Tagué: fête de l'huma

Promenade & rencontre avec un anaguma (vidéo)

Encore une vidéo décidement mais la caméra permet de bien compléter ce que jusqu’à présent j’ai essayé de décrire dans le blog, sur le village et sa géographie.

Cette fois je me balade de la maison jusqu’au fond de notre petite vallée, enfin jusqu’au début de la forêt vraiment;

on pourrait suivre le chemin forestier jusqu’au bout ce sera sans doute une autre vidéo, mais pour y aller il faudra que je m’arme d’une tronçonneuse car il y a deux ans énormement d’arbres ont été aplatis par un gros typhon et bloquent le chemin.

Encore dans le hameau je m’attarde devant quelques belles constructions anciennes.

En chemin on traverse notre hameau jusqu’aux dernières maisons habitées, puis on fait la rencontre heureuse d’un charmant anaguma.

On continue pour passer devant une maison ancienne abandonnée et puis après il y a plus personne et on est vraiment tranquille.

Wakamé Tamago après avoir écrit un blog pendant 8 ans un jour s’est transformé en youtubeur, il eut beaucoup de vues et de followers, ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants, pour allumer le feu l’hiver dans le poêle à bois il utilisait des liasses de billets de 500 dollars, que lui envoyaient régulièrement les comptables de youtube.

Ajout

Dans un commentaire, Christian écrit;

Tu décris le meme processus qui a eu lieu en France : occupation des montagnes avec cultures, aménagement de l’espace (murets…) et désertification au XXème siecle. Réecoute « La montagne  » de Jean Ferrat !

Tout à fait. Les paroles de Jean Ferrat décrivent des processus tout à fait similaires, il n’y va pas avec le dos de la cuillère. En voici des extraits.

Ils quittent un à un le pays
Pour s’en aller gagner leur vie
Loin de la terre où ils sont nés
Depuis longtemps ils en rêvaient
De la ville et de ses secrets
Du formica et du ciné

(…)

Avec leurs mains dessus leurs têtes
Ils avaient monté des murettes
Jusqu’au sommet de la colline
Qu’importent les jours, les années
Ils avaient tous l’âme bien née
Noueuse comme un pied de vigne

(…)

Deux chèvres et puis quelques moutons
Une année bonne et l’autre non
Et sans vacances et sans sorties
Les filles veulent aller au bal
Il n’y a rien de plus normal
Que de vouloir vivre sa vie
Leur vie, ils seront flics ou fonctionnaires
De quoi attendre sans s’en faire
Que l’heure de la retraite sonne
Il faut savoir ce que l’on aime
Et rentrer dans son H.L.M.
Manger du poulet aux hormones