Tagué: rivière

La grange et son message

Suite à l’achat de la maison de notre ancienne voisine visitons le petit bâtiment de deux niveaux qui lui est attenant. Comment le nommer en français, j’hésite entre le hangar et la grange … Pourquoi pas la grange.

new house IMG_0921

Le rez de chaussée, le sol est en béton. Et il y a tous les outils de jardinage de madame M. Deux magnifiques brouettes complèteront ma collection. Il y a un motoculteur que je vais donner à un voisin. Sinon beaucoup d’ustensiles que je pourrai réutiliser dans mon petit jardin.

 

Tout ça on laisse; on fera le tri petit à petit. Car, Petit à petit, l’oiseau fait son nid.

 

 

Je pense que tous les outils et affaires que Madame utilisait pour ses nombreuses activités de jardinage et récolte de pêches, yuzu, châtaignes étaient assemblées dans cette grange.

Le long de la maison il y a un autre débarras avec des outils beaucoup plus anciens, comme une araire et autres choses. (pour un article futur).

Il y a aussi, alignées sur des étagères, des choses anciennes, des pots, et des caisses en bois datées et signées qui doivent contenir de la vaisselle. Nous nous y attarderons plus tard.

DSC_2653

 

L’escalier qui mène au premier étage est si raide qu’on le confondrait presque avec une échelle.

DSC_2652

 

En haut, une grande pièce avec tatamis. C’est un vrai capharnaüm. Le sol est recouvert d’affaires, on hésite où poser le pied. Globalement les choses ici sont plus récentes et d’intérêt moindre.

Je fais le tri dans les affaires et mets dans un coin ce que nous allons garder. Seuls quelques trucs retiennent mon attention, des machines à coudre, un ou deux meubles, un échiquier, des cendriers … il y a tellement de cendriers! A croire que pour chaque événement dans le village on distribuait des cendriers.

 

Il y a aussi un vieux magnétophone Sony. Ce modèle date de 1963.

IMG_0812

 

Avec la fille de madame M nous nous sommes arrangés pour qu’elle bazarde tout ce dont nous ne voulons pas. C’est rapide, les gars balancent direct dans leur camion benne, du premier étage ! oh yeah c’est rock and roll !

IMG_0843.JPG

 

 

 

 

 

 

Voici quelques photos de la pièce du haut après rangement. Le plancher est un peu souple, il faudra le refaire peut être. On voit, la pièce fait huit tatamis donc c’est assez grand …

DSC_2662

Le pavillon d’or de Kyoto.

DSC_2663DSC_2664

de vieilles valises.

DSC_2665

La vue de la fenêtre.

DSC_2657

Pendant le rangement j’ai remarqué cette boite de biscuits métallique. Avec ce message, à méditer.

IMG_0817

NB Un Lecteur sur Facebook m’informe que c’est du Paul Valéry. C’est un vers du poème le cimetière marin.

Le vent se lève… ! Il faut tenter de vivre !
L’air immense ouvre et referme mon livre,
La vague en poudre ose jaillir des rocs !
Envolez-vous, pages tout éblouies !
Rompez, vagues ! Rompez d’eaux réjouies
Ce toit tranquille où picoraient des focs !

Publicités

Dans la maison de Madame M

Voici quelques photos de la maison de la voisine que nous avons achetée cette semaine.

Mais vous savez, on est par ce que l’on fait.

On n’est pas par ce que l’on a.

Au fruit on connaît l’arbre. Matthieu 12-33

Voila un truc qui nous imprègne depuis notre installation à la campagne. En ville, je pensais plutôt être par ce que j’avais.

Avoir une maison en plus n’est pas donc vraiment significatif. C’est ce que nous allons en faire qui est important (à la rigueur).

Ceci dit; cette maison étant ancienne porte un message, et nous informe sur la vie dans le village d’il y a cinquante ou soixante ans. Voilà une chose qui nous intéresse.

 

DSC_2619

La maison, et devant, le hangar à deux niveaux.

On pourrait s’asseoir sur le muret de pierres, siroter un ouiski en se trempant les pieds dans la rivière.

Pour le plan. C’est quasi identique à celui de notre maison. C’est plus petit, la cuisine est rikiki; et il n’y a plus d’engawa mais la structure logique est en tous points identique.

plan d une ferme japonaise traditionnelle

plan d une ferme japonaise traditionnelle

 

DSC_2629

L’entrée, ou doma. Le plancher de la maison est surélevé. Par sur la photo, mais le doma est à hauteur du sol et ici recouvert de carrelage. Originellement ça devait être de la terre battue.

DSC_2632

Dans l’entrée; des autocollants rappelant de contacter la police en cas de visite d’arnaqueurs. Il y a beaucoup de petits filous qui essaient de profiter de la crédulité de personnes seules et âgées. Moi quand j’en vois de ces filous, je leur montre ma tronçonneuse.

 

DSC_2633

De l’entrée; sur la gauche. Au fond, le tokonoma avec la calligraphie. A la droite de celui-ci il y avait le butsudan ou autel aux ancêtres.

Notez la porte sur la gauche, elle ne donne sur rien mais indique l’existence autrefois du engawa.

DSC_2634

On voit les quatre pièces de tatami adjacentes les unes aux autres; formant le caractère de la rizière, 田

kitchen

Faisons marche arrière et allons voir la cuisine. Qui est face au doma. Difficile de faire plus simple pour la cuisine mais dans la version originale de la maison, la cuisine était sans doute en terre battue, avec un petit foyer que l’on nomme okudo san.

vue de la cuisine

La cuisine donne sur deux pièces de tatami.

 

DSC_2638

A côté de la cuisine ce signe rappelle de faire attention au feu. J’ai vu ce même signe dans une autre maison dans le village, lors de travaux. Il a donc dû être distribué à tout le monde, à une époque.

 

DSC_2640

Les colonnes sont en marronnier. Celle-ci est plus conséquente que les autres. Située au centre de la maison on la nomme la kokubashira ou colonne noire.

 

DSC_2641

La classe. Les murs sont en torchis et recouverts d’enduit. (shikkui).

Faut être un bon charpentier, pour utiliser des poutres courbées comme celle-ci. D’un point de vue esthétique je trouve que celà apporte une dynamique inattendue; dans une pièce où tout est droit.

DSC_2643

Les cloisons coulissantes sont décorées, mais ça c’est plutôt standard.

 

DSC_2645

Vue du tokonoma. Nous avons demandé à laisser quelques affaires, comme machine à coudre, instrument de musique, de thé, et calligraphie.

DSC_2649

Si on se retourne on voit une autre pièce, et l’entrée du début.

 

fils

Il faudra refaire l’électricité.

L’espoir retrouvé au bord de la rivière

Un arbre sacré

Avec les tonnes de neige qui sont tombées dans la vallée, une grande branche d’un arbre sacré s’est cassée. Elle est tombée dans la rivière.

L’arbre sacré protège un petit sanctuaire situé au bord de la route, à l’entrée d’un hameau, un peu plus haut. A écrire ces lignes la question me tarabuste … c’est un sanctuaire shinto ou autre chose ? Il n’y a pas de portique sacré (torii). C’est ce que l’on appelle un hokora. ほこら、祠

Toujours est-il que cet arbre magnifique et sacré protège un sanctuaire, et qu’il a perdu une de ses grandes branches, laquelle est tombée dans la rivière et ça va poser problème lors de pluies violentes.

Je téléphone au chef du village pour savoir si je suis autorisé à dégager la rivière et emporter le bois tombé, pour Calcifer notre poêle à bois,  son appétit est sans limite. Il faudra sans doute trois camionnées pour tout ramener à la maison …

On me confirme que ça arrange tout le monde et j’ai le green light. Il y a trois ans j’avais fait aussi la découverte d’un cerisier géant effondré dans les montagnes, à côté d’un cimetière.

Voyez-vous, les beaux arbres comme ça il n’y en a quasiment que dans les lieux sacrées ici; les sanctuaires ou les cimetières. Les hommes, dans leur hubris, mais aussi dans l’espoir d’échapper à la pauvreté et de pouvoir embrasser la modernité, ont tout rasé pour planter des cryptomères, il y a quarante ans. Voila. Tous les beaux arbres sont partis.

Je descends dans la rivière. Encore de la neige, ça glisse. J’emporte deux scies. Pas envie d’utiliser la tronçonneuse aujourd’hui. Il fait sombre déjà. Je récite un pater noster avant de commencer le travail. Car le lieu est particulier, et il faut le respecter. C’est un power spot. Beaucoup de choses s’y passent. Pas forcement que des bonnes.

Le travail pendant deux petites heures se passe très bien. Avec un immense plaisir. C’est bien plus agréable de scier à la main. C’est, en fait, du bonheur à l’état brut. Je suis seul. Les pieds dans l’eau glacée et mes bottes et mes gants de cuir sont trempés. Je transpire. C’est formidable.

Découper un arbre c’est comme dépecer un animal. C’est pareil. A part que les organes dont on n’a pas besoin sont à l’extérieur pour l’arbre, c’est le feuillage et les petites branches. Mais que l’on dépèce un arbre ou un animal, il faut le faire avec respect et amour. Et ainsi les choses prennent leur sens.

Pour aujourd’hui j’ai retiré les branches qui étaient dans l’eau. La rivière est dégagée, ses paroles peuvent de nouveau s’écouler sans entrave. Il fait nuit. Je rentre à la maison. Mais je reviendrai. I will be back.

image_32279484851_o

image_31626006373_oimage_32397808096_oimage_31626003523_o

Village humide

La saison des pluies continue de battre son plein. Il a encore plu une bonne partie de la journée.

Le Japon ne sera jamais à court d’eau, c’est certain !

Dès la fin de la saison de pluies viendront les journées très chaudes. Mais bon ici au village il ne fait pas aussi chaud que ça.

Et puis on peut toujours se baigner dans la rivière pour se rafraichir et se remettre à zéro.

 

image_28156177912_o

un crabe de rivière bien téméraire au milieu de la route.

image_27644509013_o

Voyez la, un bois de chevreuil…; c’est pas tous les jours qu’on trouve un petit trésor comme ça.

image_28156171732_o

Travaux collectifs: le nettoyage de la rivière

Une fois l’an, un dimanche après midi en décembre, tous les habitants du village se regroupent pour le nettoyage de la rivière. (voir aussi l’article écrit en 2012 sur le même sujet !)

Ici dans cette région du Japon les précipitations peuvent être soudaines et très importantes. Il y a aussi les typhons. Il est crucial que la rivière soit propre et qu’aucun obstacle ne vienne à freiner son débit. Sinon, il pourrait y avoir des désastres, comme  des débordements, des inondations avec des maisons emportées par les flots déchainés ou encore l’effondrement de berges ou de ponts.

Le nettoyage de la rivière, c’est un événement important. Ca n’est pas unique; au Japon c’est très répandu je crois. Qu’en est-il dans les campagnes de France et d’ailleurs ?

En tout cas on peut apprécier de voir la petite communauté prendre le sort de sa rivière en main et unir ainsi ses forces cet après midi d’hiver, sans utiliser les resources ou les services de la municipalité, de la région ou de l’état. On n’est jamais mieux servi que par soi-même.

Tous les hommes se regroupent. On est en habits de travail. Tout le monde porte à sa ceinture une serpe kama 鎌, ou bien une hachette nata 鉈, ou encore une scie noko 鋸.

Le chef du village aura décidé des petits groupes qui vont se répartir le travail à différents endroits le long de la rivière. Puis on va couper les bambous ou encore retirer les poubelles ou les branches de bois mort qui encombrent le lit de la rivière. Tout le monde est très bien organisé. Il y a ceux qui descendent dans la rivière pour couper et tronçonner, il y a ceux armés de leur petits camions keitora dans lesquels ils vont charger toutes les coupes pour les emmener ailleurs, là où on ira faire le tondo plus tard en janvier.

Cette année notre équipe était chargée de couper et débiter un vieux marronnier dont le tronc courbe venait freiner le débit de la rivière pendant les grandes pluies. Je suis triste de voir couper ce bel arbre. Je voulais nettoyer la rivière, pas vraiment voir couper d’arbres. Mais bon, cet arbre, un typhon aurait pu l’arracher, et il aurait pu alors se ficher sous un pont et qui sait alors si le pont aurait pu résister à la puissance décuplée de l’eau. Le malheureux marronnier, finira d’ailleurs dans notre tas de bois pour être jeté dans le ventre de calcifer.

Après deux bonnes heures de travail on se retrouve tous au foyer du village, les hommes s’asseyent d’un côté et les femmes de l’autre. La bière, le saké, le shochu. Des bouts de cochon, une soupe, une salade de pattes mmm quel régal. Les gens sont de bonne humeur. C’est une petite fête.

Quel bon moment en bonne société!

kawa souji 1

kawa souji 3 kawa souji 2

 

Typhon numéro 11

Ah donc ce serait le onzième typhon cette année ? Celui-ci passe dans la région, traverse le Japon dans un axe sud nord, à hauteur de Shikoku.

De fait il pleut énormément. Toute la nuit.

typhon 11

typhon 11

Au matin la rivière qui traverse le hameau et longe notre jardin est déchainée. D’habitude un si calme cours d’eau que Minou traverse pour aller se promener en forêt. Et transformé en torrent d’eau et de terre. C’est très impressionnant. La force des éléments !

Heureusement dans le village pas de dégât.

Minou et la couleuvre

Ce soir Minou débusque une couleuvre qui sommeillait sous les pierres dans le jardin. C’est là que l’on peut trouver plein de grenouilles et l’on comprend pourquoi la couleuvre a choisi cet endroit.

La couleuvre se sauve vers la rivière et Minou la suit.

 

Minou et la couleuvre

Minou et la couleuvre

 

S’ensuit une confrontation silencieuse entre les deux.

 

Minou et la couleuvre

Minou et la couleuvre

 

 

Minou et la couleuvre

Minou et la couleuvre

Pas de bagarre chez nous donc je descends dans la rivière pour séparer les deux protagonistes.

Il suffit, Minou, de passer le pont

Ces pierres disposées au travers du cours d’eau sont là pour permettre à Minou de traverser la rivière; lorsqu’elle revient de la montagne.

minou traverse la riviere

minou traverse la riviere

Il suffit, Minou, de passer le pont

C’est tout de suite l’aventure! ….

J’t’emmèn’ visiter la nature! …..

Il suffit de trois petits bonds ….

minou dans la montagne

minou dans la montagne

O bon

Il y a plein de monde dans le village. Tout le monde revient dans le village pour quelques jours. On revient dans les maisons familiales . Les autoroutes sont pleins. Dans tout le Japon. C’est le ‘O bon’. お盆 Certains viennent de très loin. De Tokyo, de Sendai au nord à 1000 kilomètres d’ici. Le O bon c’est les 13, 14, 15 août.

S’ensuit ce dialogue avec ma femme. J’ai vécu plus de 15 ans au Japon mais c’est la première fois que je me pose des questions sur le O bon. Je pense que, comme on vit à la campagne, ces choses là sont plus visibles et ont plus de sens. En ville, je m’en battais un peu les coudes, de ces histoires. Mais ici, elles ont un sens et sont palpables.

Au cours du dialogue je me dis que cette coutume de O bon, c’est une histoire un peu folle. Les âmes des ancêtres qui reviennent de l’au delà … passer quelques jours en famille … et on fait la fête avec eux.

« – C’est quoi ? ‘O bon’ ? »

« – Les âmes des ancêtres reviennent dans la maison de la famille 本家 »

« – Jusqu’à combien de générations passées reviennent les âmes …. Toutes les générations passées ? »

« – Dans des certaines régions c’est seulement les âmes des derniers parents décédés. »

« – Ce sont les âmes des ancêtres ou bien leur fantômes qui reviennent ? »

« – Les âmes. On parle pas de fantômes. »

« – Elles viennent d’où ? De l’enfer ? du paradis ? »

« – On ne parle pas de ça. On dit simplement qu’elles viennent de l’au delà. »

« – Qu est ce que font les âmes, une fois revenues de l’au delà ? »

« – Ben on passe quelques jours en famille ensemble avec les âmes des ancêtres. Pour montrer aux âmes que nous sommes heureux. C’est pour ça  que l’on danse. Pour dire aussi aux âmes que l’on apprécie la vie … Pour rassurer les âmes des ancêtres en quelque sorte.
Avant le O bon aussi on nettoie les tombes familiales.

Ca dépend des regions, mais à certains endroits on met des lanternes des papier blanc devant les maisons ou dans la maison, pour inviter les ancêtres.

Pour appeler les âmes chez soi, ont fait un cheval en plantant 4 baguettes dans un concombre  et une vache en plantant 4 baguettes dans une aubergine.
Pour venir rapidement; les âmes monteront sur le cheval. Mais pour retourner dans l’au delà le plus tard possible elles monteront sur la vache. »

« – Si je fait ça, ma mémé qui a vécu et est décédée en France, va-t-elle venir ici ? »

« -Je ne sais pas. C’est pas prévu. »

« – Ca marche aussi pour les chrétiens au Japon ? »

« – Je pense pas ! »

« – Dans certaines régions on fait un feu pour appeler les âmes des ancêtres. »

« – Ca a un rapport avec le bouddhisme ?  »

« – Non. Dans le bouddhisme on ne considère pas que les âmes des ancêtres reviennent à chaque année.

Une rivière sépare le monde réel de l’au delà. Donc on dit souvent qu’il ne fait pas jouer dans l’eau pendant le O bon. Parfois les âmes emportent avec elles ceux qui jouent dans une rivière ou la mer pendant le O bon (il y a un accident et ils meurent). «