Tagué: cacahouète

Divagations au champagne

Samedi. 4 heures de l’après midi. Nous sommes tous les 3 à la maison. Où sont les chats ? On a débouché une bouteille de champagne. Après 4 heures de travail au champ plus tôt le matin, le champagne coule tout seul.

A côté dans un bol j’ai des cacahouètes récoltées dans le jardin, elles ont séché pendant un bon mois dans le doma de la maison de Mme M.

Je n’avais pas osé penser que la France entrerait dans un nouveau confinement. A quand la fin de cette crise ? Voilà la question que nous nous posons tous. Mon père disait au tél hier que celà pourrait durer des années. Raoult s’est bien planté lorsqu’il affirmait qu’il n’y aurait pas de 2è vague: même les plus grands spécialistes sont pris de surprise.

Le Japon semble miraculeusement épargné. A ce jour il n’y aurait eu que 1700 décès dûs au corona au JP; contre 30 000 en FR.

Les chiffres JP doivent sans doute être revus à la hausse, je ne serais pas étonné que de nombreux décès dûs au corona soient considérés comme liés à une pneumonie. Tactique courante au JP: ne pas parler des problèmes; voilà sans doute le secret du bonheur !

Tout de même je peine à expliquer cette différence entre FR et JP.

Au sujet de la France …; il y a un risque lorsque l’on vit loin d’elle; d’avoir une vue tout à fait fausse du pays. Ne se fier qu’aux nouvelles ‘les news’ serait garder dans son filet uniquement les MAUVAISES nouvelles. (je me tiens au courant en lisant les sites web du figaro et du monde).

Or ce que décrivent le figaro et le monde, n’est autre que la litanie d’un cataclysme permanent ! Parfois je m’amuse à lire les titres les articles les uns après les autres; c’est la fin du monde ! pire que l’apocalyspe!

Mais, pour sûr, la réalité en France n’est pas aussi terrible que ce qu’en disent les médias Français. Au Japon c’est tout le contraire; la réalité n’est pas aussi bonne que ce que décrivent les médias japonais !

Je suis pris à mon propre piège lorsque je me mets à lire les nouvelles. Lire les nouvelles, se tenir informé c’est regarder comme au microscope des mini événements qui appartiennent à de grands mouvements qui comme des pendules font le cercle complet le temps d’une, deux générations.

Nous avons quitté Tokyo il y a 8 ans, nous avons trouvé ce village où nous avons décidé de nous y installer, c’était le début de ce blog, tout celà car nous étions très préoccupés des conséquences posssible de la retombée de césium sur Tokyo suite à l’acciddent nucléaire de Fukushima. Avec cette installation dans le village a commencé pour nous une nouvelle vie où nous avons pu apprendre tellement de choses !

View this post on Instagram

猫が幸せの道を教えてくれる

A post shared by WakameTamago (@wakametamago) on

Avec cette nouvelle vie à la campagne, nous nous sommes mis aussi un peu en retrait du monde. Simplement en cessant de prendre le train tous les matins pour aller au boulot, en arrêtant tous ces rituels quotidiens du salary man, en adoptant un rythme différent nous sommes mis un peu en retrait…

Paradoxalement cette vie à la campagne m’a fait me rapprocher de ce qu’ont vécu mes grands parents et arrière grand parents: ici dans notre petit village je me sens plus prêt de la France! (ou disons plutôt de la France dans laquelle je m’identifie). La seule grande différence, entre notre quotidien ici et ce qu’ont vécu mes ancêtres français, c’est l’absence de cochon.

View this post on Instagram

#ゆでぴ #落花生 #ビール

A post shared by WakameTamago (@wakametamago) on

Cacahouètes bouillies; bière et un petit feu

Au Japon depuis si longtemps, je suis tout à fait hors jeu. Je suis hors jeu en France car je n’y vis plus, et je suis hors jeu au Japon car j’y suis un étranger biologique.

Se mettre hors jeu n’est pas si mal, on décide de s’éloigner du bruit et des rituels du monde, on se renferme sur soi, tout celà pour continuer son propre chemin.

Ce chemin spirituel. Qui sont les véritables héros modernes ? Je pense que ce sont ceux et celles qui ont choisi d’embrasser une vie monastique. Dans ce monde où tout est matériellement disponible, où l’on peut goûter tant de choses, choisir une vie monastique, n est ce pas un acte révolutionnaire ?

Tout ça pour des cacahouètes !

Le projet que nous avons commencé cette année avec mon ami S., ce projet qui nous donne le champ libre, et où nous plantons diverses choses dans un champ à côté de son atelier;

Le projet porte ses fruits.

DSC_0088

Nous avons récolté tant de légumes cet été. Et puis maintenant, octobre venu, nous récoltons petit à petit les patates douces et le gingtembre plantés en avril.

Cerise sur le gâteau, les cacahouètes que je récolte ce matin.

J’aurais pu attendre encore un peu, mais visiblement un ragondin (nutoria) a découvert notre champ et a commencé à manger les feuilles des pieds de cacahouètes. J’ai donc décidé de tout récolter.

Ces ragondins …. ils ont été introduits au Japon avec des spécimens importés de France en 1939, leur fourrure servait à confectioner les uniformes pour les pilotes de chasse.

Sans la guerre et la folie humaine, j’aurais pû attendre encore un peu pour récolter les cacahouètes.

La récolte semble bonne; les cacahouètes emplissent un grand panier.

Voilà une plante bien étrange, qui donne des fleurs timides et jaunes, qui s’en retournent dans le sol pour former des cacahouètes.

D’où le nom japonais de rakkasei soit le fruit de la fleur qui tombe.

On apprend toujours, nous avons commis l’erreur de les planter dans un rang assez étroit. Mais cette plante a besoin de beaucoup d’espace; pour ficher autour d’elle ses brins qui donneront de nouveaux fruits, elle a besoin d’espace, un peu lorsque que l’on s’étale dans un canapé, devant la télé, avec bière et cacahouètes …

Si Dieu nous prète vie jusqu’à l’année prochaine, la prochaine fois, nous en planterons sur des rangs beaucoup plus larges, qu’elles puissent mieux s’étaler comme sur un grand canapé.

Cette belle récolte m’emplit de joie.

Certes notre philosophie dans le jardin est d’intervenir le moins possible mais j’ai tout de même passé deux ou trois samedis pour retirer les mauvaises herbes, sous le soleil d’acier de juillet et aout. On a quand même bossé… et tous ces efforts … pour des cacahouètes.

Je les ai ensuite lavées.

Elle sont maintenant à sécher dans l’entrée de la maison de mme M.

DSC_0089

Comment les manger; le mieux à mon avis c’est de les faire bouillir.

https://www.kurashiru.com/recipes/788add05-714d-4f26-afe1-646e57fcb0c1

Revenons au ragondin, nous avons posé un piège pour essayer de l’attrapper. Avec l’intention d’aller le relâcher au fond d’une vallée voisine où il n’y a plus âme qui vive.

Car le filou a également dévoré six plants de chou!!!

Les (petits) bonheurs quotidiens

Août … Ce mois a été bien chaud. Aujourd’hui c’était la première fois ce mois que la température est allée en dessous des trente degrés. Je reprends la plume!

Qu’est ce qu’on a fait ? Entre le travail et une visite hebdomadaire au jardin, on n’a pas fait grand chose… C’était pas mal d’ailleurs… l’été Japonais n’est pas fait pour travailler… ça devrait être interdit de bosser par un temps pareil ! Chaleur et humidité 24 h sur 24.

Dans mon petit bureau, de trois mètres carrés, il faisait jusqu’à 38 degrés en fin de matinée et 80 pour cents d’humidité … Heureusement que je commence tôt… vers 4 heures du mat’…. J’ai pas la clim dans mon petit bureau, j’en veux pas d’ailleurs … Y a juste un ventilateur …

Les samedis on s’est occupés aussi du champ. Attention où on met les pieds car on y a vu deux vipères.

Les cacahouètes poussent bien.

DSC_0059

Mon fils est en première année de lycée. Avec le covid ses vacances d’été ont été écourtées et réduites à une petite semaine, histoire de rattraper le retard pris lors du lockdown qui a duré d avril à mai. On peut se demander si c’est aussi important que celà. Mais on admire aussi le sérieux et le sens de responsabilités des enseignants. Je me rappelle aussi que malade j’avais raté la leçon sur les équations différentielles en quatrième quand moi même j’étais au lycée et que ça avait été vraiment difficile de rattrapper ce cours ….

Et vous, qu’avez vous fait cet été ?

Avez vous voyagé malgré le virus ? Avez vous pu prendre des vacances ?

Je change de sujet …. En juillet j’ai commandé le dernier book de Lloyd Kahn … Connaissez vous Lloyd Kahn ? C’est un éditeur américain, un personnage assez atypique; très libre. Il vit en Californie. On peut faire sa connaissance dans cette vidéo.

Ce personnage c’est une source d’inspiration. Son dernier livre décrit avec plusieurs centaines de photos sa maison, en fait une sorte de ferme, où il vit depuis plus de quarante ans. On voit bien que tout son quotidien y regorge de petits bonheurs.

DSC_0063

The Half-Acre Homestead: 46 Years of Building & Gardening

https://www.amazon.fr/dp/0936070811/ref=cm_sw_em_r_mt_dp_CB2qFbGNM0AN3

Et le lien sur Amazon Canada pour Pierre: (si ça t’intéresse!)

https://www.amazon.ca/dp/0936070811/ref=cm_sw_em_r_mt_dp_3C2qFb668PV1H

Dans le book il présente les différents bâtiments qu’il a construits sur son terrain. Il y a beaucoup de photos; le texte, c’est plutôt des notes assez brèves. Mais l’on peut visiter sa cuisine, son poullaillier, son atelier, son bureau, son jardin etc … C’est vraiment très bien. Il y a des photos des pains que sa femme fait etc … Ses poules …. les animaux qu’il trouve écrasés sur la route … Ca me fait penser à wakame tamago … j’aimerais arriver à ce niveau, c’est sûr.


DSC_0064

DSC_0066
DSC_0065

Ca fait aussi penser que tout simplement le bonheur est à portée de la main il suffit de savoir lui prêter attention. Et pas besoin de choses compliquées ni de pognon. C’est le message de ce book là, et c’est d’ailleurs aussi le message de ce blog!

Vous en reprendrez bien encore un peu (épluchage)

Aujourd’hui dimanche, encore épluché des troncs d’arbres descendus de notre montagne; 7 troncs de 5 à 6 mètres de long, disons quarante mètres en tout … ça m’a pris 4 heures … donc du dix mètres de l’heure.

En tout cas c’en est fini pour l’épluchage; j’ai épluché tout ce qu’on pouvait éplucher.

projet 27691986451_80940296ff_o projet 27732259396_acda608c58_o

Etape suivante; on va passer les troncs à la scierie pour notre projet de technology transfer. Là on est dans l’atelier de S.

projet 26690213724_f1d1cde1e5_o

 

Après cette belle journée, les cacahouètes accompagnent la bibine avec perfection. En plus il y avait de la Carlsberg au supermarché. Ca change un peu des bières locales.

projet 27667007212_17de2e2aa4_o

Pendant ce temps là le riz pousse dans les rizières en face.

projet 27766333545_36a2682446_o

Les chevreaux poussent aussi …

projet 27732257656_6a8535e64f_o

Les joies simples

Après avoir passé dix heures devant l’ordinateur pour le boulot, je décide de faire une bonne pause.

Je fais un feu dans le jardin, pour brûler un vieux tas d’écorces et de sciure.

feu_27203815186_o

Je me remets la boule à zéro à la tondeuse en regardant le feu crépiter,

Après ça, une bonne bière et deux poignées de cacahouètes …

feu_26962858700_o

Ah! bière et cacahouète ! les joies simples ! que demander de plus !

feu_26631252504_o