Tagué: possibilité d’une montagne

Pour la barrière

Je continue à préparer du bois pour la barrière qui doit fermer le côté de notre jardin qui fait face à la rivière. C’est de la rivière que provient le flux nocturne constant de migrants de la Méditerranée chevreuils qui viennent dévaliser notre jardin et mangent nos paquerettes.

Cette fois-ci je découpe à la tronçonneuse un tronc d’arbre de 4 mètres, dans sa longueur.

image_34159018150_o

Le tronc d’arbre est joli, avec sa séparation en Y, en deux branches. Cela donne un certain style.

image_34159015700_o

L’extérieur du bois est commun. Avec un couteau j’ai épluché l’écorce pour virer les insectes et éviter des cailloux et la terre qui abîmeraient la chaîne de la tronçonneuse.

Quand on découpe le bois dans sa longueur on découvre toute sa beauté. C’est une beauté intérieure, comme pour les gens. Ou un livre qui s’ouvre.

Surtout les deux premiers jours, lorsque le bois est encore humide, il a de belles couleurs, les belles couleurs rouges au cœur qui sont typiques du cryptomère.

image_33734188363_o

On dirait que c’est de la viande, une viande rouge ou bien un beau jambon d’Espagne, la où les cochons se nourrissent de glands sous l’ombre des chênes.

 

image_34414565981_o

 

image_33702164704_o

image_33702132114_o

Le rabot révèle toute la beauté de la noble matière.

 

image_33734186033_oimage_34503303516_oimage_34503315396_oimage_34544905025_o

 

Prendre le temps

J’écris pas mal d’articles sur mes petits projets bricolages mais … 

Mais le message, en fait c’est, plutôt que le bricolage en soi, le plaisir à prendre le temps, et le plaisir de faire les choses soi même.

Passque des bricoleurs plus adroits et plus appliqués que moi, il y en a des millions.

image_30929236393_o

Au pied de notre petite montagne.

image_31366161260_o

Il reste ce grand tas de bois. Des arbres que nous avons coupés l’année dernière. et les avons laissés là…

 

image_32119323786_o

Les outils sont made in Japan sauf le draw knife qui est made in England.

image_31347354793_o

image_31782622500_o

image_32119307086_o

 

image_31347348643_o

 

 

image_31316171964_o

Oh regardez moi ce petit bébé ! Il mange la partie extérieure des troncs, qui est plus tendre et plus riche. Ca doit correspondre à l’aubier.

Je découpe les troncs, coupés à 1.7 mètres pour en faire des pieux carrés pour faire une barrière. On voit que l’aubier  est trempé d’eau et parfois donc habité d’insectes.

L’aubier est trempé pour les arbres que nous avons coupés en avril l’année dernière. Ceux que nous avions coupés plus tôt pendant l’hiver en février, eux sont secs.

Ce travail permet de retirer une grande partie de l’aubier . (donc je vire les insectes; les parties mouillées qui vont pourrir, j’allège le tout, et donne un aspect uniforme à tous les piliers).

 

image_32157552375_o

Pendant ce temps j’entends au loin les aboiements d’un chien. Un chien de chasse qui s’est égaré dans les montagnes. Les chasseurs dans leurs petits camions keitora passent en boucle dans le village en bas et klaxonnent pour récupérer le chien qu’ils finissent par retrouver.

Tous ces chasseurs sont très âgés. Petits; nerveux. Il chassent pour l’argent; la prime de huit mille yens par tête de chevreuil. Ils ne semblent pas chasser pour le plaisir ou l’art de le faire … Ca se lit sur leur visage … leur âme s’est éteinte … la lumière dans leur regard est opaque … Ils sont dans le côté obscur de la force …

La présence de ces chasseurs m’inquiète un peu. Ils sont tous à moitié aveugle …  je descends les voir et leur indique d’où les aboiements du chien perdu semblent parvenir. Ils retrouvent leur toutou.

Pour éviter  un accident je vais chercher des hauts parleurs et je mets de vieilles chansons de David Bowie qui viennent emplir le silence de la montagne. Histoire que les chasseurs ne me tirent pas dessus par erreur… sachant que les chevreuils n’écoutent pas David Bowie.

C’est le problème quand on travaille avec des outils à main … si j’avais bossé avec la tronçonneuse j’aurais pas eu besoin de David Bowie pour faire s’éloigner les chasseurs …

Mais j’aurai pas eu autant de plaisir à travailler…

image_31347346683_o

Les pieux feront 5 suns (pouces) sur 5 soit 15 centimètres de côté… Ca va être du solide …

image_32054948491_o

Il faudra une vingtaine de pieux en tout … C’est bien de pouvoir prendre le temps…

 

 

Petit mulot indésirable !

Il y a deux semaines Minou avait ramené à la maison un petit mulot … Qui s’etait enfui .. C’etait un soir et nous avions alors passé la soirée à chercher partout dans notre capharnaüm le petit rongeur …. facile pour un mulot de se cacher dans une vieille maison japonaise, car il y a des recoins partout … et de surcroit la maison est très sombre.

Nous avions alors abandonné nos recherches. Sans pour autant vraiment oublier le mulot.

Cet après-midi ma femme travaille dans la cuisine … elle entend un petit bruit …. et voit une queue qui dépasse de dessous le frigo…

Branle-bas de combat ! on bouge le frigo ! on amène Minou ! Minou qui tout d’un coup s’en fiche complètement du mulot … elle en a rien à battre … ma femme escalade pour se glisser derrière le frigo … prend le mulot dans ses mains … le glisse dans un sac en papier …

mulot_27775267971_o

je prends le sac … vais dans notre montagne … rends au mulot sa liberté … il est mignon … vite il va se cacher dans la verdure en faisant de grands bonds …

mulot_27851333185_o

On voit qu’il a bien grossi pendant son séjour chez nous … C’est vrai que ma femme cuisine très bien ….

Allez, petit mulot indésirable ….  Adieu ! Bon vent !

Le meilleur café de la semaine

Le meilleur café de la semaine, je le bois le dimanche matin. Car je peux le prendre tranquillement dehors en regardant la (ma) montagne.

cafe dimanche_26335957145_o

A propos pour le café nous nous permettons des extravagances: nous le faisons venir du Mammoth Coffee à Tokyo, ils font un excellent blend qu’ils appellent ショコラ.

Et depuis la semaine dernière je peux même observer mes ruches en prenant le café  🙂 … Que demander de plus….

cafe dimanche_25731134504_o

 

 

Pêche miraculeuse pour la montagne !

Nous sommes à la recherche d’arbres pour les planter dans notre montagne.

Coup de chance, une connaissance de ma femme rencontrée via ses match de tennis offre de nous passer toutes les pousses d’arbres en excès chez elle. Son mari est paysagiste.

Nous allons les voir et emplissons le kei truck.

arbres 5a35f880b5_z

Ci-dessous la liste incomplète de cette pêche miraculeuse.

Momiji, 紅葉, もみじ, érable palmé ou Acer palmatum. Le nom en idéogramme signifie Feuilles rouges. Les feuilles du momiji sont rouges en effet.

Hiba, 檜葉, ひば, Cyprès du Japon

Nanakamado, 七竈ナナカマド ou Sorbus commixta. Quel nom intéressant. Il signifie sept (七) fours. ‘Le bois du nanakamado brûle si difficilement, qu’on devrait le faire passer par sept fours’.

Kiichigo, キイチゴ ou Rubus. Une traduction littérale du nom est: arbre fraisier.

Kuromonji, クロモジ, 黒文字、ou Lindera umbellata. Le nom signifie le signe noir.

Sarusuberi, サルスベリ、ヒャクジツコウ, 百日紅, ou Lagerstroemia indica

Encore un nom intéressant. Le sarusuberi a une écorce très lisse, d’où le nom saru suberi (猿滑) : le singe glisse. Le nom en idéogrammes signifie le rouge de cent jours.

Un ginko pour Pierre

Légo après mikado

On découpe donc les troncs d’arbres effondrés en sections de un ou deux mètres. Les endroits en pente, j’essaye de les regrouper, perpendiculaires à la pente, la où quelque chose peut les boquer et les retenir de chuter, comme une ancienne souche, ou des bambous.

lego1

Bonne position aussi pour permettre au bois de retourner lentement à la terre suivant le cycle immuable qui nous dirige tous.

Cela permettra je l’espère de freiner un peu l’érosion.

lego2

C’est un peu comme un légo.

Et la très belle chanson revient à l’esprit….

la force décuplée des perdants

comme un lego ….

voyez vous tous ces humains

danser ensemble à se donner la main

s’embrasser dans le noir (…)

à ne pas voir demain comme ils seront

car si la terre est ronde et qu ils s agrippent

au delà c est le vide

(…) comme un imputrescible radeau

comme un insecte sur le dos

Planter des oliviers

Kae Browneyes, une lectrice de ce blog, a émis l’excellente suggestion de planter des oliviers dans la montagne. Voici son message:

Bonjour, suite aux terribles évènements à Paris, j’aurais souhaité suggérer la plantation d’un olivier, symbole de paix, mais je doute qu’il prenne racine en montagne…alors, n’importe quelle autre essence saura symboliser la paix et la vie! merci une nouvelle fois pour ton blog et merci de célébrer ainsi la vie et la longévité en plantant ces arbres.
C’est une excellente idée. Nous souhaitons la paix. Nous voulons vivre en paix.
J’ai planté deux oliviers aujourd’hui.
La question se pose quand même, de savoir si ils vont bien prendre ou pas. A 40 km au sud, au bord de la mer intérieure Setonaikai 瀬戸内海, il y a des plantations d’oliviers. Dans la charmante ville de Ushimado par exemple. Mais ici dans le village l’hiver est un peu plus rude et il n’est pas certain que les oliviers prennent bien et résistent au froid.
Pour les planter j’ai opté pour le versant sud de la montagne où ils bénéficieront d’une meilleure exposition.

Pour planter les oliviers il a fallu donner moults coups de pioche pour creuser; couper et arracher les petits bambous sasa 笹 qui se propagent dans la terre en tissant des réseaux souterrains de racines. Invisibles au départ, cachés dans la terre et sous les feuilles mortes, ils se propagent partout et envahissent facilement un terrain. Un peu comme des réseaux terroristes….

La paix ne saurait s’installer et durer toute seule. Comme pour l’olivier, il faut l’aider et construire un environnement qui lui est propice.

Merci à Kae pour son excellente idée.
olivier dans la montagne

Planter des arbres ! !

[note: cet article a été écrit et publié avant les événements de Paris du 13 11 2015]

Après lire les horreurs des nouvelles du monde, on se dit qu’une des meilleures choses à faire, avec se saouler à la bière, ou épuiser ses nuits sur la playstation, c’est planter des arbres.

Ça tombe bien, nous avons un bout de la montagne en face de chez nous. L’année dernière nous y avions planté un marronnier, un figuier, un pommier, un cerisier, un grenadier et un cannelier.

Cette année il faut passer à la vitesse supérieure ! Car telle est désormais notre mission.

Nous allons planter vingt arbres cet hiver. Petits chiffres ! Faudrait faire dans la centaine ! dans le millier !

On va commencer par quatre noyers.

Resteront seize. Que planter ensuite ?

L’année dernière j’avais fait des cages métalliques pour garder les arbres de l’appétit des herbivores gourmands.

Problème, c’est onéreux, et très lourd à porter, jusqu’en tout en haut. Et les bouts de fer manquent toujours de nous blesser lorsqu’on les transbahute sur les faces glissantes de la montagne.

Cette année donc nous innovons et avons commandé au bureau des forestiers du village une vingtaine de filets plastiques biodégradables réservés à cet effet de plantation d’arbres dans les montagnes où les gourmands chevreuils pullulent. En plus ils sont légers. Ces filets ne sont pas en vente dans les grandes surfaces style Monsieur Bricolage, il faut donc les commander auprès des pros.

Je crois que, pour parfaire le tout, nous emporterons aussi un peu de musique dans la montagne, lorsque nous irons planter, comme les petits morceaux d’orgue de Bach, par exemple Herr Christ, der ein’ge Gottessohn, BWV601: les arbres seront heureux.

Voila !

filets pour planter les arbres

filets pour planter les arbres

Matin de printemps

Me lève tôt ce matin et décide d’aller faire un petit tour dans notre montagne. Le printemps est là. Il a plu toute la journée d’hier et tout regorge d’eau.

Arrivé en haut, un beau panorama du village. Tout est calme. Beaucoup de chants d’oiseaux. La rivière chante avec force, sa puissance est démultipliée par la pluie de la veille.

vue du village

vue du village

Je fais le tour des arbres plantés cet hiver. Les bourgeons sont bien visibles et prêts à exploser. Sauf le grenadier, sur lequel on ne discerne aucun changement. Il faut attendre qu’il fasse plus chaud pour le grenadier ?

Voyez à propos comment je les ai barricadés, derrière des grillages métalliques et des filets. C’est un peu la ligne maginot contre les chevreuils. Espérons que les chevreuils n’auront pas l’idée de passer par la Belgique …

arbres plantés dans la montagne

arbres plantés dans la montagne

 

On voit les premières plantes pousser. Une sorte de cresson. Désormais les chevreuils pourront trouver de quoi manger dans la montagne ? Les fougères aparaissent aussi.

fougère

fougère

 

On voit bien les mousses qui regorgent d’eau. Une forêt miniature.

mousse

mousse

A propos des chevreuils d’ailleurs, j’aperçois, à moitié enfoui dans la terre, sur le flanc de la montagne, le bois d’un chevreuil. Encore un beau cadeau de la montagne.

 

un bois de chevreuil émerge

un bois de chevreuil émerge

Je retourne à la maison tout excité par cette découverte et les jolies choses vues. Beaucoup de plaisir à observer les transformations de la nature.

Mais sur le retour j’aperçois une sangsue qui se balade sur mon bras, je la dégage d’un coup de pouce.

Arrivé au jardin je fais quand même une petite vérification et là je constate encore une fois que la nature n’est pas tendre… quatre sangsues se promènent sur mon pantalon … avec une paire de ciseaux je les sectionne de façon systématique … au vietnam les soldats américains fumaient cigarette sur cigarette, pour pouvoir brûler les sangsues et s’en débarrasser ….

et je regarde aussi dans mes bottes: une dizaine de sangsues s’y promènent! Il y a des grosses de trois centimètres et des petites de quatre millimètres …. je ne peux retenir un cri de surprise, c’est la folie ! je n’ai passé que 15 minutes à peine dans la montagne !

Les plus petites sangsues ont le réflexe de se dissimuler dans les coutures intérieures de la botte. je les déloge avec la lame des ciseaux … et sectionne. Elles continuent de gigoter.

Dans le village il n’y a personne, et je me fous presque à poil dans le jardin, pour tout vérifier: chaussettes. pantalon, envers et endroit. pull. tee shirt. slip.

OK ! Je crois que je vais espacer mes visites dans la montagne. Et surtout éviter d’y aller après la pluie.

Aussi; je vais m’acheter un pantalon de travail jaune ou orange. Eviter les camouflages. Pour mieux détecter les bestioles !!!!

une sangsue

une sangsue