Ma maman

Je suis rentré en France quelques semaines pour visiter ma maman alors très malade, à l’hôpital, à Paris.

Elle nous a quitté fin août.

Beaucoup de tristesse. Un grand vide. Ma petite barque a perdu son ancre.

Même aujourd’hui je ne réalise pas tout à fait encore qu’elle nous a quittés et qu’elle n’est plus de ce monde.

Nous nous somme réunis autour d’elle, la petite famille éparpillée géographiquement que nous sommes – mon père, ma tante, ma soeur, et avons passé les dernières semaines à ses côtés à l’hôpital. Ce furent des moments d’émotions fortes, beaucoup de peine et de tristesse, mais aussi la joie d’être à ses côtés et de pouvoir lui exprimer notre amour. Ainsi, elle n’est pas partie seule.

Je suis passé par plusieurs étapes. Le déni de la maladie: je ne voulais pas accepter la maladie qui prenait le dessus de ma maman; et par la suite la colère, envers cette médecine très technique, mais finalement incapable.

Et puis, finalement l’acceptation de la réalité, avec la réalisation non sans déception que ce monde est sec et que les miracles y sont trop peu. Jusqu’au bout j’espérais une guérison, un renversement, une intervention divine.

Ma maman nous ayant quittés je pense à ce qu’a été le message de sa vie…. L’amour inconditionnel qu’elle nous a toujours donné, nous ses enfants; elle qui dans sa jeunesse en a si peu reçu de ses parents.

Cet été nous sommes donc allés en France deux fois, la première fois en juillet. La deuxième fois fin août après que l’état de ma maman se soit aggravé.

Avant le deuxième voyage, j’ai vu maman en rêve: elle était assise dans un fauteuil confortable, dans une chambre inconnue, décorée d’un papier peint coloré. L’endroit était très lumineux. Nous (la famille) étions en cercle autour d’elle. Elle avait l’air très calme et reposée. Elle a dit: ‘il ne faut pas s’acharner‘.

Toujours avant le deuxième voyage, le jour avant le départ pour la France, je suis allé faire un tour en vélo au fond de notre vallée et ai découvert en montagne un endroit magnifique. Il y avait cette lumière, cette luxuriance de la végétation et la fraîcheur ionisée d’une rivière en contrebas. Sur une souche éclairée par le soleil tamisé, le crâne d’un chevreuil était posé là. Ce spectacle m’a alors empli d’une joie vraie et profonde car j’ai senti que la mort n’existe pas et que tous nous nous retrouvons dans l’énergie de la nature. Photo.

IMAG0168 MAGIE

 

 

 

Dès que j’ai compris en juillet la gravité de la maladie qui attaquait ma maman, j’ai voulu me préparer au pire, et j’ai lu ce fameux livre, Leçons de vie, de Elizabteth Kubler Ross. Ce livre m’a beaucoup aidé à aborder ces moments difficiles. En voici quelques extraits.

20

Les patients en phase terminale avec lesquels nous avons travaillé ont réalisé que l’amour est la seule chose qui importe. La seule que nous pouvons posséder, conserver et emporter avec nous. Ces patients ont cessé de rechercher le bonheur à l’extérieur. Au contraire, ils ont appris à trouver richesse et sens dans ce qu’ils possèdent déjà, à en explorer davantage les possibilités. En d’autres termes ils ont abattu les murs qui les empêchaient de profiter pleinement de leur existence.

Face à des circonstances dramatiques, nous pouvons grandir et donner le meilleur de nous mêmes.

22

Il existe une partie de vous même qui est indéfinissable et immuable, que ni le temps ni la maladie ni les circonstances ne peuvent modifier. Il existe en vous une authenticité innée que vous emporterez avec vous le jour de votre mort. Pour découvrir qui l’on est, il faut se débarrasser de tout ce qui n’est pas vraiment soi. Lorsqu’on observe les mourants, on ne voit plus les défauts ni les erreurs ni même les maladies. On ne voit plus que l’être humain qui, au terme de sa vie, devient plus authentique plus honnête, plus lui même.

37

L’amour n’a rien à voir avec la connaissance, l’éducation ou l’autorité. Il se situe au delà du comportement. C’est en outre le seul bienfait de la vie que l’on ne peut pas perdre. Enfin, c’est la seule que l’on peut vraiment donner. Dans un monde d’illusions; de rêves et de vide, l’amour est source de vérité.

 

 

Publicités

23 Commentaires

  1. Pierre Nadeau

    Bravo pour ce beau départ dans l’amour. La mort sert à émonder la vie, nous concentrer sur l’essentiel. Sans elle, nous serions perdus et dans elle nous nous perdons. Bravo aussi pour le contact soutenu avec la Nature. Mes sympathies.

  2. juliette

    Toute ma sympathie …
    L’amour n’a rien à voir avec la connaissance, l’éducation ou l’autorité. Il se situe au delà du comportement. C’est en outre le seul bienfait de la vie que l’on ne peut pas perdre. Enfin, c’est la seule que l’on peut vraiment donner. Dans un monde d’illusions; de rêves et de vide, l’amour est source de vérité.
    c’est tellement vrai…
    j’ai perdu ma maman il y a 30 ans et elle est encore en moi …

  3. Yoshimiparis Photographie

    Mes sincères condoléances. Je vous souhaite de trouver la paix intérieure …
    Récemment j’ai appris la mort d’une personne que j’aimais beaucoup et qui est mort depuis 18 mois. Je me suis sentie mieux il y a quelques jours, lorsque je suis allée le saluer et que j’ai vu son nom écrit sur la pierre.

  4. Montcriol Christian

    Tres touchant cet article et qui fait echo en chacun d’entre nous : j’apprecie que des bloggueurs aient le courage de faire ce genre d’article ou ils se mettent a nu. Merci et sinceres condoleances.

  5. ptb41

    La mort est un passage comme la naissance . L’amour qu’on a reçu et celui qu’on a donné c’est le seul bagage qu’on emmène vers l’ailleurs . L’âme des êtres chers continue de nous accompagner , de nous soutenir et de nous envoyer des signes , il faut juste être attentif comme vous l’avez été lors de votre balade à vélo . De tout coeur avec vous et votre famille .

  6. francefougere

    Toutes mes bonnes pensées et mes condoléances en ce moment de grande tristesse qu’il faut vivre, surmonter au mieux, tout en gardant les souvenirs.
    Bien sûr, on espère toujours … une mère semble indestructible.
    Vous avez de bonnes lectures pour aider dans ces circonstances si douloureuses. Et la nature si belle autour de vous, comme une consolation. Et tant de travail aussi !
    Votre maman reste une présence.

  7. Ludovic Texier

    Courage à toi dans cette épreuve de la vie ………une épreuve dont on se passerai bien, car la mort d’un proche est est moment difficile , mais celle de nos parents ou parfois même d’un enfant sont sans nul doute les plus pénibles …. merci pour ton témoignage touchant , en le lisant , je me dis que ta Maman, aura eu la chance d’avoir eu un si bon fils, avec je l’imagine, ses défauts , mais aussi des qualités humaines indéniables, la preuve dans ces mots …….c’est l’héritage qu’aura laissé une maman Aimante , sans aucun doute , et comme tu le dis, » la mort n’existe pas vraiment « , c’est juste une séparation « physique » , ou plutôt un « changement de plan »(je ne sais pas comment l’exprimer , mais je sais que tu comprendras ) quoi qu’il en soit « ils » sont toujours là , près de nous……..je te souhaite beaucoup de courage et une vie pleine d’Amour et de joie auprès de ta femme et ton fils !
    Amitié ,

    Ludo .

  8. Ludovic Texier

    Oui je comprend , j’aurais juste aimé t’apporter un peu de réconfort, mais les mots restent des mots …..mais ils sont sincères car comme bon nombre d’entre nous j’ai eu mon lot, je sais qu’on peu nous exprimer toutes les formules de réconfort possible , ca ne change pas grand chose au vide que laisse les êtres qui nous sont cher , il faut juste continuer à profiter encore d’avantage de ceux que l’on Aime même si le quotidien parfois nous « met un voile » sur les priorités , Amitié .

  9. Umiko - Okasan

    Décidément, cette Maman vous a aimé jusqu’au bout, pour vous rassurer et mettre à l’ordre du jour cette réalité qui nous concerne tous, notre mort. Une belle lumière qui siège au fond de vous, finira par vous faire sourire et vous accompagnera tout le long de votre existence. Je vous embrasse ♡

  10. janusdot57

    Bonjour Monsieur.
    Vous me voyez là, fortement attristé et peiné par cette nouvelle qui me bouleverse dans mon fort intérieur par respect envers vous.
    Certes, les mots ne sont rien à côté de la peine qui vous affecte au plus profond de votre être et dans votre coeur.
    Mais, comme je le dis souvent:  »Avant la mort et après la mort, il y a toujours..La Vie ».
    Aussi, je me permettrais d’ajouter à cela, juste ceci:
    Un être cher s’en est allé, il nous reste le souvenir de sa présence à nos côtés, des bons moments passés ensemble, des sourires et même rires partagés, mais il nous restera une immense satisfaction, de l’avoir accompagné tout au long, du mieux possible, aussi.
    J’ose espérer que cette plaie saura se cicatriser tout doucement, même s’il faut laisser le temps au temps…

    Ces quelques liens en musique:

    Je sais, par avance, que vous êtes un homme bon et respectueux, gai et jovial (d’ordinaire..) et quelqu’un de humble et de simple, ce qui me laisse penser que vous saurez surmonter toute la difficulté de cette épreuve, pour nous rejoindre, un peu plus tard, en blog, et toujours continuer à animer votre page d’accueil que tant de gens viennent consulter et voir et qui leur apporte quelque chose, même s’ils n’osent pas le dire, ni même parfois, laisser un commentaire…
    Je vous souhaite une bonne fin de journée, respectueusement et sincèrement..à plus..Denis.

  11. Kae Browneyes

    Dans de telles circonstances, les mots justes sont tellement difficiles à trouver… Vous écrivez avec beaucoup de délicatesse et de pudeur, et on sent à travers cela tout l’amour qui a été partagé lors de ces derniers instants et toute une vie durant. C’est d’une grande beauté. C’est une chance particulière qui nous est donnée de pouvoir accompagner un être cher dans ses dernières heures. Au-delà de la tristesse et de la douleur qui nous accablent d’abord, refleurissent l’amour et la joie de vivre qu’il nous appartient de célébrer chaque jour pour honorer ce que cet être nous a donné et appris… Bien à vous.

  12. janusdot57

    Bonsoir.
    Je me permets..
    Je vous avais mis un long commentaire, à la suite, et concernant ce triste et douloureux passage de la vie, or, je ne le vois pas.
    J’ose espérer que vous l’avez eu et sinon lu..
    Je vous l’avais écrit, hier au soir..
    Bonne fin de journée encore et sinon soirée..Denis.

  13. janusdot57

    Re..désolé..
    J’avais juste oublier de préciser, pour mon beau-père et ma belle-mère..
    Mon beau-père nous a quitté à..53 ans, et ma belle-mère à..52 ans..triste sort..
    Je referme définitivement la parenthèse sur le sujet évoqué et ces douloureux passages de la vie.
    Une bonne fin de journée et dimanche, bonne semaine qui vient..Denis.

  14. Here and Now

    Toutes mes condoléances et merci pour ce texte.
    Le passage sur ton rêve m’a beaucoup touchée et interpelée.
    J’ai perdu ma maman il y a trois ans. Et quand je suis revenue à Noël pour voir ma grand-mère, j’ai rêvé de maman. Elle me faisait visiter un appartement où tout était lumineux et blanc. Elle me disait : « tu vois je suis bien ici, ne t’inquiète pas ».

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s