Tagué: la chasse au japon

Opération civet de chevreuil

Le mois dernier nous sommes allés visiter le bout de la vallée avec un jeune couple d’amis qui cherchent une maison.

Le hameau au fond de la vallée, plus de la moitié des maisons y sont abandonnées. Vingt personnes à peine y vivent encore.

C’est un bel endroit, entièrement couronné de montagnes. En fait c’est un coin magnifique.

Pour la visite nous sommes allés voir le chef du hameau; et avons fait les présentations. Puis nous sommes allés voir une maison genre Totoro, une très belle maison, une ancienne ferme, en assez bon état et tout le confort d’il y a un siècle à peine. A louer, pour une somme modique.

Bon finalement le jeune couple d’amis ça les a pas emballés mais c’est bien d’avoir quand même essayé me dis je.

A la fin de la visite le chef du hameau clopin clopant nous conduit à un petit hangar où trois frigos regorgent de viande de chevreuil.

Il prend les chevreuils dans des pièges, de grandes cages métalliques.

Une fois zigouillés, avec une lance, et tant qu’à faire il faut viser dans le cœur, pour bien les saigner, il les amène dans le hangar où il fait les découpes. En témoigne le sol écarlate. Et les crochets qui pendent du plafond. J’aurais dû prendre une photo. Deep Japan ou Deep France, c’est pareil ! Beaucoup de fondamentaux sont communs.

Il nous donne un énorme morceau de viande. 4 kilos.

Je l’ai mis à décongeler dimanche. Hier matin j’ai découpé le beau morceau. Toucher cette viande, cette viande vraie, réelle, pas comme celles prédécoupées et sous cellophane des super marchés ** était très agréable. On sentait encore la force et la puissance de l’animal.

Je vais faire un civet. Je vais laisser encore mariner un peu. J’irai en apporter un morceau au chef du hameau. En espérant ne pas me planter !

DSC_4197.JPG

 

**A ce sujet regardez le film le gendarme à New York avec De Funès. Où ils se moquent des Américains avec leurs beef steaks sous cellophane.

 

Publicités

Passer à l’orange et accidents de chasse

Cette année j’ai arrêté de porter des treillis militaires pour les travaux du jardin et dans la montagne.

Changement radical de style: Je suis passé à l’orange, et porte désormais des salopettes de cette couleur.

Le but, c’est de repérer facilement les sangsues et éviter que, indétectables sur les motifs de camouflage, elles arrivent à se promener dans mon slip !

sangsue sur salopette

sangsue sur salopette

Question treillis militaire nous aimions bien les camouflages à base de points Flecktarn de la Bundeswehr (allemagne fédérale), avec ce motif qui évoque les forêts de la lointaine Europe. Et aussi la variante désert qui convient très bien à la chaleur de l’été Japonais … mais bon …. par contre essayez de repérer une sangsue se promènant la-dessus …. C’est purement impossible.

camouflage

camouflage

Le pratique l’emporte sur l’esthétique.

Un autre soucis c’était d’éviter des accidents lorsque je travaille dans la montagne en période de chasse. Un mouvement, et hop on pourrait être pris pour du gibier et se prendre des plombs. J’avais donc posé la question à un bucheron qui travaille dans la région. Je lui avais demande s’il recommandait d’éviter de porter des camouflages militaires et s’il valait mieux opter pour des couleurs très voyantes. Sa réponse avait plus fait que m’étonner.

Le raisonnement du bucheron: ‘en fait la plupart des chasseurs sont des gens agés. Ils ont une mauvaise vue. Ils tirent plutôt a l’oreille, dans la direction des bruits que ferait un animal dans la montagne. Plutôt qu’un pantalon orange, mieux vaut emporter avec soi une radio, et mettre la musique à fond. C’est le meilleur moyen pour éviter les accidents de chasse (et aussi éviter les ours).’

Etonnant non ?

Le royaume des chats et autres divagations

En continuant plus au fond de la vallée où nous vivons, il y a les ruines d’un ancien élevage de poulets. Un belle horreur de ferraille et de plastique; qu’il faudrait bulldozer, mais l’argent et le cœur manquent aux anciens propriétaires pour cela.

C’est aussi ici que l’esprit commence à divaguer et à perdre pied.

DSC_0196

 

L’homme a quitté les lieux. A partir de cet endroit, la route devient un chemin forestier. Plus loin il y a un temple abandonné et une maison tombée en ruines. Le temple a brulé il y a plusieurs années. Court-circuit électrique. Le moine est parti.

 

Dans cette zone s’opère la lente transition entre le monde de la forêt et celui des hommes. L’homme est parti mais a marqué l’endroit, avec tous les détritus qu’il a laissés. Ces détritus sont la pour longtemps.

Comme les mines antipersonnel que laissent les guerres. La forêt tente de reprendre ce qui lui a appartenu. La forêt a tout son temps.

 

Des colonies de chats ont envahi l’endroit. Ils sont un peu sauvages. Ils ont pris possession des lieux. Pour l’instant. Les ruines sont devenues le royaume des chats.

Au delà de ce poste frontière, c’est le monde de la montagne et des animaux sauvages. Chevreuils, sangliers et on peut imaginer les singes et les ours qu’on ne voit jamais. Les chats assurent la transition. Vérifient les papiers des voyageurs …

 

J’aperçois le camion d’un villageois, arrêté près de l’ancien élevage de poulets. C’est un habitué. Il vient voir les chats tous les jours. L’homme est très discret et ne veut pas que je le photographie. Les chats eux sont moins timides.

le camion et les chats

le camion et les chats

Ils sont bien mignons les chats.

chat

chat

DSC_0250

On peut continuer sur le chemin, vers le temple abandonné.

 

DSC_0204 DSC_0210

Les chats observent le promeneur s’enfoncer dans la forêt.

 

DSC_0217

Celui là file dare dare vers l’ancien temple, parti dans un incendie, comme pour prévenir les dieux, ou les animaux. Ou alors les animaux sont les nouveaux dieux. Et vice versa.
DSC_0222

 

Voila la maison abandonnée, où vivait le responsable du temple. Les chats montent la garde.
DSC_0241

 

Ah; le camion aperçu tout a l’heure vient. Pour une caresse du conducteur, un petit chat se hisse sur la roue avant.

 

 

Postscriptum et dur retour à la réalité.

Lors de la saison de la chasse, me raconte une voisine, les chasseurs se précipitent en camions sur les chemins et écrasent sans honte tous les chatons qui s’y trouvent; ‘on s’en fout, il y a trop de chats‘ disent ils.

A croire que la c….. des chasseurs est universelle.

Les chasseurs

Je suis avec un ami dans son atelier, situé dans les montagnes, au bord de la forêt. La maison la plus proche est à un kilomètre.
Juste au moment où nous finissons de ranger les affaires, un chevreuil dévale, il est poursuivi par un chien de chasse qui lui mord le train arrière. Le chevreuil dévale; il passe devant nous à deux mètres ainsi que le chien. Le chevreuil se planque en contrebas, se cache derrière une cabane, mais le chien le trouve plus tard, et les chasseurs accourent.
Ils nous demandent la permission avant d’achever le chevreuil, avec un gros couteau. Le chevreuil est déjà blessé et il est difficile de refuser à un groupe d’hommes armés de fusils et de chiens fous.

Les chasseurs sont tous vêtus de costumes oranges. Ils sont discrets et silencieux. Leur visages sont fatigués. La lumière, à l’intérieur, est éteinte. Ils trainent la dépouille du chevreuil jusqu’au bord d’une rivière. Ils ne chassent plus pour le plaisir, mais pour l’argent. Voila pourquoi.

Les chasseurs vont retirer deux incisives du chevreuil avec une pince et une hachette et vont le prendre en photo. Ca leur permettra de toucher une prime de la préfecture. 6500 yens (50 Euros ou $65US) par bête, pour plus de 21 bêtes abattues dans la saison. Car le chevreuil est considéré comme nuisible.

Puis ils nous disent qu’on peut garder le chevreuil abattu si on veut et que sinon, ils iront le balourder au fond de la montagne. Visiblement ils en mangent tous les jours et n’ont pas besoin de s’encombrer.

Avec K. notre ami on dit qu’on va le garder. C’est en effet la meilleure chose à faire dans ce cas. Bon … puis, on appelle un voisin qui est assez réputé pour découper le gibier et on va lui apporter chez lui, lequel nous dit d’aller le suivre au fond d’une autre vallée où il va se mettre à le decouper devant nos yeux. K. ramasse les morceaux (tête, pattes ,peau) et les range dans un trou et fait une prière. Il pose les intestins un peu plus loin; les blaireaux viendront les manger un peu tard dans la nuit.
Finalement avec K. nous laissons le voisin emporter toute la viande, de cette aventure nous ne garderons que le souvenir.
WP_001138 WP_001173

L’homme et l’ours

Soirée autour du feu avec des amis.
Le poulet découpé en petites bouchées crépite sur la plaque d’acier chauffée par le bambou qui brûle.
Nous sommes dehors sous un large préhaut aménagé à flanc de montagne. autour tout est noir d’encre c’est la nuit et la première habitation est à deux kilomètres.
La bière se boit comme de l’eau, car la journée a été très chaude.
J’étais un peu à la bourre et notre voisin est parti en avance, en faisant monter les enfants dans son petit camion blanc. On s’est ensuite retrouvés dans le préhaut un peu plus tard.
J’ai remarqué,au moment où les enfants montaient, il a dégagé un énorme couteau qui etait posé sur le siège passager.
je lui demande ce que ce couteau fait dans son camion et c’est le point de départ d’une belle histoire.
Il va chercher le couteau. C’est un sacré morceau. un lame de trente centimètres au moins. Il explique. c’est moi qui l’ai fait.
hein ?
Oui, avec une lame de tracteur (vous savez les lames d’acier qui tournent en sens opposés et qui permettent de faire le labour).
Impressionnant. c’est une vraie arme ce couteau. Les femmes alentour sont tout à fait indifférentes à la conversation. on sent que c’est par contre un sujet qui immédiatement a tout l’intérêt des hommes. Le côté noir de la Force, la chasse, la violence, le sang.
La lame de tracteur, qu’il transforme avec son gros poste à soudure et à gros coups de marteau, en un couteau de chasse redoutable.
Les esprits s’animent. il part à l’évier aiguiser la lame. Ca pourrait couper n’importe quoi. Les hommes îvres, se passent le couteau qui voyage de mains en mains. chacun passe ses doigts sur le tranchant pour constater avec un sourire la perfection de l’objet.
Il a chaud et se met torse nu. Un corps sans la moindre once de graisse. Que du muscle.
Puis il explique qu’il prend toujours ce couteau avec lui quand il va travailler dans les montagnes. C’est pour tuer l’ours qui le cas échéant surgirait d’un coin, de la montagne et l’attaquerait. Pour que nous comprenions bien il joint le geste à la parole, et s’accroupit, en pointant avec ses deux mains le couteau, vers le haut, juste au dessus de sa tête. Comme s’il était en prière.
Il dit aussi: pardon, Ours !
L’ours qui se jetterait sur lui s’empalerait la gueule sur le couteau dressé, et il mourrait sans doute sur le champ.
Il explique que pour bien faire on fixerait le couteau au bout d’un gros bâton, pour former une lance qui viendrait s’appuyer sur le sol. c’est ainsi que l’on faisait autrefois, et il cite les noms des voisins et des connaissances qui partent ainsi équipés travailler dans les montagnes.
On en apprend tous les jours. les canettes de bière sont vides, on fait un tour vers le frigo.

Conversation

Le soir, conversation avec un habitant d’un village. On boit une bière après une journée d’été, chauffée à blanc par le soleil.
Ce qui suit donne une idée du côté encore sauvage de la nature au Japon et de certaines régions que les montagnes boisées protègent du progrès et des destruction qu’il engendre.
B     Tu aimes tout dans la cuisine japonaise ?
A     Oui, disons à part les concombres de mer. Ah Ah
B     C’est quoi qui est bon dans la cuisine francaise ?
A     Mmm.. le fromage, le saucisson, et le lapin a la moutarde !
B     Ah … je connais quelqu’un, (à 20 km) vers le nord, qui en élevait. Il aime la viande de lapin
A     Ah bon … c’est pas courrant ça pourtant au Japon, de manger du lapin…
B     Oui mais au nord, plus haut dans les montagnes ils mangent différemment. Les traditions de chasse sont vivaces.
Ce qui est bon aussi d’ailleurs c est la viande de tanuki. (1)
A     Ah ?
B     La viande de tanuki est très grasse, donc il faut être en grande forme pour en manger. Et aussi la viande de Mujina (2), très grasse, est delicieuse. Ca ressemble à la viande d’ours d’ailleurs.
A     La viande d’ours ?
B     Oui … tu sais, là haut, dans les montagnes …. les gens sont libres. Je dois d’ailleurs avoir un morceau d’ours dans le congelateur à la maison. je te ferai goûter à l’occasion.
A     Ca alors … c’est dingue. Ceci deit je suis plutôt opposé à la chasse. Et je suis un ami des ours.Mais cet aspect sauvage m’intéresse. A propos je t’ai deja montré ma tête de chat … (je vais chercher la tête de chat)
B     Oh oui ! une tête de chat ! Elle est très belle dis donc.
A     Oui. je l’ai trouvée derrière la maison, la où autrefois vivait un renard. A propos, j’aimerais bien avoir une tête d’ours aussi.
B     Ah Ah. Ecoute, je demanderai à mon copain.
(1) Tanuki たぬき 狸
Le chien viverrin (Nyctereutes procyonoides), également connu sous le nom japonais de tanuki, est une espèce de mammifère carnivore qui ressemble à un raton-laveur mais qui appartient à la famille des canidés dont il est le seul représentant à hiberner. C’est la seule espèce actuelle du genre Nyctereutes.
(2) Mujina むじな 貉

La Chasse.

Ici aussi malheureusement les chasseurs sévissent et tirent des coups. Certains font mouche.

Ils utilisent le même argument que les chasseurs de France: « il y a trop de gibier. Les chevreuils pullulent. Ils causent trop de dégats »

Celà doit être une règle mondiale: un collègue américain parti tirer le loup et l’ours en Alaska il y a six mois dépliait la même logique. « il y a trop de loups, il y a trop d’ours. »

Les Chinois lorsqu’ils auront fini de dominer le monde diront-ils un jour « il y a trop de blancs » ? Et lorsque les martiens envahirront la terre, diront-ils « il y a trop d’hommes » ?