Tagué: corona

De Trois à Soixante mètres carrés

Comme vous savez je travaille à la maison. Du télétravail.

Mon bureau était installé dans le jardin dans un tout petit espace; de 1 mètre sur 3 mètres. C’était une petite pièce sombre derrière l’atelier, où autrefois les paysans stockaient leurs tsukémonos.

Que d’heures passées dans ce petit espace! Avec vue sur le jardin, la route, la montagne. Ce petit espace si modeste mais tellement à moi; c’est un peu le sommet de ma vie me suis je souvent susurré.

Mais j’ai décidé de déménager mon bureau dans la maison de Mme M.

De 3m2, je passe à 60m2 !

Comme il n’y pas de chauffage je retournerai sans doute passer l’hiver dans mon 3m2.

Installé dans la maison de mme M Je profite de la petite cuisine pour me faire des espressos le matin.

Avoir beaucoup plus d’espace me permet d’avoir un moniteur en plus. Ce qui aide beaucoup.

Une question qui se posait c’était au sujet de la connexion internet. Commander une nouvelle connexion jusqu’à la maison de Mme M serait possible mais couterait 4000 ou 5000 yens par mois. (40 roros). A noter que notre hameau a été équipé de fibre optique récement. Or, il faut toujours considérer les coûts récurrents fixes sur de longues périodes. 40 roros pas mois sur trois ans ça fait 1440 roros.

Une solution beaucoup plus économique (gratuite) était de relier les deux maisons avec un câble ethernet enterré.

A la maison j’utilise ce système très ingénieux de PLC, un boitier transpose les signaux Ethernet sur le réseau de câbles électriques de la maison. Ce qui permet de se connecter ensuite à internet à partir de n’importe quelle prise électrique dans la maison, ou les bâtiments qui lui sont connectés. Celà permet de couvrir une beaucoup plus grande superficie que le wifi.

Arrivée du câble dans la maison de Mme M… il y a avait déjà une ouverture dans le mur de la cuisine, ancienne aération pour le garde manger (avant donc l’apparition des réfrigérateurs)

Je pose donc une de ces prises dans l’atelier dans le jardin, et, de là, pose un câble ethernet enterré qui va relier la maison de Mme M.

Ca marche à merveille et c’est sans coût mensuel.

La maison de Mme M, je pensais au début en faire un café ou une sorte de petite auberge pour les visiteurs égarés … mais avec le connaronavirus … plus la peine d’y penser.

Les journées de soleil j’ouvre grandes les fenêtres des deux côtés, il y a une brise qui vient me caresser les poils des oreilles, on entend le chant de la rivière juste en bas.

C’est vraiment chouette.

Par contre au début avec ma nouvelle installation les voisins se sont inquiétés. Ils ne me voyaient plus dans mon tout petit bureau dans le jardin … et se sont demandé où j’étais… Le prêtre bouddhiste du village m’a appelé pour savoir si j’étais encore de ce monde.

Travailler chez soi, ou télétravail, se généralise avec le connarovirus. Même au Japon les choses bougent en ce sens, on se souvient des annonces récentes de Fujitsu et de Toshiba qui disent réduire leurs capacités de bureaux de façon significative.

Si j’ai un conseil, pour le télétravail, c’est de s’aménager un espace dédié au travail et clairement séparé du privé. Que ce soit dans son garage, ou dans une pièce de la maison inutilisée, dans un grenier sous les toits comme mon ami Franky, ou encore dans un petit abri dans son jardin.

Il est très important de pouvoir complétement séparer le travail et le privé; car sinon les deux vont se déranger les uns les autres. Donc un espace physique purement dédié au travail et cela peut être un placard, hein; souvenons nous d’Arthur Rimbaud qui s’enfermait dans un placard pour étudier les langues étrangères, facilitera la chose. J’étais très bien dans mon bureau de 3m2; peut être même que j’y retournerai d’ailleurs!

Divagations au champagne

Samedi. 4 heures de l’après midi. Nous sommes tous les 3 à la maison. Où sont les chats ? On a débouché une bouteille de champagne. Après 4 heures de travail au champ plus tôt le matin, le champagne coule tout seul.

A côté dans un bol j’ai des cacahouètes récoltées dans le jardin, elles ont séché pendant un bon mois dans le doma de la maison de Mme M.

Je n’avais pas osé penser que la France entrerait dans un nouveau confinement. A quand la fin de cette crise ? Voilà la question que nous nous posons tous. Mon père disait au tél hier que celà pourrait durer des années. Raoult s’est bien planté lorsqu’il affirmait qu’il n’y aurait pas de 2è vague: même les plus grands spécialistes sont pris de surprise.

Le Japon semble miraculeusement épargné. A ce jour il n’y aurait eu que 1700 décès dûs au corona au JP; contre 30 000 en FR.

Les chiffres JP doivent sans doute être revus à la hausse, je ne serais pas étonné que de nombreux décès dûs au corona soient considérés comme liés à une pneumonie. Tactique courante au JP: ne pas parler des problèmes; voilà sans doute le secret du bonheur !

Tout de même je peine à expliquer cette différence entre FR et JP.

Au sujet de la France …; il y a un risque lorsque l’on vit loin d’elle; d’avoir une vue tout à fait fausse du pays. Ne se fier qu’aux nouvelles ‘les news’ serait garder dans son filet uniquement les MAUVAISES nouvelles. (je me tiens au courant en lisant les sites web du figaro et du monde).

Or ce que décrivent le figaro et le monde, n’est autre que la litanie d’un cataclysme permanent ! Parfois je m’amuse à lire les titres les articles les uns après les autres; c’est la fin du monde ! pire que l’apocalyspe!

Mais, pour sûr, la réalité en France n’est pas aussi terrible que ce qu’en disent les médias Français. Au Japon c’est tout le contraire; la réalité n’est pas aussi bonne que ce que décrivent les médias japonais !

Je suis pris à mon propre piège lorsque je me mets à lire les nouvelles. Lire les nouvelles, se tenir informé c’est regarder comme au microscope des mini événements qui appartiennent à de grands mouvements qui comme des pendules font le cercle complet le temps d’une, deux générations.

Nous avons quitté Tokyo il y a 8 ans, nous avons trouvé ce village où nous avons décidé de nous y installer, c’était le début de ce blog, tout celà car nous étions très préoccupés des conséquences posssible de la retombée de césium sur Tokyo suite à l’acciddent nucléaire de Fukushima. Avec cette installation dans le village a commencé pour nous une nouvelle vie où nous avons pu apprendre tellement de choses !

View this post on Instagram

猫が幸せの道を教えてくれる

A post shared by WakameTamago (@wakametamago) on

Avec cette nouvelle vie à la campagne, nous nous sommes mis aussi un peu en retrait du monde. Simplement en cessant de prendre le train tous les matins pour aller au boulot, en arrêtant tous ces rituels quotidiens du salary man, en adoptant un rythme différent nous sommes mis un peu en retrait…

Paradoxalement cette vie à la campagne m’a fait me rapprocher de ce qu’ont vécu mes grands parents et arrière grand parents: ici dans notre petit village je me sens plus prêt de la France! (ou disons plutôt de la France dans laquelle je m’identifie). La seule grande différence, entre notre quotidien ici et ce qu’ont vécu mes ancêtres français, c’est l’absence de cochon.

View this post on Instagram

#ゆでぴ #落花生 #ビール

A post shared by WakameTamago (@wakametamago) on

Cacahouètes bouillies; bière et un petit feu

Au Japon depuis si longtemps, je suis tout à fait hors jeu. Je suis hors jeu en France car je n’y vis plus, et je suis hors jeu au Japon car j’y suis un étranger biologique.

Se mettre hors jeu n’est pas si mal, on décide de s’éloigner du bruit et des rituels du monde, on se renferme sur soi, tout celà pour continuer son propre chemin.

Ce chemin spirituel. Qui sont les véritables héros modernes ? Je pense que ce sont ceux et celles qui ont choisi d’embrasser une vie monastique. Dans ce monde où tout est matériellement disponible, où l’on peut goûter tant de choses, choisir une vie monastique, n est ce pas un acte révolutionnaire ?