Tagué: kemonomichi

Un Dimanche au jinja (sanctuaire shinto)

La définition du shintoisme sur wikipedia commence bien, utilisons la comme introduction:

Le shinto (神道, shintō?, littéralement « la voie des dieux » ou « la voie du divin ») ou shintoïsme est un ensemble de croyances datant de l’histoire ancienne du Japon, parfois reconnu comme religion. Elle mélange des éléments polythéistes et animistes. Il s’agit de la religion la plus ancienne du Japon et particulièrement liée à sa mythologie.

Dimanche était particulier, avec la fête annuelle au sanctuaire shintô de notre village. On appelle jinja le sanctuaire shintô. Il y a 4 ans, peu après notre installation au village nous avions déjà écrit sur cette fête.

Notre village est divisé en plusieurs rinpos (隣保), groupes de maisons et de familles, ou petits districts. Cette année c’était au tour de notre district d’organiser la fête.

Le jinja de notre village est situé dans un endroit magnifique, à flanc de montagne. Il est entouré de superbes arbres. Le chemin de terre qui y mène grimpe sec et essoufle plus d’un visiteur. Autant dire que le sanctuaire n’a pas ete posé là par hasard, on sent qu’il y a un certain flux de power à cet endroit: cet un power spot.

A huit heures tappantes nous nous y retrouvons tous pour nettoyer autour et dedans le sanctuaire. Un arbre, un chêne, s’est écroulé à proximité du sanctuaire. Il est bloqué par deux autres arbres et reste en déséquilibre. Nous entreprenons de le degager pour éviter toute chute et tout dégât du sanctuaire. Avec un jeune voisin plein d’allant et d’énergie on scie d’abord les branches puis découpons le tronc à la tronçonneuse.

L’opération est délicate mais bouclée en une heure. Pendant ce temps la les autres voisins balayent autour du sanctuaire et de son bel escalier de pierres. Ils préparent le sanctuaire en déroulant des draperies blanches marquées de symboles noirs. Ils plantent de chaque côté de l’entrée de grands drapeaux, longs to six mètres, célébrant ceux du village qui ont pris part à la guerre russo japonaise de 1904-1905. (on aimerait bien savoir pourquoi).

Les offrandres sont placées devant l’autel. Fin des préparations. Rendez vous à 13 heures pour la cérémonie.

A 13 heures tout le monde est de retour. Le chef du village a mis une chemise et est très chic. Arrive le kannushi (神主), prêtre shintô qui officie dans les differents sanctuaires de la vallée.

Le kannushi va réciter des incantations à mes oreilles mystérieuses et non sans côté magique. Ma femme cependant m’éclairera plus tard en m’expliquant qu’avec une oreille attentive on peut clairement discerner toutes les strophes et leur significations. Il agite dans l’air des langues de papier blanc en faisant un bruit faramineux.

Pendant ce temps j’écoute et je regarde les arbres qui nous dominent. Les gens sont silencieux et semblent receuillis.

A la fin, le kannushi a disparu. Soit il est reparti sans que je l’aie apercu, soit il a ouvert une petite trappe cachée dans le plafond du sanctuaire pour reprendre sa forme de hibou.

En tout cas, c’est le deep Japan ça et je me dis qu’on a bien de la chance de faire partie d’une si belle communauté et d’avoir un si joli sanctuaire. Je me dis que je voudrais aller voir monsieur K qui malgré ses 80 ans vient chaque matin nettoyer le sanctuaire, pour le prendre en photo.

Apres le depart du kannushi, le chef du village nous distribue du saké de la bouteille qui avait été offerte en offrande. Le saké, de la marque hakutsuru, est purement délicieux … certains en reprennent.

La cérémonie finie on range les draperies, les drapeaux. on collecte aussi l’argent du tronc.

 

A 15 heures, les habitants se retrouvent encore, mais dans la salle communautaire, pour faire un bingo ! Bon, je vais pas trop m’étaler sur le bingo ….

 

Pour conclure cette journée ‘Japon profond’ ou deep Japan, de retour à la maison,  on mange du sashimi pour diner ….

 

Le chemin qui mène au sanctuaire

image_29082838010_o

image_29370286675_o

Un immense arbre cache l’entrée du sanctuaire

image_29336485686_o

 

Le portique torii du sanctuaire

 

image_29291524541_o

L’escalier en pierres

image_28748969053_o

 

 

On dégage un arbre tombé

image_29336478496_o

Tout le monde prépare les décorations

image_29262104752_o

Les drapeaux de la guerre russo japonaise….

image_29291273751_o

avec les noms des soldats qui y ont participé.

image_28746617964_o

 

image_29370229735_o

Dans le sanctuaire

image_29291215001_o

 

après le nettoyage le matin

image_29291602171_o

 

Pendant la cérémonie. On peut distinguer le kannushi (prêtre shintô) dans son vêtement bleu, à l’intérieur du sanctuaire.

 

image_29369995805_o

 

 

Après la cérémonie; collecte du tronc

image_29082516950_o

 

Minou dans la montagne

Cela a commencé il y a quelques semaines, Minou le chat s’est mise à suivre ma femme A., lorsqu’elle sortait de la maison. Minou la suivait jusqu’à de plus en plus loin dans le village, et Minou et ma femme ont pris ainsi l’habitude de se promener ensemble. Je dis bien ensemble car je ne saurais dire si c’est ma femme qui promène Minou ou si c’est Minou qui promène ma femme.

Elles font le tour du hameau qui se repose le long de la rivière.
A. a peu à peu élargi le parcours de la promenade qui est devenue quotidienne, pour inclure la route qui revient vers la maison et passe entre la montagne et la rivière.
Un peu partout Minou s’attarde, elle renifle, inspecte, explore, découvre.
Minou traverse la rivière pour aller dans la montagne

Minou traverse la rivière pour aller dans la montagne

Arrivées sur la route qui longe la montagne… La montagne attire Minou. Les feuilles, la végétation, les odeurs. C’est un nouveau continent à explorer pour Minou. On voit sa curiosité, et son instinct la diriger vers la montagne, là où la nature se déploie dans toute sa splendeur et son fouillis, libre de  l’emprise de l’humain.
A chaque fois on voit Minou s’aventurer un peu plus dans la montagne, et la promenade dans le village est finalement devenue une promenade dans la montagne.
En début d’après-midi, minou vient vers nous, elle nous interroge de son regard intense. Elle miaule. On y va ? Hé je vous attends.
Dans l’intonation, nous comprenons qu’elle souhaite sortir avec nous. Alors nous, ma femme A., mon fils ou moi, nous sortons et allons, de l’autre côté de la route et la rivière, vers notre montagne. Minou nous suit, mais en empruntant ses chemins à elle, les chemins des chats, comme un étroit espace entre la maison de la voisine et un mur atenant, ou encore une canalisation souterraine qui longe la route.
Minou dans la montagne devient tigre de Sibérie

Minou dans la montagne devient tigre de Sibérie

Minou nous rejoint au pied de la montagne. Puis nous montons, par nos chemins a nous. Il y a trois chemins pour arriver à la première terrasse. Minou emprunte ses chemins à elle, ses chemins de chat. On se retrouve en haut sur la terrasse qui est maintenant en grande partie dégagée et d’où l’on a une vue magnifique sur le village et les montagnes, et le ciel.
Minou dans la montagne

Minou dans la montagne

De la, Minou explore, se balade, ou bien trouve un bon endroit pour s’asseoir d’où elle a une vue bien dégagée, et aprécie le paysage. Ou alors elle grimpe aux arbres, et fait ses griffes un peu partout.
minou fait ses griffes dans la montagne

minou fait ses griffes dans la montagne

Pendant ce temps là, nous on fait des trous et on plante des arbres, on dégage de vielles souches. Ou alors on se promène et on regarde les choses autour de nous, tout simplement.
Minou dans la montagne

Minou dans la montagne

minou dans la montagne

minou dans la montagne

Après, on monte plus haut, là où poussent les criptomères, des lieux plus sauvages, dans la forêt sombre, on fait un grand tour. Minou suit les kemonomichi.
獣道 けものみち kemonomichi = les chemins des animaux. ou passages que les chevreuils et les sangliers et autres animaux ont ouvert dans la forêt.
On progresse lentement, et Minou nous suit, dans cette petite jungle où elle est si à l’aise, et l’on dirait comme un petit tigre gris et blanc.
Nous sommes bien reconnaissants à Minou de tout cela, car grâce à elle, nous aprécions tous la montagne et nous nous y rendons quotidiennement. Nous aprécions aussi d’etre avec Minou, nous nous sentons plus proches les uns des autres. Il faut dire aussi que c’est grâce à Minou que ma femme va si souvent dans la montagne et qu’elle apprend à l’apprécier. Sinon …. elle resterait à la maison plongée dans ses books ou son vin rouge.
Une question se pose cependant, jusqu’a quand pourrons nous le faire quotidiennement. Dès le printemps, il y aura de nouveau les sangsues et moultes insectes, et moultes serpents, et je crois que nos visites seront alors beaucoup plus rares.
minou dans la montagne, KEEP OUT !!

minou dans la montagne, KEEP OUT !!