Lecture: Le Sol

Une courte vidéo sur Facebook me fait connaitre le couple Bourguignon. Spécialistes du sol. Je m’empresse de commander leur livre que je dévore. Qu’est ce que le sol. Les interactions entre le vivant et le minéral. les différentes faunes qui habitent le sol, et le transforment. L’impact de l’agriculture moderne. Le manque d’intérêt et de compréhension pour le sol.
Le dernier chapitre traite des animaux domestiques, de notre relation avec l’animal.
Le livre est passionnant. J’ai marque beaucoup de passages dans ce livre, et j’en recommanderais la lecture à toute personne qui jardine ou s’intéresse au sujet.
En voici quelques extraits.
Claude & Lydia Bourguignon
Le Sol, La Terre et les Champs.
ISBN 978-2-86985-199-7
p29 Le sol est le fruit d’une synergie entre les argiles provenant de la roche mère et les humus provenant des débris organiques.
p29 30
les facteurs qui participent à l’altération des roches et à la décomposition de la litière (….) facteurs physico chimiques et facteurs biologiques.
température (….) toute augmentation de la température de 10C multiplie la vitesse des réactions chimiques par trois. (…) un autre facteur est la pluviométrie.  Plus celle-ci est abondante plus la décomposition des roches et de la litière sera rapide. (…)
les racines er les microbes attaquent la roche mère (…) pour y prélever leur alimentation. (…) Les roches sont essentiellement formées de silice, de fer et d’aluminium, Lors de leur attaque, les racines et les microbes vont prélever dans les roches les éléments dont ils ont besoin; à savoir la potasse, le phosphore, le soufre; le calcium, la magnésie … par contre la silice, le fer et l’aluminium sont des oligo éléments pour les plantes, elles ont donc en prélever très peu. Ce faisan, elles vont laisser, dans l’eau du sol, de grandes quantités de silice, de fer et d’élu puisqu’ils sont majoritaires dans les roches. Lorsque les concentrations de ces éléments seront arrivés à un certain niveau, il y a cristaliisation de la silice, du fer et de l’alu en silicates de fer et d’alumine, qui sont des argiles.
p66
Il y a 80pc de vide à la surface du sol. Ceci va conférer au sol une très grande perméabilité qui atteint 150mm p heure en forêt de feuilles tempérée et 300mm p heure au sol de forêts tropicales. Grâce à cette perméabilité, le sol de forêt peut absorber tous les orages sans érosion.  un limon labouré, qui devient battant, voit sa perméabilité tomber à 1mm p heure. Cela explique pourquoi notre époque est touchée par les inondations alors que la pluviométrie n’augmente pas. En tuant la faune érigée par nos labours, nos engrais et nos pesticides, nous avons créé le siècle des inondations; des glissements de terrain et nous essayons de fuir nos responsabilités en rejetant la faute sur la pluie.
p66
La faune anémique est connue de tous.  Ce sont les grands vers de terre, les lombrics qui vivent dans des terriers verticaux. Ils cont nocturnes; toutes les nuits, ils remontent chercher de la litière. Ils font demi-tour, vident leur intestn à l’extérieur de la galerie pour former les turciques et replongent en profondeur. Ce sont eux qui brassent continuellement le sol de profondeur riche en argile, avec le sol de surface riche en humus.
p67 (…) chaque faune a un rôle très particulier. L’épigée décompose la litière et aère le sol de surface. L’endogée digère les racines mortes et la faune anémique brasse la terre, évitant ainsi le lessivage des éléments.
p68
Lorsqu’un brin de paille tombe au sol, il est d’abord attaqué par les bactéries capables de dégrader la cellulose et qui pullulent sur les fibres cellulosiques de la paille. Puis, les amibes mangent ces bactéries et libèrent les fibres de lignite; permettant ainsi aux champignons qui dégradent celles-ci d’intervenir.
Sans l’action de ces amibes, les champignons seraient gênés par les bactéries
p70
on pourrait comparer le sol à une pâte à pain qui a besoin d’être brassée, aérée, malaxée, par les mains du boulanger pour pouvoir ensuite permettre l’action des levures qui la feront gonfler; changeront son goût et permettront de la changer en pain.
p78
Sans le monde microbien, l’azote de l’atmosphère ne pourrait pas entrer dans le monde vivant. L’azote est  une molécule très stable que seules les bactéries savent transformer en ammonium, puis en nitrate. Il a fallu attendre 1913 avec le procédé Haber Bosch pour que l’homme sache copier cette réaction microbienne afin d’obtenir des nitrates pour les bombes. Jusqu’alors l’homme fabriquait la poudre avec le salpêtre (nitrate de potassium) fabriqué dans les caves huiles par le monde microbien.
p80
Les deux sources du phosphore sont les roches 60pc et la matière organique 40pc. Ce sont les champignons qui attaquent les roches et libèrent le phosphore sous forme d’ion phosphate. Cet ion est absorbé par les racines des plantes. Lorsque ces dernières meurent; le phosphore se retrouve dans l’humus d’où des champignons le minéraliseront à nouveau en phosphate.
p83
En n’apportant que le N, P, K, l’agriculteur déséquilibre ses plantes, les rend malades et doit ensuite acheter des pesticides pour les protéger. Au lieu de négliger les microbes, il peut les stimuler, soit en faisant des engrais verts qui nourrissent les microbes de la minéralisation, soit en apportant du compost qui ensemence son sol en microbes de l’humification, en particulier, les champignons.
p85
Lorsque la matière végétale et animale est déposée sur le sol, elle est broyée par la faune puis transformée par les micro organismes. Une partie est minéralisée par les bactéries et sert à l’alimentation des plantes, une autre partie sert à nourrir la faune et les micro organismes, enfin une troisième partie est transformée en humus par les champignons et sert à nourrir le sol. L’importance de chacune de ces voies dépendra de la nature des matériaux constituant la litière. Si les matériaux sont jeunes, c’est à dire riches en azote et pauvres en carbones, comme les engrais verts, les tourteaux, les lisiers ou les gadoues urbaines, c’est la voie de la minéralisation qui va dominer. Les composés ne produiront pas d’humus. (….) a l’inverse, les matériaux riches en carbones et pauvres en azote comme les pailles les bois raméaux ou la sciure de bois vont stimuler la voie de l’humification car ils sont riches en cellulose et en lignine, les deux substances qui produisent l’humus.
p86 87
le compost aboutit à une fermentation chaude qui a l’avantage de pasteuriser la matière organique et d’éviter ainsi de contaminer les champs avec des graines de mauvaises herbes et avec des germes pathogènes contenus dans les excréments animaux. (….) pour le compostage il faut que la fermentation soit aérobie car ce sont les champignons qui transforment la cellulose et la lignaient en humus et tous les champipi sont aérobies. (….)  en absence d’oxygène le métabolisme microbien ne peut pas dépasser 30C. Cette montée en température est assurée par des germes thermophiles en particulier les actinomycètes dont l’intérêt est d’être producteur d’antibiotiques. Ceux ci vont bloquer le développement des bactéries minéralisatrices qui se multiplient 20 fois plus vite que les champignons. Si on laisse les bactéries dominer elles vont minéraliser le tas…. la pasteurisation ne concerne que le centre du compost, la partie la plus chaude; celle qui dépasse 41C. Il faut donc retourner 2 à 3 fois le tas pour que l’ensemble du compost se pasteurise. Après les montées en température le tas va se rafraîchir et la faune érigée du sol pourra intervenir. Les vers de fumier(….) vont broyer finement le compost et produire des boulettes fécales que les champignons pourront alors attaquer et transformer en humus.
p97
Les graminées sont les seules plantes qui ne contiennent pas de facteurs toxiques anti nutritionnels et qui peuvent donc être mangées en grande quantité sans risque d’intoxication.
p102
Les arbres des régions froides ouvrent leurs bourgeons en fonction de la longueur du jour ex le chêne. Les espèces ne sont donc pas trompées par un mois de février trop doux. Dans les régions équatoriales où les jours et les nuits ont les mêmes durées toute l’année, les plantes sont sensibles à la température.
p154
Tout élevage doit pouvoir fournir un environnement physique, biologique, et social eg structure des troupeaux de qualité afin de produire des bêtes en bonne santé.
p166
Curieuse civilisation que celle qui brûle ses vaches et ses volailles, qui extermine la faune sauvage et qui cajole à l’excès ses chiens et ses chats. Notre coeur n’est-il plus assez vaste pour aimer la nature dans sa plénitude ?
Publicités

2 Commentaires

  1. Pierre Nadeau

    Quel livre fantastique! Enfin un ouvrage qui fait le tour du sujet. La connaissance qui affirme que nous détruisons nos sols est assez répandue, mais de manière informelle. Voici un livre qui fait le tour du sujet et qui démontre notre folie.

  2. Pingback: Momigara ou glume de riz | à la campagne au japon

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s