Tagué: temple bouddhiste

Festival de Taishi (II)

C’est la suite de l’article de la semaine dernière sur le festival de Taishi. Ici nous découvrons une cérémonie religieuse qui a lieu dans le temple. (temple bouddhiste d’Ikuraga, ville de Taishi).

préparatifs

Les hommes sont vêtus en yamabushis. Guerriers de la montagne.

Des feuilles de cyprès entassées en un bûcher, derrière l’autel.

Le prêtre entonne une longue prière. Un rythme fascinant qui prend le coeur comme un blues. C’est le soutra du coeur ou hannya shingyou 般若心経

version 1

A visionner sur youtube une version électro

Les enfants jouent un rôle important dans la cérémonie. Une façon aussi de transmettre les traditions et les connaissances de jadis.
Ce rituel auquel nous assistons a lieu depuis 4 siècles.
Si on pouvait zoomer on verrait une statuette en bois, posée sur l’autel; au dessus des offrandes.
Le caractère, posé sur le bûcher, signifie lumière.
Le tour des enfants. Avec une hache factice, il va écrire dans l’air le caractère de la lumière.

Ensuite c’est un adulte qui avec un sabre dessine dans l’air le caractère du dieu. Ensuite il dit; hama 破魔 comment traduire … ‘destruction du démon’

Il répète le geste quatre fois, faisant face à chaque côté du bûcher … couvrant ainsi les quatre points cardinaux.

Un pompier descend un jeune enfant du toit de son camion. Il l’y avait hissé pour l’aider à mieux voir la cérémonie.

En même temps j’admire la beauté du camion, on le croirait neuf. Au contraire des banlieues françaises, on ne jette pas de cailloux sur les camions de pompiers ici…. Nous sommes dans un pays civilisé!

ça y est, on a mis le feu au bûcher. la fumée porte chance, il est bon de s’y baigner, mais ça pique les yeux.
Vue de détail du camion de pompier. On remarque les outils ‘tobi‘.
Ils portent une peau d’animal, c’est pour se tenir le derrière chaud;

lorsque l’on s’assied pour une pause, dans les chemins de montagne. Il y en a un qui porte ce qui est à mon avis une peau de anaguma. Les autres ont une peau de chevreuil.

Plus il y a de la fumée et mieux c’est.
La fumée qui pique les yeux!
Derrière l’autel. Un choux chinois (hakusai) , une patate douce et des fruits sont présentés en offrande.
sur l’autel on voit les haches factices utilisées plus tôt par les enfants.

Don’t think, feel ! (Message du temple)

Un autre message du temple du village … lorsque le prêtre bouddhiste cite Bruce Lee:

かんがえるな!感じろ!

Don’t think ! Feel !

38459091232_3eefd6b301_k.jpg

 

Justement, nous revenons d’une courte escapade à Kyoto. Nous y avons visité tôt ce matin le magnifique temple du sanjusangendo. Un endroit magnifique, hautement spirituel qui prend de l’intérieur et que je ne vais pas tenter de décrire maladroitement. Et mon épouse, après la visite, a dit:‘cette fois; j’ai compris qu’il ne faut pas tenter de comprendre dans la tête; il faut sentir’.

Message du temple #3

Message du temple (2015)

Devant le temple (bouddhiste) du village, cette pancarte, marquant l’année nouvelle 2015.

15977213937_4c760897b3_o

 

Pour voir le message du temple pour l’année nouvelle 2014 cliquer ici.

 

ぼくらがみんな生きている

生きているからかなしいんだ

ぼくらがみんな生きている

生きているからうれしいんだ

Tous, nous vivons

Parce que nous vivons, nous sommes tristes

Tous, nous vivons

Parce que nous vivons, nous sommes heureux

Non, même si la profondeur des mots le laisserait penser, ces vers ne sont pas d’une sutra bouddhiste, mais proviennent de la chanson tenohira wo taihyou ni (La paume de la main vers le soleil)

Une chanson très connue et datant des années 60 et reprise par de nombreux artistes.

Traduisons-en le premier paragraphe

Tous nous vivons

Parce que nous vivons, nous chantons

Tous nous vivons

Parce que nous vivons, nous sommes tristes

Si l’on dresse la paume de la main vers le soleil

On voit les mouvements de sang rouge

Même les lombrics, même les courtillières,

Même les araignées d’eau,

Tous, tous nous vivons

Tous des amis

Comme toujours, j’apprécie le sens de l’humour et l’ouverture d’esprit du prêtre bouddhiste du village.

Lien vers la vidéo youtube de la chanson interprétée par Papaya Suzuki, mise en ligne un mois après le tsunami et catastrophe nucléaire de Fukushima (ça n’est pas fortuit)

https://www.youtube.com/watch?v=5BbiEbV173A

Autre version un peu plus jazzy par la non moins excellente chanteuse UA

https://www.youtube.com/watch?v=oViLi0KEw6g

 

 

VOCABULAIRE

  • Araignée d’eau アメンボ
  • Courtillière (Gryllotalpidae) オケラ

Message du temple

 

Devant le temple (bouddhiste) du village, cette pancarte, marquant l’année nouvelle.

Je me dis que la pancarte est à l’intention de tous, nous les humains du villages, mais aussi les animaux qui vivent dans les montagnes autour de nous.
 
本年も南無阿弥陀仏
Cette année aussi, prions Buddha. (1)
 
今年の目標のんびりと
Objectif de cet année: soyons relax (2)
A méditer.
vocabulaire
(1) 南無阿弥陀仏 Namu Amida Butsu
(2) のんびり
relax, détenu,slow life  
DSC_0181

Rock Punk, la liberté

Au Japon il n’y a pas forcément les cloisonements et les blocages auquels nous avons souvent été habitués. On ne craint pas le mélange des styles, ni le ‘mauvais goût’ qui peut en résulter.

Les interdits rapport à la religion sont également beaucoup plus lâches. En gros; dès lors qu’on ne met pas la cohésion de la société en question, rien n’est interdit.

Il en résulte une certaine liberté que je n’avais jamais goûtée jusqu’alors.

La liberté, nous l’avons vue à l’oeuvre  dimanche soir au temple de notre village.

En effet. A l’invitation du temple bouddhiste du village; Endou Michirou est venu se produire en concert. Le concert a eu lieu dans le temple. Michirou; harmonica, guitare, et sa voix a tout donné. Ses belles chansons puissantes; sur la révolte; le sexe; la liberté et la souffrance.

Un spectacle magnifique qui s’est déroulé juste devant l’autel bouddhique. C’était assez surréel de voir ce contraste entre Bouddha qui appelle au détachement et Michiro Endou qui chante … celà nous a beaucoup dit sur l’ouverture d’esprit du prêtre notre ami et du village tout entier.

Amusant de voir aussi la foule héteroclite de 50 personnes dans le temple; avec les fans de toujours de Michirou qui ont fait le déplacement de 600 kilomètres pour le voir, et les habitants du village; venus de leurs potagers et de leurs montagnes.

Endou Michirou fut dans les années 80 une figure du rock punk au Japon. Il a formé un groupe, THE STALIN. Dissous depuis. C’est un peu le Iggy Pop du Japon. Son visage porte les marques de la drogue et des abus en tous genres, mais à 62 ans il a une pèche d’enfer et ses chansons respirent l’envie de liberté et la colère contre l’injustice et la bétise.

Voici une sélection de ses chansons sur Youtube.

Just Like a boy https://www.youtube.com/watch?v=r-aJenF-C-g

Le Blues de la Centrale nucléaire https://www.youtube.com/watch?v=fMEEjEKPU90

https://www.youtube.com/watch?v=r3OMoHX7qzA&list=RD228tBtgZK0rs0

La porte du paradis sur l’air de stairways to heaven https://www.youtube.com/watch?v=xaoYlxBG55M

DSC_0216

DSC_0252

2013

La tradition, ici au Japon, veut que l’on se rende au temple bouddhiste du quartier ou du village, et que l’on fasse sonner la cloche du temple 108 fois; avant le nouvel an.

Ici dans notre village du Kansai, c’est super trash.
2013
Le moine bouddhiste du temple nous acceuille en survêtements et avec sa guitare. Il joue et chante très bien deux belles chansons; qu’il finit avec la remarque;
‘vous mourrez tous avant moi!’
Puis il indique que c’est le moment de sonner la cloche du temple, et ajoute qu’on ne comptera pas jusqu’à 108, donc on fait comme on veut.
L’alcool est illimité.
Il fait froid. Les jeunes, surtout les hommes, sont là. Les enfants aussi. Peu de femmes. Peu de vieux.
A minuit tappantes j’ai l’honneur de faire sauter le bouchon de la bouteille de champagne; qui va se perdre dans la forêt.
On discute, on passe d’un feu à
l’autre, on se réchauffe entre deux verres de vin ou de saké. Attention aux mélanges. Bonne Année.
WP_000487