Tagué: chevreuil au japon

Réparer la tombe chez la voisine

La famille de la voisine est établie dans le village depuis 800 ans. Ce sont des descendants  des Heiké.

Dans leur jardin derrière leur belle maison il y a un tumulus, au sommet duquel des pierres marquent le coup. Cinq pierres posées les unes sur les autres. Sans doute reposent là les ancêtres qui sont venus se réfugier dans notre petite vallée, au 12è siècle.

Mais voila; les chevreuils qui viennent la nuit n’ont aucune manière et ne savent pas se tenir, le respect des ancêtres ils n’en ont rien à battre. Eux ils s’intéressent qu’aux pâquerettes, ils vivent dans le présent. Et ils font tomber les pierres sur le tumulus et c’est le bordel.

Et donc la voisine m’a demandé de fixer les pierres avec du ciment, histoire que les ancêtres soient tranquilles. Ce qui est chose faite.

heike tomb.jpg

 

 

Publicités

1er juin 2 heures du mat’

Dernière brouettée de béton

Continuation de la barrière contre les chevreuils. Dernière brouettée de béton pour faire le dernier socle.

J’utilise toujours mon pneu découpé, quelle trouvaille, c’est formidable je suis tellement fier de moi. Voila un truc qui a marché du tonnerre. C’est un excellent moule pour le béton: flexible il s’adapte au terrain.

image_34601957866_o

J’ai un peu suivi les élections présidentielles en France, Macron je ne sais pas trop quoi en penser. Ce qui est certain par contre c’est que dans le jardin l’amandier va donner au moins trois amandes cette année. Le noisetier fait un bon départ faut voir s’il va prendre ici dans cette région, ce serait formidable. Celui planté dans la montagne en face aussi fait un bon départ. Et le noyer a une croissance tout simplement phénoménale. Tout espoir est donc permis. Et puis dans le petit potager les salades poussent bien et notre récolte journalière de pois agrémente les repas.

image_33784384774_o

Macron pour y revenir je ne sais trop quoi en penser et de toute façon tout cela est en dehors de ma zone d’influence. Il faut se focaliser sur ce que l’on peut influencer directement sinon on finit comme les hippopotames qui agitent leurs petites queues dans l’eau pour disperser leur caca. Moi ma zone d’influence c’est la maison et le jardin autour, et notre petit bout de montagne.

Pour marquer le coup, quand même, ce moment historique avec un nouveau président, et si jeune, je mets dans le béton trois petites pierres trouvées à mes pieds dans la rivière, une pierre bleue une pierre blanche une pierre rouge, ça fait bleu blanc rouge, comme le drapeau.

image_34601959486_oimage_34627511815_o

Mon cerf ami

On remarque assez souvent un cerf posté au beau milieu de notre montagne à un endroit un peu dégagé qui offre un joli panorama sur le village.

C’est juste en face de notre jardin, de l’autre côté de la rivière.

Il y a deux jours j’y ai donc aperçu le cerf le matin. Amusant, il y était toujours trois heures plus tard. Je me suis décidé à me rapprocher et à aller le saluer.

Arrivé à sept ou huit mètres du beau mammifère;  je lui parle. Il finit par partir en me montrant son joli derrière tout blanc. Mais sans me répondre.

Mais bon …. A bientôt, mon cerf ami !

dsc_2263 dsc_2266 dsc_2269 dsc_2272

 

Nuit Debout ? (des animaux)

J’ai remis la caméra dans le jardin là où nous avions filmé un renard l’autre nuit.

Et on peut voir que dans notre petit jardin, la nuit dernière, les animaux se sont succédés …

A 21 heures 30 … un anaguma (blaireau japonais) montre sa silhouette furtive

anaguma2016-05-26 at 7.54.11 PM

A 22 heures 10 …. le renard vient faire un tour

renard 2016-05-26 at 7.56.26 PM

A 23 heures  40 là c’est un chevreuil …..

chevreui 2016-05-26 at 7.56.46 PM

 

C’est un peu la nuit debout (des animaux) ….

 

Qui vient dans notre montagne en plein jour ?

Qui vient dans notre montagne en plein jour ? (pour la nuit; voir ici).

Il pleut d’une belle pluie aujourd’hui et la journée s’en va lentement.

Le boulot terminé, je sors du bureau quand je vois … en zieutant vers notre montagne … la silhouette d’un chevreuil…

Allons chercher dare dare la caméra pour filmer l’animal.

S’ensuit un échange de regards pendant douze minutes. Par contre j’ai vraiment la tremblote avec la caméra. Cette caméra des bas de gamme panasonic a un bon zoom! Derrière le chevreuil on voit nos ruches.

Je vais me rapprocher jusqu’au pied de ma montagne.

A un moment il est six heures et l’on entend l’horloge -électronique- du village et le message demandant aux petits enfants et aux grands vieillards de rentrer chez eux.

L’esprit rêveur pourra se poser la question, si le chevreuil n’a pas aussi compris … car il décide de partir peu après.

 

 

 

Qui vient dans notre jardin la nuit ?

Mais qui vient dans notre jardin la nuit ?

Nous savons, aux crottes fraiches chaque matin, que la nuit ça se presse au portillon pour venir dans notre jardin …. D’ailleurs la fille de 4 ans de notre voisine nous dit toujours qu’il y a plein d’animaux chez nous la nuit. Voyez la réputation que ça nous fait…

Pour tout mettre au clair nous avons posé une de ces cameras qu’utilisent les chasseurs pour zieuter le gibier … Nous avons posé la camera dans notre jardin du côté de la rivière …. on sait que c’est par là que les chevreuils viennent …. ils descendent ainsi directement de  la montagne …

Ces caméras sont dotées d’un détecteur de mouvement qui commande la prise de vue.

Et voyez qui nous avons pris sur le fait….

Un chevreuil tout mignon. Au début on dirait qu’il a remarqué la caméra; il semble l’observer un moment. Puis on le voit de rapprocher tout en broutant les herbes folles.

Planter des arbres ! !

[note: cet article a été écrit et publié avant les événements de Paris du 13 11 2015]

Après lire les horreurs des nouvelles du monde, on se dit qu’une des meilleures choses à faire, avec se saouler à la bière, ou épuiser ses nuits sur la playstation, c’est planter des arbres.

Ça tombe bien, nous avons un bout de la montagne en face de chez nous. L’année dernière nous y avions planté un marronnier, un figuier, un pommier, un cerisier, un grenadier et un cannelier.

Cette année il faut passer à la vitesse supérieure ! Car telle est désormais notre mission.

Nous allons planter vingt arbres cet hiver. Petits chiffres ! Faudrait faire dans la centaine ! dans le millier !

On va commencer par quatre noyers.

Resteront seize. Que planter ensuite ?

L’année dernière j’avais fait des cages métalliques pour garder les arbres de l’appétit des herbivores gourmands.

Problème, c’est onéreux, et très lourd à porter, jusqu’en tout en haut. Et les bouts de fer manquent toujours de nous blesser lorsqu’on les transbahute sur les faces glissantes de la montagne.

Cette année donc nous innovons et avons commandé au bureau des forestiers du village une vingtaine de filets plastiques biodégradables réservés à cet effet de plantation d’arbres dans les montagnes où les gourmands chevreuils pullulent. En plus ils sont légers. Ces filets ne sont pas en vente dans les grandes surfaces style Monsieur Bricolage, il faut donc les commander auprès des pros.

Je crois que, pour parfaire le tout, nous emporterons aussi un peu de musique dans la montagne, lorsque nous irons planter, comme les petits morceaux d’orgue de Bach, par exemple Herr Christ, der ein’ge Gottessohn, BWV601: les arbres seront heureux.

Voila !

filets pour planter les arbres

filets pour planter les arbres

Retrouver la montagne

Quelle incroyable joie que de retourner dans notre petite montagne ce week end, et de pouvoir y travailler de nouveau. J’ai vraiment merdé je l’avoue lorsqu’en mars après une courte visite qui s’est soldée par dix sangsues dans chacune de mes bottes  j’avais décidé de ne retourner dans la montagne qu’en automne !

D’ailleurs il y a des produits chimiques qui repulsent les sangsues et la vieille recette qui consiste à enfiler autour des bottes des tissus imbibés de sel. Si je peux contrôler le problème des sangsues, il ne restera que celui des frelons … ca doit être gérable ! Franchement !

En tout cas maintenant que nous sommes en novembre c’est reparti pour un grand tour.

A ma surprise la nature n’a pas recouvert toute la terrasse de la montagne d’un épais réseau de bambous. Tout est bloqué par la végétation certes … mais bon c’est pas du bambou. Plutôt une bonne nouvelle donc.

Les cages en métal que j’avais arrangées pour les 6 arbres plantes l’année dernière tiennent encore debout. Le métal est recouvert de rouille.

Dans les cages, les arbres ont bien poussé je pense. Le grenadier, particulièrement, ce qui est une vraie surprise. La végétation à l’intérieur des cages a énormement poussé, ce qui a pu gêner éventuellement le développement des arbres. Il faudra que je recouvre le sol de carton pour limiter cela. On voit que les chevreuils ont mangé de ce qui a poussé en dehors des cages … Merci les chevreuils.

Cette année je vais nettoyer plus en profondeur. Il reste des dizaines troncs d’arbres écroulés il y a dix ans. Je vais dégager tout cela. Trop lourds si trop longs, il faut les découper en morceaux de un à deux mètres avant de pouvoir les tirer avec le tobi et les porter et les ranger en jolis tas.

Il faut veiller à protéger la chaine de la tronçonneuse qui ne résiste pas au sable ou aux petits cailloux qui se retrouveraient sur les troncs d’arbres tombés à terre.

D’ailleurs c’est très bien de couper les troncs à la hache, plutôt qu’à la tronço, un merveilleux exercice que j’apprécie beaucoup. La tronçonneuse …  Si on pouvait, on ferait tout a la hache !

montagne nov 2015 2

montagne nov 2015 1

L’été et les animaux

Fin Mai, il y a la chaleur déjà mais pas encore l’humidité de l’été. C’est une des meilleures saisons au Japon.

Nous apercevons de nombreux animaux. Toutes les bêtes sont sorties.

Des apparitions sont fortuites; le moment d’un battement de cil:

Cette semaine nous voyons un lièvre dans le jardin (apparition rarissime selon les voisins), et une mujina se baladant sous les canalisations dans le village. Je pense que c’est cette mujina qui se régale de nos fraises et des vers de terre du jardin, en fouillant un peu partout.

mujina planquée dans une canalisation

mujina planquée dans une canalisation

Dans notre montagne; en face du jardin, ma femme aperçoit un chevreuil. Ma femme et le chevreuil échangent quelques mots en silence, et il y a même assez de temps pour aller chercher le Nikon et prendre une photo.

chevreuil dans la montagne

chevreuil dans la montagne

La nuit en sortant de la maison .. ce beau crapaud aux yeux rouges …

crapaud

crapaud

Et aujourd’hui notre voisin qui se promène en pyjama, avec un serpent au bout d’une perche. Il retire le serpent de son jardin, de peur qu’il ne dévore les tétards de moriaogaeru, une espèce de grenouilles menacée d’extinction. Il ne fait pas mal au serpent, et va le relâcher un peu plus loin dans la rivière.

serpent au bout de la perche

serpent au bout de la perche

Toutes les bêtes sont sorties. Et les cultivateurs sortent leurs pièges dans l’espoir d’en choper quelques unes. Au détriment de Minou qui à deux reprises se laisse prendre et renfermer dans une cage de métal. Alertés de son absence nous faisons le tour du village et des maisons plusieurs fois jusqu’à ce que nous la trouvions prise dans un piège, misérable et exténuée.

minou

minou

Minou une semaine après l’incident du piège, et encore la marque de la blessure sur le nez.