Tagué: industrie du bois au japon

La possibilité d’une montagne

Face à notre maison, de l’autre cote de la rivière et la route, somnole une montagne. Aux abord de la route et sur 10 mètres de hauteur, une jungle de ronces et arbustes la recouvre. Plus haut, des criptomères droits comme des I se dressent à intervalles réguliers.
Ici au village les gens disent yama: montagne. Chez nous on dirait peut-être forêt ou bois,  je ne suis pas sûr. Ça monte assez sec, et tout en haut on est plus proche du paradis (ou plus loin de l’enfer, comme vous préférez).
Les montagnes qui couronnent le village ont toutes la même histoire. Autrefois l’homme l’exploitait pour faire du charbon de bois. Il faisait alors des fours par ci par là . Puis la mode a changé. L’homme y a fait quelques terrasses, et y a planté des muriers; les vers à soie sont friands de leurs feuilles. Avec la dernière vague, il y a 60 soixante ans  les gens ont crû toucher le jack pot; tout le pays avait besoin de bois pour construire des maisons. Il fallait du bois qui pousse vite et droit !
Alors on a planté partout des criptomères.  Partout ! La forêt qui recouvre la montagne est donc artificielle.
Mais entretemps on a commencé à importer du bois de l’étranger bien meilleur marché. Les objets en plastique sont apparus, rendant les objets de bois obsolètes. Le cours du bois local s’est effondré et l’économie de la montagne avec. Les criptomères sont restés.
Aujourd’hui, la montagne n’est pas rentable et a perdu son rôle économique. Rares sont ceux qui vivent de l’exploitation du bois. Les montagnes n’ont de mémoire d’homme jamais été aussi peu chères.
La montagne en face de chez nous appartient à l’ancien propriétaire de notre maison. Et de fil en aiguille nous nous sommes mis d’accord et la lui avons achetée. Nous l’avons acheté la semaine dernière.
Il s’agit seulement d’un morceau de la montagne, pas de toute la montagne ! Juste 6000 mètres carres.
Ce qui est beaucoup pour nous qui il y a deux ans encore habitions à  Tokyo. D’un coup l’espace de nos rêves s’agrandit. C’est une autre dimension.
A notre échelle, 6000 mètres carres, c’est quasiment infini.
Qu’allons nous faire de la montagne ? Vous avez des idées ?
-planter des arbres fruitiers sur les terrasses inférieures. Des châtaigniers, des arbres à kaki, des noyers. De l’akebi aussi.
-couper quelques criptomeres, éclaircir la foret sombre qui recouvre la montagne pour fortifier la montagne et lui permettre de reprendre un aspect naturel.
-Faire une cabane, pourquoi pas une tree house. Ça donnerait une vue splendide sur le village et alentour.
 D’autres idées ?
 montagne (1)
Note
Sur les montagnes -ou bois-au Japon voir aussi cet article
Publicités

Petit tour en forêt

Je suis parti encore en forêt aujourd’hui pour ramener un peu plus de bois mort, pour mon essai de culture sur butte.

Voici quelques photos.

 

Un chevreuil à la sortie du village.

DSC_0943

 

Les forêts ne sont plus entretenues. L’économie du bois s’étant effrontée avec la hausse du coût de la main d’oeuvre et les importations massives.

 

DSC_0949 DSC_0954

 

Superbes mousses. On se croirait au pays de Totoro.

DSC_0958