Tagué: construction d’une maison au japon

Construction d’une maison japonaise – Jour 1 (3)

Nous continuons le récit de la première journée des travaux.

Suivant les mêmes procédés on monte la toiture. C’est un moment émouvant.

Il y a deux très belles pièces, deux troncs d’arbres qui vont s’asseoir et lier les sommets des deux façades. Ils supporteront la toiture.

Les voici. Les charpentiers travaillent en hauteur. Avec les gros maillets ils vont forcer les pièces dans les autres.

DSC_0426

Quelle journée. Il faisait chaud, et le ciel était magnifique.

DSC_0432

Voilà des gars avec de vraies cojones.

Construction d’une maison japonaise – Jour 1 (2)

Continuons sur la première journée des travaux.
Il fait chaud. Les gens travaillent dur. Le visage de S. est fermé. On voit qu’il est super concentré, on n’a pas droit à l’erreur. Je n’ai pas compté mais les gens prennent beaucoup de pauses. On avait préparé un parasol, des rafraichissement et des pastèques. Lors des pauses ils reprennent leurs visages d’enfants.
On perce les grosses pierres de la fondation. C’est que l’on on va enfoncer une barre de fer dans les pierres et les poutres, afin de bien fixer l’édifice au sol et d’éviter qu’il ne bouge suite à des seismes ou au travail du bois.
Puis les hommes commencent à assembler la façade Ouest. On assemble les poutres, à coups de gros maillet. La façade est assemblée, posée à terre.
Puis on la soulève avec une grue et on la pose sur les grosses pierres de la fondation.
DSC_0300
On s’attaque ensuite aux deux énormes poutres horizontales qui vont former les côtés complétant les façades.  A cet instant les deux poutres latérales vont se fixer, ténons + mortaises, dans la première façade.
Puis on assemble la deuxième façade et on la fixe au reste suivant les mêmes procédés. On commence à imaginer la maison bien qu’il n’y ait pas encore de toiture.
DSC_0327
Ensuite, on enfonce comme un énorme légo les colonnes, verticales, dans les poutres, horizontales. Là c’est un jeu d’enfant et je me permets de donner un coup de main.
DSC_0343
Vient une partie délicate. Il s’agit de poser la deuxième paire de poutres horizontales, qui font lier entre elles les deux façades par le haut et s’enfoncer dans les poutres droites.
A partir de cet instant les deux charpentiers commencent à travailler en hauteur. Impressionant, que de les regarder hissés sur les poutres en funmanbules et frapper avec leurs énormes maillets pour forcer les éléments dans les autres.
(à suivre…)

Construction d’une maison japonaise – Jour 1 (1)

Ce sont les deux premiers jours, où tout se joue, d’une façon spectaculaire. Comme il y a beaucoup à dire je vais présenter les travaux de la première journée en plusieurs articles.

L’équipe arrive avec un gros camion, chargé du bois. On décharge avec une grue. Dans l’équipe il y a S. le menuisier charpentier, et K, un autre charpentier venu en renfort. Puis O. et A. qui aident à la logistique et pour tous les petits travaux qui accompagnent les grands.
DSC_0261
DSC_0273
En faisant le tour de l’emplacement de la future maison, le charpentier disperse du sel et du saké. Puis nous nous réunissons tous et faisons une prière pour que les travaux se déroulent sans incident.
怪我がないように
Normalement, on fait appel à un prêtre shinto pour purifier le terrain avant la construction, mais comme cette fois ci nous faisons construire sur l’emplacement d’un ancien batiment et que ce n’est pas une habitation principale, mais une simple annexe, où il n’y aura pas de feu, nous faisons au plus simple.

Les  préparations

Ce projet de construire à la place du hanaré est au prix de sacrifices financiers conséquents. Surtout après notre installation récente dans le village qui aussi a coûté quand même beaucoup de brouzoufes et d’énergie aussi. J’avoue qu’au début on a un peu hésité. Mais notre décision a été la bonne.

D’abord nous allons pouvoir acceuillir notre famille de France et la recevoir dans la nouvelle construction, quelques semaines cet automne.
Ensuite, plus le projet avance, plus nous goûtons des moments de bonheur bien précieux. Voilà une belle façon d’utiliser les brouzoufes.
En effet beaucoup d’émotions lorsque nous visitons notre ami le menuisier, qui prépare le bois. Il est allé dans les montagnes de monsieur O un voisin y couper des arbres, et nous voyons quelques semaines plus tard les poutres dans son atelier. Elles ont séché et il les prépare; les annote à l’encre de chine, et prépare les tenons et les mortaises, et les clous de bois, qui feront le tout tenir ensemble, . Ce sont les méthodes ancestrales.
Le menuisier travaille tranquillement; tout seul. Il fait chaud et les deux kilomètres qu’on a fait de chez nous ont mouillé nos t shirts. Il nous offre de prendre le thé. On s’assied et on discute de tout.
J’éclate de rire lorsque j’aperçois son troupeau de chèvres libéré dans l’atelier. Elles se promènent et montent sur les poutres. Elles explorent et reniflent un peu tout; les outils; les câbles, les ficelles.
Il fait chaud; et les chèvres apprécient le frais du sol en béton de l’atelier.
 WP_000809
WP_000821

Demolition Man

On a fait place nette. On a démoli le hanaré (article un, article deux). Notre ami Sakichan, sa femme et leur assistant monsieur K. Ils ont tout fait à eux 3.
Travail délicat qui demande une bonne organisation et de la technique. En effet faut pas se tromper, avec le hanaré qui est à quelques centimètres à peine de la maison principale, on veut pas qu’ il s’écroule sur la maison au mileu de l’opération ….

Quand plein d’émerveillement je dis à Saki chan qu’il fait un beau boulot, il me dit … tu sais, que fais ça depuis quarante ans …

DSC_0232

 

On récupère les meilleures tuiles, le bois pour se chauffer l’hiver, et les tatamis pour booster la terre du jardin.

 

DSC_0304

 

Sakichan a tous les équipements et les manie avec dextérité. Les voilà sur le toit en train de retirer les tuiles. Il travaille avec K. A tous les deux ils on 132 ans tout de même. La pêche !

DSC_0335

Là, la moitié gauche du hanaré a déjà été retirée. On remarque la belle poutre courbe qui soutient la toiture. C’est du beau travail. De même, la double poutre en pin rouge.

Remarquez les gros cordages tendus en diagonale, c’est pour éviter que tout s’écroule sur notre belle maison …

Et dessous, les derniers moments. J’ai retenu ma respiration … Le mur nord du hanaré affleurait vraiment le toit de la maison principale.

 

 

DSC_0341 DSC_0344 DSC_0345

 

Et pour finir ce post en musique, Demolition Man par The Police.

 

 

La fête du ‘Mune-age’

Monsieur S avait fait raser ses deux vieilles maisons pour en construire une nouvelle. Les deux maisons détruites, nous avions récupéré le bois pour alimenter Calcifer, notre poêle a bois.

Deux mois plus tard, les fondations de la nouvelle maison de Monsieur S sont prêtes.
Et aujourd’hui est un jour particulier. Les charpentiers vont monter toutes les colonnes et les poutres, des fondations jusqu’au toit. C’est ce que l’on nomme le muneage 棟上げ
Les poutres sont prédécoupées, et les charpentiers les emboitent les unes dans les autres comme un énorme légo. C’est impressionnant, de voir monter une maison en un jour.
Tout le village a été informé de ce jour d’exception, deux semaines plus tôt. La date n’est pas choisie au hasard. C’est un dimanche; donc les gens seront disponibles, et le jour est un jour de bon augure taian 大安 sur le calendrier traditionnel. Bref; le même soin dans le choix de la date que pour un mariage; c’est dire de l’importance du moment.
C’est le mochimaki. Des membres de la famille de Monsieur S. montent sur le toit fraichement assemblé. Ils se placent à chaque coin du toit carré  et lancent des gâteaux de riz et des bonbons à tous les villageois rassemblés et venus voir ce moment d’exception. Les enfants et quelques adultes sont déchainés, c’est à celui qui attrapera le plus de friandises.
Notre voisine de 90 ans a fait le déplacement; et toute joyeuse elle nous montre ce qu’elle a pu attraper.
Quelques instants plus tard la foule se disperse; les gens discutent et rient un bon coup.
DSC_0044 DSC_0082