule sur la terre : alors Achille le saisit par le pied, l’entraîne, le précipite dans le fleuve, et, triomphant, il s’écrie :

« Reste confondu avec les poissons, qui, tranquilles, suceront le sang de ta plaie. Ta mère ne te placera point en pleurant sur un lit funèbre ; mais le Scamandre en son cours rapide t’entraînera dans le vaste sein des mers ; le poisson, s’élançant à la noire surface des ondes frémissantes, dévorera la chair délicate de Lycaon. Tombez ainsi jusqu’au jour où nous envahirons la ville sacrée d’Ilion ; vous en fuyant, et moi vous frappant dans le dos. Il ne vous garantira point, ce large fleuve aux gouffres argentés, à qui vous sacrifiez de nombreux taureaux, et dans les gouffres duquel vous jetez vivants les rapides coursiers. Mais vous périrez ainsi d’une mort déplorable, jusqu’à ce que tous vous ayez expié le meurtre de Patrocle et la ruine des Grecs que, durant mon absence, vous immolâtes devant ces légers navires. »

Et Scotch vient me tenir compagnie.

portrait de scothy.jpg

Oh la belle grenouille!

Réparer une hache

Il y avait une petite tête de hache, toute rouillée et bien misérable, dans un débarras de la maison de madame M.

IMG_1320

Je doute qu’elle s’en soit servi, mais ce doit être un préjugé de macho, car comment savoir en vérité.

Si ONO おの 斧 signifie la hache en général, il semble qu’ici au moins on nomme YOKI よき les haches de petite taille.

La tête de la hache est vraiment rouillée.

IMG_1322

Mais on distingue les marques typiques du mayoké (pour faire chasser les esprits); des trois et des quatre traits gravés de chaque côté de la lame.

C’est donc une hache à utiliser en forêt dans la montagne (ça n’est pas truc que l’on utilise simplement à la maison).

On distingue aussi deux caractères; Kawanishi. 川西 Ce devait être le nom du forgeron du coin. Je vais essayer de vérifier auprès des anciens du village. A ma connaissance il n’y avait pas de forgeron dans la vallée, ce Kawanishi devait être dans la ville voisine ? Mystère et bouledegomme.

L’idée me vient de restaurer et remettre en état cet outil.

Le métal reprend de son éclat, après un long passage au papier de verre.

IMG_1323.JPG

La lame est bien endommagée j’essaye de la reprendre en la travaillant sur une pierre à affûter. Voila un travail bien agréable pour une fin de journée.

IMG_1326

Ca commence quand même à prendre forme.

Ensuite ajouter un manche, pour cela j’utilise le manche d’un vieil outil de madame M encore … et le tour est joué!

IMG_1334

IMG_1329IMG_1333

Encore des porcelaines

Lorsque ce dimanche je faisais l’inventaire des porcelaines, madame T est donc passée et m’a demandé ce que je trafiquais.

Je lui ai expliqué que je faisais du rangement dans la grange et en particulier que je regardais les porcelaines, rangées dans des boites depuis les seventies.

Je lui demande et toi aussi alors tu as de vieilles porcelaines comme ça chez toi ?

Et me répond oh la la je veux tout jeter mais je sais pas comment m’en débarrasser. Le mois dernier j’ai jeté un nagamochi qui date de Meiji.

Je suis tellement généreux, ça me perdra: je lui dit ben si tu veux tu peux amener tes porcelaines, les poser ici, et si elles ne me plaisent pas je les jetterai moi-même.

OK brother, Let’s Do It qu’elle dit dans le patois local. Si on vivait dans le Bronx on se serait fait un High Five.

Elle retourne chez elle et revient un peu plus tard avec deux brouettées de porcelaines rangées dans du papier journal.

C’est tristounet que toutes ces belles choses d’autrefois finissent à la poubelle. Qu’est ce qui a fait changer le regard des gens? Le changement est une constante dans le monde moderne. Tout s’accélère. (dans notre chute générale).

Un peu plus tard je défais le papier journal qui protège ces porcelaines dont madame T voulait tant se débarasser.

Mamamia c’est magnifique.

En voici quelques clichés. J’aime beaucoup les couleurs. Ces porcelaines là sont plus raffinées.

IMG_1078

 

IMG_1087

 

IMG_1081

 

Les couleurs de ce plat sont un véritable plaisir pour les yeux.

J’aime bien aussi ces assiettes.

IMG_1090

Bon ça c’était un dimanche. Quelques jours plus tard le jeudi, je retourne dans la grange continuer le tri et jeter des affaires; en particulier des vieux outils de jardinage et des barriques antiques. La porte ouvre difficilement, c’est bizarre, me dis-je, quelqu’un a du venir … c’est chelou ça, j’ouvre, et je vois que depuis, madame T est revenue et a posé une autre brouettée de porcelaines !

Ca me fait bien rigoler !

Je ne veux pas commencer une nouvelle collection: Donc, Que faire de tous ces petits trésors?

 

Préparer du thé

Cette année j’avais vraiment envie de récolter et préparer du thé.

Nous l’avions fait déjà en 2014 et l’année dernière.

Les théiers poussent au bord des chemins de montagne, il n’y a qu’à se servir.

IMG_1201 the sur le bord de la route.JPG

On peut y aller au sécateur, et couper les extrémités des branches, les jeunes pousses du printemps, c’est plus rapide. Les théiers n’en repousseront que mieux.

De retour à la maison on peut prendre son temps et cueillir les feuilles.

IMG_1206 feuilles de the.JPG

Ensuite sur une grosse marmite mais une poêle à paella ferait l’affaire, à feu très doux, on fait sécher les feuilles.

Bon sang que le parfum qui se dégage est agréable, on se sent vraiment bien. On est presque high!

IMG_1208 preparation du the.JPG

Éviter que les feuilles ne carbonisent, il faut les remuer délicatement avec ses mains. C’est un plaisir palpable ce travail, le parfum des feuilles, leur vert lumineux et rafraîchissant, et puis la douce chaleur de la marmite mais attention à ne pas se brûler le bout des doigts.

On étale les feuilles de thé, idéalement sur une grosse natte de paille de riz. Justement il y en a une vingtaine dans le hangar de la maison de madame M. On les utilise. J’utilise aussi les temis 手箕(てみ)qui étaient dans le hangar. C’est une sorte de panier fait en bambou et leur forme est idéale pour ramasser et déplacer les feuilles.

IMG_1213 preparation du the 2

Tous ces anciens outils qui appartenaient à Madame M je les utilise, et je vois qu’ils conviennent parfaitement à ces travaux et gestes d’autrefois. Tout a été calculé avec perfection, il y a des siècles de cela.

Les feuilles de thé on les laisse sécher donc sur une natte de paille. Puis une fois bien reposées; 30 ou 40 minutes à peu près on recommence et les passe dans la marmite de nouveau. On répète l’opération trois fois en tout.

IMG_1218 preparation du the 3

Il faut que les feuilles sèchent, pour éviter le développement de moisissures. Ensuite le thé est prêt pour être consommé, ou mis en boite.

IMG_1236 the.JPG

Dimanche pluvieux, inventaire des porcelaines

Il pleut ce dimanche j’aurais fait sinon un tour en vélo. Cette pluie est bienvenue par contre pour les concombres plantés la veille.

Donc pourquoi pas profiter de la pluie pour explorer la grange attenante à la maison de madame M .

new house IMG_0921

Le rez de chaussée de la grange est tel quel, j’avais demandé à tout y laisser.

Sur des étagères il y a des boites en bois. Les boites sont signées et datées. Elles contiennent des porcelaines. Je les descends toutes pour faire l’inventaire de leur contenu.

DSC_2652

La voisine d’en face Madame T. sort ses poubelles et vient me voir …. Madame T. je suis dans son fan club, voici son portrait dans ma BD;

MadameT avec du fromage

Elle me demande ce que je trafique; je lui explique que je fais l’inventaire …

Puis elle me dit quelque chose de très gentil qui me touche bien ‘ c’est formidable tout ce travail que tu fais dans le village, merci d’être venu de si loin! ah ça nous aide tellement’.

C’est sur que laisser cette maison à l’abandon aurait été source de mélancolie. Retournons à nos boites.

Les boites sont datées de Showa 14, soit 1939. Je vois que tout y est très bien rangé. Et enveloppé dans du papier journal, dont certains fragments sont datés de 1972. Donc Mme M a dû envelopper ces plats vers 1972, et les boites ont du être la sur ces étagères depuis un demi siècle. Depuis; les habitudes alimentaires ont aussi changé. (exemple, introduction du pain?)

Certaines porcelaines sont en quarante exemplaires. Elles devaient être utilisées pour les grandes fêtes ou les grands événements.

C’est quelque chose ici qui n’intéresse presque personne; la plupart des gens jettent tout cela. On vide les vielles maisons en jetant tout dans des bennes et après; la maison passe à la pelleteuse. Faire place nette. Et on a dû faire pareil en France à un moment. Le formica c’est tellement mieux. Sans parler du plastique.

Arrêtons les digressions et voyons ce qu’il y a dans ces boites.

IMG_1002.JPG

Tout est en effet très bien rangé. Là ce sont des bols de riz. (茶碗)

IMG_1059.JPG

Ici des soucoupes et un bol plus grand. Il y a une quarantaine de ces soucoupes.

IMG_1008

Elles sont plutôt jolies.

IMG_1009.JPG

Le papier journal qui les enveloppe est aussi intéressant, parce qu’il fait voyager dans le temps:

IMG_1011.JPG

1972, la guerre du Vietnam. L’article décrit le bombardement de la ville de Vinh par des B52 Strato Fortress Americains, avec 750 tonnes de bombes larguées.

Cette action fait partie je crois comprendre de l’opération nommée Linebacker, qui s’est déroulée du 9 mai au 23 octobre 1972. In God we trust.

Ces fragments de journal évoquent la guerre, mais ces pièces de porcelaine pour moi elles évoquent la paix, l’art de vivre et la civilisation. Regardez cette jolie pièce.

IMG_1014.JPG

Il y a également un service à saké.

IMG_1033.JPG

avec de très jolis choko, gobelets pour le déguster. choko = 猪口 s’écrit littéralement la gueule du sanglier, c’est marrant hein ?

IMG_1047.JPG

Il y a aussi quelques pièces en bois laqué. Celles-ci portent un aigle comme motif.

IMG_1018.JPG

Celles-ci un p’tit oazo ?

IMG_1023.JPG

Je fais la découverte aussi de cette pièce; intéressante parce qu’elle s’inscrit dans un contexte historique:

Une nageuse fait un plongeon. Une inscription signifiant la Natation Japonaise. 日本のスイエイ

Le drapeau japonais d’avant guerre, les cinq anneaux olympiques, l’inscription qui est faite en katakana et pas en kanji ou hiragana, indiquent que ce bol de riz évoque les jeux olympiques qui devaient avoir lieu à Tokyo en 1940. Ils ont été annulés avec la 2e G.M.

Oh c’est une pièce exceptionnelle, qui va payer pour la maison? Non, sur le Net, des pièces similaires se vendent pour 40 euros.

IMG_1039.JPG

 

une petite assiette, j’aime beaucoup le motif.

 

IMG_1052

Celles-ci aussi.

IMG_1065

Pour finir, des porcelaines il y en avait plein d’autres mais je ne vais pas tout mettre la, un pub pour la Mazda Carole 360, « la voiture familiale ».

IMG_1027

Un lézard dans les brocolis

Un lézard se balade dans les brocolis du jardin. Regardez comme il est beau.

Je n’utilise aucun cide (herbicide, insecticide, etc), donc j’imagine que les petits animaux se sentent en sécurité dans notre potager. Des tuiles et des pots de fleurs renversés y sont disséminés, pour leur offrir des abris aussi.

Par contre il y a les chats Minou et Scotch qui veillent toujours et nous ramènent parfois des cadeaux … La sécurité dont jouissent les petits animaux dans notre jardin est donc tout à fait relative.

Pas encore vu de grenouille, mais rencontrer ce lézard me remplit de joie.

Il ne m’en faut pas beaucoup direz vous, exactement: il ne m’en faut pas beaucoup.

DSC_2691DSC_2723DSC_2724DSC_2742