Discussion avec le boulanger

Ce dimanche matin je vais faire quelques courses; je passe à la supérette de la ville voisine y acheter du pain. Il y a là un bon boulanger, un personnage sympathique.

On se dit toujours bonjour, il a étudié en France.

Il me pose alors la question: 世界はどうなるとおもいますか。Que va t il advenir du monde ?

Ma réponse est immédiate: さらに悪化する。Ça va aller de mal en pis. 特に環境の破壊 En particulier la destruction de l’environnement. Je pense aussi a la disparition annoncée du monde sauvage. Les éléphants. Les lions. Les hippopotames. Et les peuples natifs.

Il est très surpris de ma réponse….Il dit:

なにをすればいいですか。Qu’est ce qu’il faudrait faire ?

J’hésite .. Je réponds qu’il faut planter des arbres ...

Et la bourse alors ? 株はどうなる demande t il encore … Vendez  tout ai je envie de répondre mais je me retiens !

Il glisse deux cannelés (cadeau) dans mon sac et on se dit au revoir …

Sur la route du retour ça me tarabuste … j’arrête la cassette des sonates de Haydn par Gould et je me dis que ma réponse de planter des arbres c’est bien, mais j’aurais dû aussi dire qu’il faut aimer. Donner de l’amour. Ce que le boulanger fait déjà, en faisant du bon pain et de bons desserts … Il est sur la voie, le boulanger … L’amour, c’est la seule chose que l’on a vraiment et que l’on peut donner. Everything is love.

De retour au village je vais voir S. Je récupère un énorme tronc de cryptomère pour bourrer le ventre de Calcifer notre poêle à bois. S. est affairé et débroussaille le versant de la montagne. Ici, de nombreux arbres se sont brisés ou effondrés suite au dernier typhon. Il y a beaucoup de bois à récupérer. La route pour accéder à cet endroit est très abrupte. La vue sur la vallée est magnifique.

On fait une pause. J’ai amené du bon café tout chaud.

Je raconte à S. la conversation avec le boulanger. Il est entièrement d’accord, le monde part en couille.

S. dit, en rejetant une bouffée de tabac, et zieutant nos camions arrêtés sur la pente qui descend: il faut faire marche arrière. バックせなあかんなぁ。

En contemplant la vue magnifique qui s’étale à nos pieds on se dit que nous tous qui vivons dans notre petite vallée, on a fait marche arrière et c’est pour ça qu’on y est très bien.

Ça nous fait bien rigoler.

Bon c’est pas tout mais il faut charger le petit camion !

26875048989_27cf2dc5437743809935_5ac5fa0ac0_z

 

Publicités

7 Commentaires

  1. pierre pauzon

    salut
    Faut pas être si négatif la terre survivra, les hommes peut être pas.
    tu devrais faire réviser tes frein.

  2. Esther Luette

    Décroissants, oui mais au beurre ;-). Le boulanger est sur la voie, oui, vous le suivez, et je vous suis ici, article après article. Comme d’autres, et qui sait ce qui en fleurira ? Time will tell.

  3. janusdot57

    Bonjour.
    Je pense comme vous pour le..
    Ça va aller de mal en pis. En particulier la destruction de l’environnement.
    Pour les deux cannelés (de Bordeaux..), vous avez de la chance, car, le boulanger est gentil avec vous et reconnaissant par rapport à vos discussions et entretiens sur des sujets divers lorsque vous passez chez lui.
    Vous dites, je cite:
    qu’il faut aimer. Donner de l’amour.

    Oui, vous avez entièrement raison, il faut aimer, son prochain comme soi-même, aimer l’autre, celui dont souvent on dit de lui que c’est un étranger, aimer tous les autres, et partager cet amour que l’on a en soi et dans son cœur, avec le dialogue et les discussions, et également avec le partage (souvent des petits rien..), cela peut être un repas, autour d’un barbecue, ou encore, avec une tasse de café ou du thé.

    Le typhon, dans sa grande colère, aura eu un côté faussement gentil, avec cette forme heureuse et généreuse de récupération de bois tombé et ou arraché ; rien ne se perd.

    L’expression « faire marche arrière »ou « avoir fait marche arrière » n’est pas idiote, bien au contraire !

    En contemplant la vue magnifique qui s’étale à nos pieds on se dit que nous tous qui vivons dans notre petite vallée, on a fait marche arrière et c’est pour ça qu’on y est très bien. Cette phrase a elle seule résume une bonne philosophie de vie.

    La cale, au regard de la pente et du chargement avec ces morceaux de troncs de cryptomère débités, est une bonne précaution d’usage, et, je pense, n’a rien à voir avec les freins. Je procède de la même façon, en forêt, lorsque je vais chercher mon bois, avec mon C15, et que je charge ma remorque, dans le cas d’un pente.

    Par rapport à Esther Luette, je dirais plutôt ceci :

    Time will tell us more than just unhappiness !

    Bonne fin de journée à vous et sinon soirée, une bonne semaine, à plus..Denis.

  4. janusdot57

    Bonjour.
    Je n’ai jamais dit, ni même surtout pensé, un seul instant, que vous étiez fou, bien au contraire !
    Maintenant s’il s’agit du fait de cette cale glissée sous la roue de votre mini camion, je vous suis pour le « je ne suis pas fou » et vous comprend mieux.
    J’ai un réel attachement envers vous, au travers de votre blog, et je suis profondément respectueux vis à vis de vous.
    Votre choix et prise de décision, à l’époque, en parlant de ce « Tsunami » tragique et de cette catastrophe, tout aussi tragique, en parlant de l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima, et qui vous a fait prendre un virage à 180°, dans cette volonté féroce et souhait de protéger votre famille et vous-même(sans être égoïste pour autant vis à vis des autres..l’instinct de survie..normal..), en allant vous installer à la campagne (sans oublier, pour autant, toute la détresse des gens touchés de très près comme de loin, là-bas sur place) et pour y vivre et y trouver une vie un peu plus calme, loin du tumulte de la ville (cette mégalopole, comme vous dites, en parlant de la ville de Tokyo)et surtout vie paisible et simple (mais ô combien plus réconfortante!) et avec votre jardin, etc.. a été un bon choix..décisif.
    Certes, un tas de gens pourraient vous envier, au regard de vos « posts « et/ou articles successifs mis, suite à cela, mais chacun est libre, de faire le même choix, ce même choix dans sa vie, et sinon, dans une vie.
    Il est certes regrettable que la vie, parfois, et sinon souvent, en décide autrement, pour un tas de gens au regard du travail auquel ils sont liés.
    Je l’ai toujours dis et mis quitte à me répéter.. » Rien ne vaut la vie à la campagne », vraie campagne, sans être isolé pour autant et coupé du reste du monde, loin de là.
    Bonne fin de journée à vous, portez-vous bien (le plus important à mes yeux pour tout un chacun), à plus..Denis.

    P.S.: je suis originaire et issu d’un tout petit village (mon village natal) de 80 habitants, alors, la campagne je connais, comme la vraie paysannerie traditionnelle d’avant, pas la mensongère et mécanisée à outrance et industrialisée, avec tous les grands lobbyings en intérêts et grandes surfaces (pour leurs marges de manoeuvre,etc..).
    Nous habitons dans une localité de 1500 habitants, fausse toute petite ville, et sinon gros village, mais cependant, avec un collège, la poste, une banque, deux petits supermarchés, une boulangerie,etc..

    Comme pour le..de puis en mal..
    Le sujet qui fâche, le..Glyphosate..
    http://janus157.canalblog.com/

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s