Tagué: cochon

Divagations au champagne

Samedi. 4 heures de l’après midi. Nous sommes tous les 3 à la maison. Où sont les chats ? On a débouché une bouteille de champagne. Après 4 heures de travail au champ plus tôt le matin, le champagne coule tout seul.

A côté dans un bol j’ai des cacahouètes récoltées dans le jardin, elles ont séché pendant un bon mois dans le doma de la maison de Mme M.

Je n’avais pas osé penser que la France entrerait dans un nouveau confinement. A quand la fin de cette crise ? Voilà la question que nous nous posons tous. Mon père disait au tél hier que celà pourrait durer des années. Raoult s’est bien planté lorsqu’il affirmait qu’il n’y aurait pas de 2è vague: même les plus grands spécialistes sont pris de surprise.

Le Japon semble miraculeusement épargné. A ce jour il n’y aurait eu que 1700 décès dûs au corona au JP; contre 30 000 en FR.

Les chiffres JP doivent sans doute être revus à la hausse, je ne serais pas étonné que de nombreux décès dûs au corona soient considérés comme liés à une pneumonie. Tactique courante au JP: ne pas parler des problèmes; voilà sans doute le secret du bonheur !

Tout de même je peine à expliquer cette différence entre FR et JP.

Au sujet de la France …; il y a un risque lorsque l’on vit loin d’elle; d’avoir une vue tout à fait fausse du pays. Ne se fier qu’aux nouvelles ‘les news’ serait garder dans son filet uniquement les MAUVAISES nouvelles. (je me tiens au courant en lisant les sites web du figaro et du monde).

Or ce que décrivent le figaro et le monde, n’est autre que la litanie d’un cataclysme permanent ! Parfois je m’amuse à lire les titres les articles les uns après les autres; c’est la fin du monde ! pire que l’apocalyspe!

Mais, pour sûr, la réalité en France n’est pas aussi terrible que ce qu’en disent les médias Français. Au Japon c’est tout le contraire; la réalité n’est pas aussi bonne que ce que décrivent les médias japonais !

Je suis pris à mon propre piège lorsque je me mets à lire les nouvelles. Lire les nouvelles, se tenir informé c’est regarder comme au microscope des mini événements qui appartiennent à de grands mouvements qui comme des pendules font le cercle complet le temps d’une, deux générations.

Nous avons quitté Tokyo il y a 8 ans, nous avons trouvé ce village où nous avons décidé de nous y installer, c’était le début de ce blog, tout celà car nous étions très préoccupés des conséquences posssible de la retombée de césium sur Tokyo suite à l’acciddent nucléaire de Fukushima. Avec cette installation dans le village a commencé pour nous une nouvelle vie où nous avons pu apprendre tellement de choses !

View this post on Instagram

猫が幸せの道を教えてくれる

A post shared by WakameTamago (@wakametamago) on

Avec cette nouvelle vie à la campagne, nous nous sommes mis aussi un peu en retrait du monde. Simplement en cessant de prendre le train tous les matins pour aller au boulot, en arrêtant tous ces rituels quotidiens du salary man, en adoptant un rythme différent nous sommes mis un peu en retrait…

Paradoxalement cette vie à la campagne m’a fait me rapprocher de ce qu’ont vécu mes grands parents et arrière grand parents: ici dans notre petit village je me sens plus prêt de la France! (ou disons plutôt de la France dans laquelle je m’identifie). La seule grande différence, entre notre quotidien ici et ce qu’ont vécu mes ancêtres français, c’est l’absence de cochon.

View this post on Instagram

#ゆでぴ #落花生 #ビール

A post shared by WakameTamago (@wakametamago) on

Cacahouètes bouillies; bière et un petit feu

Au Japon depuis si longtemps, je suis tout à fait hors jeu. Je suis hors jeu en France car je n’y vis plus, et je suis hors jeu au Japon car j’y suis un étranger biologique.

Se mettre hors jeu n’est pas si mal, on décide de s’éloigner du bruit et des rituels du monde, on se renferme sur soi, tout celà pour continuer son propre chemin.

Ce chemin spirituel. Qui sont les véritables héros modernes ? Je pense que ce sont ceux et celles qui ont choisi d’embrasser une vie monastique. Dans ce monde où tout est matériellement disponible, où l’on peut goûter tant de choses, choisir une vie monastique, n est ce pas un acte révolutionnaire ?

Comment ça se passe ici

On suit avec attention ce qui se passe à travers le monde, on se tient informé de ce qui se passe avec le virus. En Italie, en France, aux US. En Chine plus difficile de savoir ce qu’il s’y passe en vrai avec la censure et la propagande.

Paradoxalement je ne vois pas vraiment ce qu’il se passe au Japon. Il n’y a pas eu de confinement ou lock down et pourtant, malgré la proximité avec la Chine, source de la pandémie, il y a beaucoup moins de cas qu’en Europe. Est ce parce qu’au Japon l’on fait peu de tests ?

Ca ne peut pas être parce qu’ici on ne se fait pas la bise, ou qu’on ne se serre pas la pince …

Du bois pour les hivers prochains, à noter d’énormes branches de camphrier, ramassé dans un chantier. Au fond l’amandier est en fleurs

On voit se développer sous nos yeux trois catastrophes: la première avec les très nombreuses victimes de la maladie, la deuxième la fragilisation des systèmes de santé avec les nombreux médecins et personnels soignants victimes eux aussi du virus (or, il faut dix ans pour faire un médecin), et finalement les retombées économiques et sociales du confinement et de l’arrêt des activités décidés pour freiner les deux premières.

ici du cerisier (ramassé au bord d’un chemin) et des branches de marronnier

Je sais ce que se murmurent entre eux les arbres les insectes et les oiseaux, à savoir que ce coronavirus pourrait les débarrasser des humains qui détruisent leur habitats! On peut les comprendre …

Sous le filet, dans le potager, les brocos attendent de passer à la casserole.

Quand le gouvernement Japonais a décidé la fermeture des écoles, je me suis dis, bon, soyons cohérent avec cette mesure, et réduisons nos déplacements. Contribuons à l’effort. Si bien que je ne quitte notre vallée qu’une fois par semaine au plus, pour faire quelques courses indispensables.

Ce confinement symbolique que je m’impose n’est guère contraignant car nous avons le jardin, notre montagne, sans parler de tous les chemins abandonnés dans la vallée où personne ne passe. On n’est pas à l’étroit.

Dans le jardin, Cette Coccinelle s’est noyée dans un sceau
(photo laissée floue pour épargner les âmes sensibles)

Rien que l’idée de rester au village et d’en limiter mes sorties me procure un grand calme, comme une sérénité. Se laisser un peu moins distraire. Il y a quelque chose bénéfique à ne pas sortir, à ne pas prendre la voiture et à rester dans son jardin, à, comme un chat, se limiter à un territoire bien défini et constant. Et puis, ouvrir un livre ou une bouteille et le territoire s’élargit soudain par magie.

Donc pour limiter les sorties j’ai puisé dans mes souvenirs … mon grand père Jean m’expliquait qu’à travers les âges nous avons pu survivre les crises et les guerres grâce au cochon: dans les campagnes chaque famille avait un ou deux porcs pour la viande de l’année.

Les feuilles de rucola pour faire des salades ou accompagner des spaghettis

Au Japon c’est différent, dans notre village aucune famille n’a jamais eu de cochon (je me suis bien renseigné là dessus) mais, me fiant aux paroles de mon grand père, dès les premiers jours de la crise, il y a un bon mois maintenant, j’ai acheté un jambon italien entier… un gros morceau de bidoche qui en effet nous aide à réduire nos sorties pour faire les courses. On en est arrivés à la moitié. Parce que sinon en effet j’irais à la superette acheter trois petites saucisses par ci, deux petits bouts de gras par là…. et il faudrait y retourner trois jours plus tard…

Pareil pour la bibine; Plusieurs caisses de bière sont venues tenir compagnie au prosciutto dans le frigo…

Dîner ce crise avec nouilles instantanées et une salade du jardin

Mais ces choses matérielles mises à part, comment agir en temps de crise. Tout le monde dans sa vie vit ces moments plus ou moins longs, plus ou moins intenses, de crise, où tout peut basculer vers le néant. Je pense particulièrement à mes amis Syriens dont le pays a été précipité dans une guerre civile terrible (avec l’aide de nos gouvernements) … vous imaginez ce que ces gens ont vécu depuis des années maintenant… Mes grands parents en France tout comme mes voisins les plus âgés ici au village ont connu la guerre. Avant la deuxième c’était la première. Et il y en a eu beaucoup d’autres depuis.

Pour moi le premier moment qui nous a donné un avant goût de la fin du monde et tout remis en question, c’était la catastrophe nucléaire de Fukushima.

Dans ces moments, comment réagir, comment se protéger et protéger ses proches. D’abord il faut je crois s’informer pour pouvoir saisir la situation et bien comprendre les risques. Comprendre aussi comment nos actes peuvent impacter notre entourage. Aussi ne pas céder à la panique tout en acceptant nos propres faiblesses et nos propres craintes, car on est pas des super héros…

La BD Tout Ira Bien, essais d’impression

Nouvelles tentatives d’impression de la bande dessinée Tout Ira Bien.

La première tentative m’avait permis de vérifier la qualité de l’impression, le toucher du papier, les couleurs, la finition en général. Par contre je ne m’étais pas vraiment occupé de la couverture. (totale flemmardise).

Cette fois-ci j’essaie, avec un design de couverture, en deux fois. Les lecteurs apprécieront aussi sur le dos le titre avec un petit champignon énergétique.

Essai avec la couverture « champignon énergétique ».

tout ira bien impression 2

Et finalement la couverture définitive, avec Cochon, le Directeur de la mine de champignons, montant sa belle coccinelle.

Couverture définitive, avec Cochon directeur de la mine de champignons.

Couverture définitive, avec Cochon directeur de la mine de champignons.

Quick update on the webcomic Everything will be fine (English Version)

Just a FYI to our English speaking followers (thank you). We started to publish the English version of our webcomic !

The title in English is « Everything will be fine ».

The comic is an alegory inspired from the events that followed the nuclear crisis that hit Japan and Fukushima in March 2011. It happens in a fantastic world, a mix of medieval world with giant insects, pig, rats and humans. It is a fable more than anything else.

Though in a fantastic world, the events and the story line are all about what happens in the aftermath of a nuclear accident, like Fukushima or Tchernobyl.

Link to the English version : http://wakametamago.wordpress.com

Link to the French version: http://toutirabien.me

 

Thank you 🙂

everything will be fine title

everything will be fine title